11ème Rencontre Internationale des LéA 

« Sur les traces de l’activité des passeurs dans les LéA »

LES TEMPS FORTS DU SÉMINAIRE

     Le 26 mai dernier s’est déroulée la 11ème Rencontre Internationale des LéA. Une centaine de personnes, membres du réseau des LéA et partenaires institutionnels et internationaux se sont retrouvés pour une journée, en distanciel. Les travaux de recherche conduits au sein de chaque LéA ont été partagés. Cette année, l’identité et l’activité des passeurs dans les LéA ont été mises au travail. 

     Marie-Claire THOMAS, directrice adjointe de l’IFÉ, a ouvert la journée en témoignant de l’impact de l’expérience des LéA sur l’institution. Brigitte DARCHY-KOECHLIN du Bureau de l’innovation pédagogique (DGESCO, Ministère de l’éducation nationale de la jeunesse et des sports) et Nathalie FLIPO, Inspectrice pédagogique et coordinatrice du pôle « Innovation pédagogique, ressources, accompagnement » (Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation) ont expliqué comment, au coeur de la crise,  les LéA ont été une source d’inspiration, d’innovation et de créativité pour repenser l’éducation et comment, en retour, l’institution a pu soutenir l’activité des LéA durant cette période inédite. Rim HAMMOUD, Professeure à la Faculté de pédagogie de l’Université libanaise de Beyrouth, Responsable du réseau des LéA libanais, s’est exprimée sur la richesse des échanges avec le Réseau des LéA et l’équipe de recherche du Québec.

 

***

“Sur les traces de l’activité des passeurs dans les LéA”

 Conférence d’Aurore Promonet, maitresse de conférence en sciences du langage  (CREM, Université de Lorraine, INSPé)

    Aurore Promonet approche les questions relatives à l’identité du passeur et à la singularité de son action par le prisme des traces, traces recueillies ou traces produites dans le cadre de l’activité au sein du réseau des LéA. La notion de « trace » est examinée pour mieux comprendre les processus à l’œuvre dans l’activité de passeur. 

     Donnée produite à dessein ou donnée fortuite, indice et preuve de scientificité ou d’historicité, sillon de résistance à l’effacement, marque identitaire et gage d’appartenance, « la trace ne vaut pas pour elle-même mais pour ce qui l’a causée, par la lecture qu’on en fait et qu’on en propose dans nos espaces de réflexion, d’enquête et de communication », souligne Aurore Promonet. La trace signe le passage. 

Les passeurs sont identifiables par les traces de leurs actes ». 

     Un parallèle est opéré entre l’approche privilégiée par la génétique textuelle (méthodes de la critique génétique) et les méthodes d’analyse de l’activité fondées sur les traces de l’activité professionnelle. L’exposé se nourrit des traces réelles produites par les LéA : traces à l’échelle du réseau et à l’échelle des LéA, usages de ces traces, traces pérennes et traces provisoires, etc..

     Par ailleurs, la conférencière s’intéresse aux contextes de travail, aux acteurs et  aux modalités de recueil et de production de données sur les recherches collaboratives. Le Bilan annuel du réseau des LéA 2018-2019 documente le propos pour mieux caractériser l’action du passeur. Ainsi, des exemples sont convoqués qui donnent à voir son activité. Les objets de discussion tirés des comptes rendus de réunions ou les controverses développées dans les émissions de la webradio Kadékol nourrissent l’analyse. 

     Le passeur tisse des « liens entre les lieux, avec l’extérieur, au gré d’échanges d’expériences, de savoirs techniques et théoriques, en faveur du courtage de connaissances, d’une accessibilité des travaux, des productions, des résultats et des méthodes ».

     Au fil de l’exposé, le passeur est ainsi saisi dans son activité, à la fois intermédiaire et intercesseur agissant et interagissant dans un compagnonnage au cœur du collectif du LéA.

     « Réseau », « Synergie », « Interface », « Collaboration », « Trajectoire ». La richesse du vocabulaire employé çà et là manifeste les dynamiques de passages et les processus à l’œuvre dans la construction d’un objet commun, au gré des circulations d’objets et de concepts. S’esquissent ainsi les contours de l’activité de passeur, saisie au cœur même de la collaboration entre le monde de l’éducation et le monde de la recherche.

Carte d’activité du passeur

***

Table ronde. « Comment le rôle de passeur s’incarne dans les LéA ?« 

Table ronde animée par  Régis Guyon, responsable du pôle médiation et expertise, IFÉ ENS-Lyon, Membre du Comité de pilotage des LéA

  • Laetitia BRANCIARD, correspondante IFé du LéA Handi@ccess Scolagri – Réseau d’établissements agricoles
  • Miriam DI FRANCIA, membre du LéA DuAL du Cycle 3 au Lycée
  • Martine GADILLE, correspondante IFé du LéA Collège de Fontreyne
  • Isabelle NIZET, professeure à la Faculté d’éducation (Université de Sherbrooke, Québec)

Les participants ont apporté leur regard sur le passeur du LéA et développé leurs idées sur le rôle de passeur et ses manifestations concrètes dans les LéA lors d’une table ronde animée par Régis Guyon.

Points de vue croisés d’experts & Retours d’expérience d’acteurs de terrain

     Martine Gadille a présenté le passeur comme « une entité jamais stable dans le temps, qui se recompose tout le temps » et reconfigure une activité mouvante et hybride qui met en branle quatre processus essentiels, la problématisation, l’intéressement, l’enrôlement et la mobilisation à travers de nouvelles alliances. « Ces activités ne relèvent jamais d’un seul et même individu », a précisé Martine Gadille. Car tout circule : les objets intermédiaires et les médiations créent des passerelles et des va-et-vient entre collectif et individu, individu et collectif.

     Laetitia Branciard a rapproché le passeur de l’interprète et du traducteur.

     Miriam Di Franco a eu plus volontiers recours à la métaphore de l’organisme pour faire comprendre la réalité composite de ce qui se joue dans l’activité du passeur.

« Circulation», « transit », « mouvement », « interactions » ou encore « boucles rétroactives » et « continuum », autant de termes qui disent ces passages et ces tensions entre les organisations et structures (le cadre, le prévu) et les espaces interstitiels plus informels (l’imprévu).

     Convoquant le concept d’objet-frontière pour signifier les conditions de l’appropriation et du passage, Isabelle Nizet a interrogé la transitivité même de l’objet et la nature du transfert pour conclure :

Le passeur est moins celui qui passe quelque chose que celui qui fait que quelque chose se passe. »

 ***

Point de vue des grands témoins

Loïc Pulido & Pascale Thériault, professeur.e.s, Département des sciences de l’éducation, Université du Québec à Chicoutimi

     Professeurs du département des Sciences de l’éducation de l’Université du Québec, à Chicoutimi, Pascale Thériault et Loïc Pulido ont été les grands témoins de la 11ème Rencontre internationale des LéA. Les grands témoins de la Journée ont mis en exergue les questions vives soulevées au cours de la manifestation dédiée aux « Traces de l’activité des Passeurs dans les LéA ». 

     Au cours de son intervention, Pascale Thériault est repartie des multiples acceptions et conceptions du rôle de « passeur » remis au travail au cours de la journée pour mieux en souligner les points saillants et les évolutions. Force et de constater que la fonction de passeur ne peut se cantonner à celle de « courtier de connaissances ». En effet, sous l’angle de la recherche participative, les rôles sont redistribués entre le passeur d’expériences et le passeur de savoirs, à la faveur d’une construction dynamique et d’une activité en mouvement. 

« Le passeur fait moins passer quelque chose qu’il ne fait que quelque chose se passe. » Pascale Thériault reprend les propos d’Isabelle Nizet, énoncés en conclusion de la Table ronde et montre comment, engagé au cœur même de l’activité du LéA, le passeur impulse, interagit et fait advenir le sens. 

     Enfin, tout se passe comme si le passeur s’effaçait comme individu et laissait davantage apparaître la pluralité des acteurs impliqués à différents niveaux et à des échelles variées, celle de l’individu, celle de l’équipe, celle de la structure. 

     Deux modèles d’analyse -l’un qui favorise l’action individuelle, l’autre qui offre une entrée plus globale- semblent les angles de vue privilégiés au sein du réseau des LéA pour observer ce qui se passe à un niveau collectif ou individuel. La question de l’articulation de ces deux approches et celle d’un entre-deux est posée.

     Loïc Pulido revient plus spécifiquement sur le rôle de « passeur de frontière », selon l’expression de Thérèse Laferrière, et sur les objets-frontières pour pointer les dynamiques et les processus à l’œuvre dans une collaboration. Le passeur serait « agent multiplicateur » susceptible de produire des innovations pédagogiques et de réfléchir à la manière dont les connaissances et les outils développés peuvent être partagés. 

     Ainsi, les postures de collaboration investies par le passeur dans le cadre d’une recherche sont liées aux notions de collectif et de collectivité. Elles se traduisent par la négociation, l’ouverture, la co-construction. D’ailleurs, précise Loïc Pulido, le Québec parle plus volontiers de « recherche participative » pour insister sur la communication entre les milieux, la circulation entre les théories et les pratiques, les transformations et le partage à chaque étape du projet dans des dynamiques dialogiques et des processus de co-construction des connaissances et des interventions intégrant savoirs scientifiques et savoirs d’expériences. 

     Les traces -traces produites au sein de la recherche, traces reconstruites après le projet, éléments d’archive et de documentation- offrent un matériau et un champ d’investigation féconds pour comprendre la collaboration, ses processus et ses enjeux. 

     Les analyses de Pascale Thériault et de Loïc Pulido proposent une approche renouvelée qui appréhende la collaboration à partir de la notion de « trajectoire », notion opportune pour cartographier les directions et les dimensions à l’œuvre dans les recherches participatives. 

***

     Sessions de présentations croisées, échanges en groupes, témoignages et contributions sur la thématique des « Traces des passeurs dans les LéA », posters, vidéos, communications sur l’activité et les travaux réalisés, les acteurs des LéA ont largement contribué à ce que quelque chose se passe tout au long de la 11ème Rencontre internationale des LéA.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search