Rendez-vous des LéA du 8 avril 2021 : Quelle approche de la notion d’ « espace d’apprentissage » dans les LéAs ?

L’atelier proposé le jeudi 8 avril 2021 dans le cadre du troisième “Rendez-vous des LéA” a abordé la thématique des espaces d’apprentissage. Son objectif était d’éclairer la façon dont la transformation des espaces d’apprentissage – à la croisée du numérique éducatif et de l’évolution du bâti scolaire – est travaillée dans les LéA. Et ce faisant, de chercher à savoir si les approches et méthodes de la recherche collaborative présentent un intérêt spécifique pour étudier des processus ou dispositifs de transformation des espaces scolaires ainsi que leurs effets sur les pratiques et les apprentissages.

Les représentants de trois LéA sont venus témoigner et échanger avec les participants. Ils ont tout d’abord présenté les caractéristiques de leur LéA et la façon dont la notion d’espace d’apprentissage s’insère dans l’objet de recherche. Les échanges ont ensuite porté sur la définition de ces « espaces d’apprentissage » ; sur les méthodes et outils de recherche mobilisés pour travailler sur cette notion ; et enfin sur l’intérêt d’une approche de recherche collaborative sur cette thématique.

La question des espaces d’apprentissage au LéA Daniel Argote

Le LéA Daniel Argote – Orthez était représenté par Jean-François Marcel (professeur des universités, laboratoire EFTS, Toulouse 2) et Vincent DUFAU (principal du collège Daniel Argote). Depuis trois ans, le LéA s’inscrit dans la restructuration en cours du collège. Investir le bâtiment prochainement rénové suppose pour l’équipe pédagogique deux déménagements à un an d’écart. Cette situation a amené chez les acteurs une réflexion sur les bâtiments et les espaces physiques d’enseignement et a présidé à la mise en place du LéA. Le dispositif de recherche collaborative permet ainsi d’interroger les principes et les valeurs éducatives du collège en lien avec cette transformation physico-spatiale, et également en lien avec le développement d’usages numériques : pratiques dans la classe et hors la classe, pratiques individuelles et collectives. Le LéA Daniel Argote est conçu comme une recherche-intervention à visée heuristique, pratique et critique. 

Crédit : LéA Collège Daniel Argote, IFE-ENS de Lyon

La question des espaces d’apprentissage au LéA Collège de Fontreyne

Le LéA Collège de Fontreyne, circonscription Gap-Buech était représenté par Martine Gadille (chargée de recherche, laboratoire LEST CNRS) et par Thomas Garcia (enseignant de mathématiques au collège Fontreyne). Une équipe d’enseignants a développé depuis maintenant six ans, en collaboration avec une entreprise des edtechs et le conseil départemental, un « collège virtuel ». Il s’agit d’une plateforme immersive – initialement conçue pour développer des jeux vidéo – qui constitue un avatar du collège et sur laquelle se développent des activités pédagogiques.  Le questionnement travaillé dans le cadre du LéA s’organise autour de deux entrées : en quoi et comment ce collège virtuel peut-il être un espace de qualification pour l’élève (au sens de la sociologie du travail) ? Quelle implication de l’usage de ce dispositif technologique sur la spatialisation des apprentissages scolaires ? 

En amont de ce projet, la question de l’extension du territoire d’enseignement-apprentissage a été un enjeu important. Pour ce collège situé au sein d’un territoire géographique enclavé, le LéA a constitué une ouverture sur la recherche et le projet en tant que tel a été conçu comme une extension du territoire, la plateforme de réalité virtuelle apportant des possibilités de lien et d’échanges avec des lieux d’habitation et des écoles primaires éloignés. La question de l’espace et du territoire d’apprentissage est donc à la fois une des raisons d’être du LéA et son objet. La réalité virtuelle a répondu à cet enjeu en offrant une « cour de récréation créative » à laquelle les élèves ont accès depuis leur domicile. Pour les enseignants, elle peut servir d’extension vers d’autres enseignants et vers les familles. Le projet a également amené des contacts durables avec des acteurs industriels. Aujourd’hui, la création d’une entreprise au sein même du collège pour étendre, au niveau national et international, les apports du projet participe de cette logique d’extension de l’espace d’apprentissage.

Les travaux portent sur l’étude de la continuité pédagogique entre l’espace physique de la maison et l’espace physique de l’école via cette plateforme immersive et son usage avatarial. Les usages en réalité virtuelle se font à la fois à distance (à la maison) et en classe et amènent donc un apprentissage qui ne se limite pas à l’espace scolaire. Un des points d’attention est également la façon donc cela transforme les formes d’interactions entre élèves, entre enseignants-élèves et entre enseignants eux-mêmes. L’espace d’analyse n’est donc pas seulement le milieu scolaire mais aussi les espaces informels (maison) et l’espace immersif disruptif créé par la technologie. Dans le cadre de ce dispositif techno-pédagogique très innovant sont ainsi travaillés des questionnements « classiques » : égalité des chances, inclusion, nouvelles professionnalités enseignantes.

Crédit : LéA Collège de Fontreyne, IFE-ENS de Lyon

La question des espaces d’apprentissage au LéA ELiAN – Territoire Lyon Loire

Le LéA ELiAN – Territoire Lyon Loire était représenté par Laurent Jeannin (maître de conférence, laboratoire BONHEURS, Université de Cergy-Pontoise et IFÉ-ENS de Lyon) et par Pascal Mériaux (enseignant d’histoire-géographie au lycée La Martinière Duchère, IAN Histoire-Géographie et chargé de mission à la DRANE Auvergne – Rhône-Alpes). Fondé il y a un peu plus d’un an, ce LéA travaille sur l’évaluation de configurations innovantes des salles de classe et leurs impacts sur le contrat didactique et le climat scolaire. Cinq collèges et lycées dotés de « lieux innovants » (salles-laboratoire, salles de classe réaménagées type classe flexible) travaillent en réseau pour mieux comprendre la façon donc ces reconfigurations physico-spatiales des salles de classe transforment l’enseignement, les apprentissages et les interactions socio-pédagogiques. Issue de la didactique professionnelle, l’approche recherche explore en quoi ces espaces peuvent être capacitants pour le développement des pratiques professionnelles des enseignants, comment ils conduisent à faire bouger le « noyau dur » de la pratique enseignante. L’objectif est de faire le lien entre les dimensions perçues, vécues, habitées de ces espaces et la transformation des interactions et des pratiques et gestes professionnels.

Crédit : Laurent Jeannin, 2021

Quelle acception commune du terme « espace d’apprentissage » ?

Ces éléments introductifs confirment que l’expression  « espace d’apprentissage » est fortement polysémique et que ce n’est pas un concept stabilisé sur le plan scientifique. Le terme d’espace d’apprentissage peut d’ailleurs sembler limitatif car il doit aussi être appréhendé comme un espace d’enseignement, de didactique, de relation, de vie, de travail… 

Dans les LéA Fontreyne et ELiAN, l’espace d’apprentissage constitue la colonne vertébrale de l’objet de recherche alors que pour le LéA Argote, il apparaît comme une des dimensions d’un processus global de transformation de l’établissement et du collectif professionnel. En revanche, on perçoit clairement que l’espace d’apprentissage est une composante essentielle de toute réflexion sur l’évolution de la forme scolaire, d’autant plus avec le développement d’espaces virtuels ou hybrides en complément des traditionnels espaces physiques d’apprentissage (salle de classe et éventuellement CDI dans la forme scolaire classique).

Des témoignages sur la situation actuelle dans les établissements et pour les élèves confirment que la question des espaces de travail revêt une acuité particulière en ce moment, avec des élèves et des étudiants « en souffrance par rapport à ces espaces chamboulés sur le tas, [d’autant que] les outils numériques n’étaient pas ou peu employés au sein de l’éducation avant cela ». 

L’intérêt des participants est en particulier éveillé par la notion d’avatar. Pour certains, la possibilité d’avoir un avatar permet à l’élève de se projeter dans un autre soi et dans un autre espace que chez soi et ainsi de « sortir de cette espèce de carcan dans lequel on ne différencie plus espace d’étude / espace perso ».  Pour Martine Gadille, les aspects positifs de cette médiatisation par un avatar sont souvent évoqués par les élèves, à la fois du fait d’une sensorialité différente (être assis mais tout de même en mouvement), d’un plus grand sentiment de liberté et d’un sentiment d’appartenance renforcé dans un groupe d’avatars. Cet avatar, vécu et conçu à la fois comme un prolongement de soi et comme un autre soi, a souvent quelque chose d’euphorisant et peut être un support d’expression et un outil performatif pour l’élève. 

Plus généralement, Laurent Jeannin rappelle que le questionnement sur l’espace physico-spatial d’apprentissage et/ou sur la place de l’individu dans un espace virtuel d’apprentissage réactive la question de l’existence du corps dans le rapport à l’autre. L’approche phénoménologique de M. Merleau-Ponty indique bien la nécessité d’avoir une existence temporelle et tri-dimensionnelle dans un espace. Les trois LéA travaillent sur un même invariant qui est la pratique du corps dans l’espace, le rapport à l’autre dans son acte d’enseignement-apprentissage. Des chercheurs préfèrent parler d’environnement personnel d’apprentissage (EPA). En tout état de cause, les notions d’espace, d’interstice, d’interface, etc. ne peuvent exister que s’il y a un corps dans un espace et dans un temps situé. 

Pour Jean-François Marcel, il est difficile de prendre en compte l’espace sans prendre en compte le temps et « penser l’espace éducatif, c’est aussi penser le temps éducatif ». Il s’agit donc de travailler sur la notion d’espace au sens de territoire en articulant une philosophie de la centralité (sujet centre du monde) et une philosophie de l’étendu (mesure du territoire, quantité, espace objectif en opposition à l’espace subjectif). Réfléchir à ce que va devenir l’espace dans l’école d’après passe par la notion de territoire qui nous oblige à repenser les contours spatiaux et temporels de la forme éducative. 

Jean-Paul Filiod, enseignant-chercheur à l’Inspé de Lyon, estime quant à lui que la démultiplication des espaces de l’ère numérique demande une diversification des approches et de l’instrumentation des enseignants et des chercheurs, lui-même se revendiquant de la socio-anthropologie du sensible

Quelles méthodes mobilisées pour travailler sur la notion d’espace d’apprentissage ? 

Les trois LéA développent des approches théoriques diversifiées et ont mis en place des méthodologies de recueil et d’analyse de données relativement distinctes. Deux d’entre eux (Fontreyne et ELiAN) mobilisent des techniques de captation et d’analyse de données vidéo afin de pouvoir représenter et comprendre les dimensions physiques et corporelles des situations d’enseignement-apprentissage observées. Cela suppose non seulement des dispositifs techniques adaptés mais également la mise en place de grilles et techniques d’analyse adéquates. 

Le LéA ELiAN travaille principalement sur l’analyse de séquences vidéo de cours dans les espaces transformés. Les captations sont pour l’instant réalisées par les enseignants eux-mêmes. Elles sont accompagnées des grilles de préparation de la séquence comportant cinq catégories de données (tâches prévues ou réalisées par les enseignants et les élèves, spatialisation de l’enseignant, ressources matérielles ou immatérielles mobilisées). Les vidéos sont ensuite encodées et transcrites sous forme d’actogrammes, qui permettent de mettre en rapport les objectifs de circulation du savoir et les déplacements dans l’espace. Ces derniers sont mis en regard des contenus didactiques et font l’objet d’une analyse dialogique. Parallèlement, des entretiens compréhensifs et des entretiens d’auto-confrontation vont être mis en œuvre avec les enseignants.  L’objectif à terme est d’analyser comment l’enseignement dans des espaces transformés fait évoluer le « noyau dur » de la pratique enseignante et comment cela fait évoluer les répertoires d’actions mobilisés. Des outils et indicateurs sur le climat de classe seront mis en place dans une phase ultérieure.

Le LéA Fontreyne a axé sa méthodologie sur l’analyse de la performativité de l’avatar sur l’élève. Une double grille issue d’une approche anthropologique (place de la corporéité) et de la cognition située (utilisation de l’avatar dans un contexte donné) est utilisée. Des captations vidéo de séquences pédagogiques réalisées sur la plateforme immersive sont réalisées. Concrètement, il s’agit d’une part de filmer l’élève de dos dans la salle informatique, ce qui permet d’observer les manipulations qu’il fait dans le monde virtuel. Les séquences sont ensuite découpées et analysées en fonction des dimensions que l’on veut analyser et font l’objet d’entretiens d’auto-confrontation avec les élèves. D’autre part, des captations vidéo « face élève » sont également réalisées pour avoir l’expression du corps et du visage en fonction du protocole qu’on lui montre. Ces captations ont été réalisées sur plusieurs scénarios pédagogiques. 

Le LéA Argote exploite de son côté un cadre méthodologique très différent : mobiliser l’écriture collective sur la question des changements. Le cadre théorique utilisé est celui du modèle quaternaire (cf. “Les pratiques enseignantes mises en récit”, J.-F. Marcel, 2014) sur les pratiques enseignantes. Ce modèle envisage les pratiques non pas à partir d’un noyau dur mais comme un système avec quatre pôles en interaction : acteur, action en situation, espace, savoirs en jeu dans la situation. Dans ce modèle, l’environnement et le contexte de travail ont un rôle particulièrement important et les choix donnés en situation sont la résultante de la subjectivité du sujet. Vincent Dufaut, le principal du collège, confirme que les enseignants sont fortement impliqués dans la production de cette réflexion collective : « les dispositifs [de production de données] sont créés par les enseignants et animés par eux (webTV, capsule intertemporelle, signalétique…) ». Les acteurs sont donc pleinement partie prenante de la mise en récit du changement. Des séminaires ont lieu régulièrement en compagnie des chercheurs, entrecoupés de temps de pique-nique qui sont des temps de rédaction. Des éléments de cette écriture collective sont soumis aux élèves et à d’autres personnes, par exemple sous forme de questionnaire, pour s’assurer de leur partage. 

Quel apport de la « recherche collaborative » pour analyser les espaces d’apprentissage et leurs effets sur les pratiques et les apprentissages ?

On a donc avec ces trois LéA trois configurations archétypales pour étudier la relation entre l’espace de travail, les pratiques d’enseignement et les apprentissages. Pour Argote, le cas d’un changement d’espace subi (déménagement) ; pour ELiAN le cas de changements d’espace choisis (aménagement), et pour Fontreyne le cas d’une volonté d’élargissement et d’hybridation de l’espace d’apprentissage avec un dispositif numérique ambitieux. Ces situations de départ modulent l’intérêt pour les acteurs de s’impliquer dans une recherche collaborative, même si l’on retrouve des éléments communs à tous les LéA.

Pour les chercheurs présents, il y a un réel intérêt des LéA pour travailler sur la dimension spatiale de l’évolution de la forme scolaire. La recherche collaborative (ou participative) incite à construire l’articulation entre recherche et action, à faire en sorte que chacun prenne part à tous les volets de la réflexion selon ses compétences mais sans hiérarchie. L’accompagnement par la recherche enrichit le travail empirique et l’encourage à s’inscrire dans une visée explicite de transformation de la forme scolaire. Et en retour, l’action enrichit la recherche. Le dispositif des LéA, puisqu’il articule intrinsèquement recherche et terrain, comporte un intérêt particulier sur la thématique des espaces qui n’est pas toujours évidente à investiguer (classe comme « boîte noire, question de l’intimité pédagogique). 

Au collège Argote, la mise en place d’un LéA incarne une démarche d’empouvoirement et a amené les enseignants à entrer dans une démarche participative pour « refuser collectivement que l’histoire [de la réhabilitation du collège] soit écrite sans [eux] ». Le LéA est vu comme une occasion et un moyen de concrétiser une réflexion collective face à la crainte d’un double déménagement, de « prendre la main » sur cette transformation de l’espace de travail et de « s’inviter à la table de la conception du projet » avec, par exemple, l’ajout d’une salle Lab et d’une salle d’étude informatisée au projet initial. Pour le principal, les rencontres mensuelles entre les enseignants et les chercheurs permettent littéralement de « nourrir les pratiques au contact de la recherche ».

Au collège Fontreyne, la mise en place du LéA sur une longue durée a selon Thomas Garcia, présent depuis le début, réellement permis de faire évoluer le collectif enseignant et la culture de l’établissement. Dans un contexte d’enclavement géographique, le projet en lui-même a fait bouger les représentations, les pratiques, les relations entre acteurs. Cela a apporté une ouverture cognitive et culturelle avec des répercussions très fortes sur le long terme dans les dynamiques d’équipe et les évolutions pédagogiques. Là aussi, la recherche-action participe à une visée transformatrice et émancipatrice. La construction de l’objet de recherche, axé sur les effets de la pédagogie immersive, a favorisé une approche pleinement techno-pédagogique et un ancrage des travaux sur un dispositif technologique dans des questions pédagogiques fondamentales : motivation et engagement dans les apprentissages, relation aux savoirs médiatisée par l’enseignant et les pairs, intérêt du numérique pour réduire les inégalités scolaires. 

Pour le LéA ELiAN, Laurent Jeannin insiste sur l’importance de co-construire l’objet de recherche et notamment de partir des représentations et du vécu de l’espace par les enseignants pour aller vers une instrumentation de celui-ci. Dans l’académie de Lyon, il y a eu une forme de concordance entre différents enseignants ou petits collectifs qui commençaient à s’interroger et expérimenter, et des collectivités intéressées à mettre à disposition de nouveaux espaces. Ces intérêts et premières expérimentations se sont fédérés autour d’une dynamique de recherche aujourd’hui incarnée par le LéA et la cellule académique BEA – Bâti et Espaces d’Apprentissage de l’académie de Lyon. Le cadre scientifique et institutionnel mis en place semble idéal pour développer des travaux qui n’en sont qu’à leur tout début et répondre aux hypothèses posées sur l’efficience scolaire des espaces-classe transformés. 

A l’issue de l’atelier, on voit donc qu’il y a un intérêt particulier de ces travaux au sein d’un champ de recherche encore peu développé en France. De ce point de vue, ce qui intéresse particulièrement les chercheurs est de voir comment l’objet de recherche initial est progressivement pensé et retravaillé par les acteurs de terrain. Le dispositif « LéA » favorise la construction d’une culture commune pour aborder cet objet polymorphe, et pour à la fois produire de la connaissance, arriver à « penser ces nouveaux espaces » mais également penser l’accompagnement des acteurs de terrain.

Et cela s’avère d’autant plus vrai dans le contexte actuel car avec les protocoles sanitaires, il y a « un rapport à la distance et à l’autre au sein de la proxémie interactive qui est en rupture, et sur lequel nous ne disposons pas ou peu de savoirs biographiques d’expériences ». 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/09/2021

    […] Actes de l’atelier du 8 avril 2021 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search