RV des LéA du 25 mars 2021 : Communiquer, valoriser, diffuser les travaux d’un LéA

Le jeudi 25 mars 2021, nous nous sommes de nouveau retrouvés pour le troisième Rendez-vous des LéA, autour du thème de la diffusion et la valorisation des résultats d’un LéA.

Pendant ce temps de travail, nous avons échangé et tenté de se donner des pistes autour des questions de communication des travaux : Que communique-t-on ? A qui ? Pourquoi ? Sous quelles formes ? Quelles en sont les visées ? Et comment pourrions-nous valoriser ces résultats ? Auprès de qui et de quelle façon ?

Deux équipes de LéA ont partagé leurs expériences autour de ce thème. Un temps de questions et d’échange a ensuite été réalisé avec l’ensemble des participants. Et pour conclure ce Rendez-vous, Régis Guyon nous a fait part de son rapport d’étonnement.


Témoignage du LéA classes coopératives Lycée Feyder

Laurent Reynaud (Professeur de SVT au lycée Jacques Feyder, Epinay-sur-Seine, collaborateur à la CARDIE de Créteil, correspondant LéA)

(Voir aussi l’article sur ce blog qui présente la trame de cette intervention)

 Ce LéA a débuté en 2019, il est constitué d’un collectif d’enseignants du lycée Feyder et de deux chercheurs, Bruno ROBBES et Sylvain CONNAC. La problématique de leur recherche porte sur la typologie des conflits qui s’expriment lors de contexte d’apprentissage coopératif, notamment autour des situations problèmes, que ce soient des conflits cognitifs, des conflits socio-cognitifs ou des conflits relationnels et sur les interactions entre ces conflits dans des contextes de pédagogie coopérative. Les classes coopératives, dans lesquelles cette étude est mise en œuvre, recouvrent plusieurs niveaux allant de la seconde à la terminale en passant par la voie générale et technologique. 

Les travaux de recherche ont débuté la première année par une réflexion collective de l’ensemble de l’équipe. Un protocole ciblé a ensuite été mis en place sur une modalité d’apprentissage coopérative : le travail en groupe. Des données ont été collectées et soumises à deux prismes d’analyse : une analyse du travail en groupe des élèves avec des enregistrements et une analyse générale de la séance avec l’enseignant. L’objectif étant d’observer si les conflits socio-cognitifs étaient en œuvre dans ce protocole. Pour la deuxième année, les perspectives d’étude ont pris deux axes : observer les interactions que peuvent avoir les conflits relationnels et améliorer le dispositif pédagogique du travail en groupe.

Le LéA Feyder partage régulièrement les travaux de leur recherche en équipe sur différents réseaux. Pour enrichir la thématique de notre Rendez-vous, ils se sont interrogés sur les intentions de leur diffusion et nous ont témoigné une liste non exhaustive de leurs réflexions. Tout d’abord, les diffusions permettent, pour eux, de valoriser et d’encourager l’implication des collègues sur le terrain, qui s’immiscent dans le travail des chercheurs et dans les productions qu’ils s’autorisent à co-signer. La diffusion permet aussi de mutualiser les regards et les retours. Les travaux sont soumis au regard des autres et à une critique qui permet de faire évoluer la pratique. La publication des travaux permet aussi de partager des réflexions, essaimer des pratiques et des démarches. Le protocole partagé dans ce LéA peut devenir un appui à utiliser, une amorce de questionnements pour les enseignants. On autorise donc à essayer, à faire des erreurs, à tâtonner dans nos démarches d’enseignements. Cela apporte un nouvel éclairage sur le métier d’enseignant, comme concepteurs par une démarche de recherche continue complétement assumée.

Laurent Reynaud nous a aussi présenté les différents leviers de diffusion à disposition de leur LéA. Tout d’abord, ils utilisent le blog des LéA pour publier des articles et présenter leurs travaux aux membres du Réseau des LéA. Ils présentent aussi leurs productions sur le site de la CARDIE de Créteil et bénéficient, à travers ce canal, d’une expertise spécifique et d’une diffusion au niveau du réseau des enseignants de cette académie. Le site de leur établissement leur offre la possibilité de présenter leurs travaux de recherche à la communauté éducative du lycée. Les réseaux sociaux permettent aussi de mutualiser à plus grande échelle et d’accueillir des regards et des critiques sur un spectre beaucoup plus large. La formation est un autre axe de diffusion.

Avec la collecte de données, les membres du LéA ont eu la volonté d’essaimer ce travail en formation. Les enregistrements vidéo d’un travail en groupe, les retranscriptions et les entretiens d’auto-confrontation sont des matériaux de recherche, comment les transformer en matériel de formation.
Tout d’abord, ils se sont interrogés sur ce qu’est une ressource de formation.
Grâce à un appui théorique, ils ont pu distinguer trois finalités. Une ressource de formation doit pouvoir faire travailler les représentations professionnelles, les mettre à l’épreuve de résistances et, éventuellement, susciter un besoin de changement.  Dans l’exemple des vidéos, l’équipe vise à discuter du climat scolaire ainsi que la prise en compte de la diversité des élèves. Elle doit aussi montrer des pratiques pédagogiques différentes et effectives. La ressource prend ici la forme d’une vidéo représentant une alternative riche aux visites de classes, permettant de montrer les pratiques en action. La ressource doit aussi apporter des concepts aux phénomènes étudiés et évoqués. Les travaux de recherche utilisés comme ressource de formation peuvent, à ce niveau, représenter la part théorique de la formation. 
Ils se sont ensuite questionnés sur l’intérêt d’utiliser des travaux de recherche comme ressource de formation. Dans un premier temps, ils souhaitaient ramener le réel en plongeant les formés « au cœur des situations de classe », accélérer la diffusion des apports de la recherche et mettre à disposition des acteurs de terrain les travaux de recherche actuels pour éviter de créer une distance entre la recherche et la réalité du terrain. Ils ont aussi voulu dépasser l’expérience empirique, en étayant le choix par un raisonnement argumenté qui se fonde sur la recherche.
Ils se sont aussi interrogés sur les adaptations nécessaires pour transformer un travail de recherche en ressource de formation.

La diffusion des travaux de recherche des LéA permet donc de valoriser et d’essaimer la démarche de tâtonnement qui structure l’action enseignante au quotidien. La proposition de diffuser une vidéo du travail de recherche a suscité l’intérêt des collègues à propos de la méthode même de l’enregistrement et des entretiens d’auto-confrontation. Plus qu’une méthode de collecte de données en recherche, la diffusion de cette démarche en formation en fait aussi une méthode de collecte pédagogique, notamment pour évaluer le travail en groupe et l’engagement des élèves.

Retrouvez sur le blog les articles concernant le LéA classes coopératives Lycée Feyder


Témoignage du LéA collège-lycée Plaine Commune – 93

Gaïd Andro (CREN, Université Rennes 2, correspondante IFé) et Diane Chamboduc (Lycée Le Corbusier, Aubervilliers, correspondante LéA)

Le LéA collège-lycée Plaine Commune a débuté en septembre 2020, il travaille sur le lien entre la médiation scientifique et l’apprentissage scolaire. Leur problématique temporaire est de se demander s’ils peuvent penser conjointement comme une transposition didactique la médiation scientifique des savoirs et les apprentissages scolaires en histoire, et plus particulièrement en histoire sociale. Leur objectif est de croiser plusieurs cadres et de faire des ponts entre la recherche en histoire, les enjeux muséographiques et la transposition didactique.

Ce LéA intègre un projet de recherche beaucoup plus large, une collaboration multiple dans lequel le LéA n’est qu’un élément. Le projet est rattaché à l’association AMuLoP (Association pour un Musée du logement populaire), qui est elle-même financée par l’association ICM (Institut Convergence-Migrations), rattaché aussi au Campus Condorcet Aubervilliers. Il intègre aussi le Laboratoire du CREN (Centre de recherche en éducation de Nantes) et le Laboratoire du CHS (Centre d’histoire sociale des mondes contemporains), le collège Jean Lurçat (Saint-Denis) et le lycée Le Corbusier (Aubervilliers).

L’association AMuLop travaille à long terme sur la mise en place d’un musée du logement populaire et à court terme sur une exposition temporaire intitulée « La vie HLM. Histoire des habitant.e.s d’un logement populaire (1957-2000) », qui aura lieu de septembre 2021 à juin 2022. Cette exposition a pour but de mener une histoire générale des grandes évolutions socio-économiques contemporaines en se centrant sur l’histoire des habitants d’une barre d’immeuble d’Aubervilliers. Une enquête est en cours pour construire cette exposition sur cette micro-histoire.

Deux objectifs ont été défini à court terme dans l’équipe de travail : observer chez les élèves la circulation entre leur savoir social et le savoir scolaire visé par les programmes et de faire participer les élèves à la fabrication de ressources et d’outils qui seront intégrés dans l’exposition temporaire, afin d’observer chez eux, en quoi la réflexion sur l’exposition du savoir est un levier d’apprentissage pour eux. Ce travail a débuté au collège et au lycée.

L’équipe de ce LéA souligne que la diffusion est au cœur de leur projet et doit viser les enseignants mais aussi les professionnels de musée. La diffusion majeure de leurs travaux se fera par le biais de l’exposition constituée en partie de productions d’élèves, qui seront utilisées comme support de réflexion avec les visiteurs et comme support de formation pour les publics enseignants accueillis. A l’issue des trois ans de travail au sein du LéA, l’équipe souhaite construire des outils pérennes avec les élèves, notamment un site internet pensé comme un « musée virtuel ». L’idée est de poursuivre le dispositif muséographique par le numérique. L’équipe du LéA utilise aussi les différents réseaux proposés par l’Éducation Nationale pour diffuser et valoriser leurs publications. Ils profitent aussi de leur recherche pour mettre en place des formations destinés à utiliser l’exposition et plus tard le musée virtuel, pour travailler sur les effets produits par le dispositif muséographique sur les apprentissages des élèves. La diffusion est aussi élargie auprès de la communauté scientifique des sciences sociales.

Cette recherche du LéA permet de nourrir le futur « musée virtuel ». La médiation réalisée pour un public scolaire permet de faire avancer la médiation en direction de tous les publics.

Retrouvez sur le blog les articles concernant le LéA collège-lycée Plaine Commune – 93


Échanges et partage d’expérience en échos aux témoignages

Ces deux témoignages ont permis d’avancer des hypothèses sur les modalités de valorisation et de diffusion des résultats : sur le pourquoi ? Le comment ? Et sur quoi ?

Dans la présentation du LéA collège-lycée Plaine Commune, doit-on comprendre le mot « médiation » comme le lien entre les travaux réalisés en classe et un public plus large, qui serait ici le musée ?

Gaïd Andro explique qu’ils parlent de médiation scientifique dans leur projet et que des lieux comme le Palais de la Découverte ou la Cité des Sciences ont pu y réfléchir, mais cette réflexion a été peu théorisée dans les sciences sociales. En Histoire, la médiation scientifique est de l’ordre du récit, et cette difficulté que l’on peut avoir avec un savoir historique, on la retrouve dans les classes. On est finalement dans des questionnements transversaux.

De nombreux échanges ont émergés autour de l’utilisation de vidéo comme « outil d’observation ». Comment peut-on exploiter au mieux des vidéos réalisées dans des classes sans viser forcément des travaux de recherche ?

Pour ce qui est de l’objet d’étude présenté par le LéA Feyder, le travail en groupe, les vidéos peuvent être un outil d’observation du travail des élèves intéressant pour les enseignants. Finalement, ce qu’il faudrait évaluer dans un travail en groupe, ce n’est pas la production du groupe, mais le travail de groupe en lui-même. Le moyen d’enregistrement, qui peut aussi être sonore, permet de voir ce qui s’est passé dans les groupes, pas forcément pour une finalité d’évaluation, mais juste une finalité pédagogique.

Les vidéos réalisées en classe servent aussi de ressources pour la formation initiale ou continue. L’analyse d’activités en auto-confrontation est intéressante, cela donne un sens épistémologique et méthodologique. Les vidéos sont souvent utilisées dans les travaux de recherche de différents LéA. Deux projets ont particulièrement fait de cet outil leur objet de recherche. L’un étudiait les vidéos comme ressources de formation. L’autre utilisait les vidéos comme un dispositif de vidéo-formation pour la formation des proviseurs de lycées agricoles.

La réalisation de vidéos soulève un ensemble de question : A quel moment produit-on ces vidéos ? avec quelles visées ? A quelles conditions, avec quelles transformations peuvent-elles devenir des ressources de formation ?

Finalement, il existe deux types de travaux autour des vidéos. Soient elles entrent dans un dispositif de recherche auquel cas tout un tas de question émerge autour de ce sujet. Soit ce n’est pas le cas et on peut alors se demander : A quel moment produit-on ces vidéos ? Quel travail fait-on avec ces vidéos pour que cela puisse devenir des ressources de formation ?

Le LéA Feyder publie souvent sur le blog des LéA. Le passage à l’écrit n’est pas forcément un exercice évident. Il est intéressant de constater que ce LéA est très actif sur les réseaux. Mais comment font-ils pour produire autant ? Peut-on faire un lien avec leur travail sur la coopération ?

Laurent Reynaud explique qu’ils partagent leurs tâtonnements, pas forcément des articles très élaborés. Il y a une volonté de l’équipe de partager leur travail, ce qui gravite autour de l’objet principal de recherche en lien étroit avec les pratiques pédagogiques. Par contre, il publie peu sur le travail de recherche, ils attendent que cela soit plus abouti.

Est-il pertinent de mettre des éléments de travaux non finalisés sur le blog des LéA ?

Dans les différents témoignages, nous entendons beaucoup parler de la démarche, du processus, d’enquête et cela peut être intéressant de partager des réflexions en cours. Il y a une volonté de partager sur le blog des LéA ce type de témoignages. Le «Quoi de Neuf dans le Réseau des LéA » est un recensement des articles publiés dans le blog au cours du mois. Envoyé sur les boîtes mails au réseau des LéA et plus largement auprès de toutes les personnes intéressées par les travaux du réseau, il va permettre de valoriser les articles du blog et peut-être donner l’envie à d’autres de partager leurs travaux. Une question se pose alors : jusqu’où publie-t-on sur le blog ? Surtout si on élargit la publication.

Un exemple est donné à partir du site de la CARDIE de Créteil où la philosophie éditoriale a changé. Quand le site a débuté, il fallait que les publications soient bien fini, il fallait montrer quelque chose qui valait le coup dans la vitrine. C’était contre-productif, les équipes qui consultaient ces articles, n’osaient pas se lancer ensuite, ne se sentait pas capable d’écrire. Actuellement, il y a une nouvelle politique en termes de publication. Ce sont plus des publications qui présentent des démarches, des choses telles qu’elles sont, pas tout à fait finies, avec des problèmes, des questions. Cela permet aussi de mieux entraîner les équipes à ce passage à l’écrit. C’est le même chemin qui a été réalisé dans les formations. Les vidéos présentées en formation sont des vidéos qui soulèvent des questions pour faire évoluer.

Le LéA Feyder a un objet d’étude autour de situations pédagogiques. Pour un LéA qui porte sur des sujets plus globaux, est-il possible de déployer ce transfert dans la formation aussi facilement ?

Une typologie des formations est esquissée, on peut faire de la formation et de la diffusion dans plusieurs directions. Une des premières directions est vers la communauté scientifique. Une autre direction est celle à l’attention de l’ensemble des collègues d’un établissement. Lorsque l’on participe à ce type de projet, on se doit de rendre compte, de présenter le travail réalisé. Dans ce type de communication, on donne des résultats de recherche. Pour l’équipe de recherche collaborative, la méthodologie de l’enquête et de la recherche est formatrice. Par contre, dans la formation des enseignants, il manque la formation à l’enquête. On peut apprendre de l’enquête dans l’établissement où l’on est. Les LéA peuvent peut-être avancer sur ce sujet de la formation à l’enquête.

Un travail sur les ressources est en cours de réflexion entre le dispositif des LéA et le service de formation à l’Ifé. Le pôle formation a son propre cadre pour définir ce qu’est une ressource, qui est parfois un peu différent de ce qui a été présenté ici. Le questionnement actuel est d’essayer de repérer les savoirs, les méthodes qui ne sont pas envisagés comme des ressources et à quel point la ressource créée est-elle transposable dans la communauté éducative ?, Est-ce qu’elle est transposable ou comment la transformer pour qu’elle le soit ? Les critères retenus pour qu’une ressource devienne une ressource de formation sont l’utilité, l’utilisabilité et l’acceptabilité.


Rapport d’étonnement de Régis Guyon :

Régis Guyon a conclu ce troisième Rendez-vous des LéA en nous offrant des questions à garder en mémoire autour de la communication de nos travaux.

Le mot enquête est assez central dans les deux exposés et dans la discussion. Il est cité de manière assez différente : d’un côté une forme d’enquête professionnelle à réaliser en lien avec un sujet, un thème et d’autre part une enquête liée à l’histoire d’un territoire et d’en rendre compte.

Le mot expérience est aussi ressorti des deux témoignages. L’expérience vécue par les enseignants : comment rendre compte de cette expérience ?de ces tâtonnements ? de ses propres hésitations ? de ces tentatives infructueuses ? de ces réajustements progressifs ? Finalement, comment rendre compte de ces expériences professionnelles ?

Dans l’exemple du LéA collège-lycée Plaine Commune, on parle aussi de l’expérience des enfants, des habitants. Comment les rend on participants de cette connaissance ? Comment rendre compte de leur expérience vécue ?

Une question évoquée a plusieurs reprises est la question de l’exposition. Comment s’expose-t-on ? La communication avec des collègues est, par exemple, souvent compliquée, même si tout dépend du contexte. Lorsque l’on produit des choses, on s’expose forcément. Quand on publie sur le web, on s’expose encore plus et même auprès de personnes que l’on n’imaginait pas. D’où la question : A qui l’on parle ? Quand on fait un article, un billet de blog, à qui s’adresse-t-on ? On peut parfois être mal lu, mal compris, mal réceptionné.

Autour de la formation, demandons-nous aussi pourquoi faire ? Ce que j’ai vécu dans mon expérience, à qui cela peut servir ? Et comment cela peut être utile aux autres ? Comment faire trace de sa propre activité ? et comment cette trace devient ressource à un moment donné ? A quel moment cela est partageable ? Diffusable ?

Pour terminer, se pose aussi toute une réflexion autour de l’écriture. Quel accompagnement donne-t-on à l’écriture ? Se demander si on est lisible, entendable, si cela parle au lecteur.

Les membres du comité de pilotage du Réseau des LéA remercient Laurent Reynaud, Gaïd Andro et Diane Chamboduc pour leur travail et leur présentation autour de la thématique proposée dans ce Rendez-vous. Merci à Régis Guyon d’avoir recueilli l’essentiel dans sa conclusion. Et merci à l’ensemble des participants d’avoir permis de faire vivre ce temps d’échange.

Nous vous invitons à nous retrouver lors de la Rencontre internationale du Réseau des LéA le mercredi 26 mai, de 9h à 17h, pour mettre au travail la thématique : « Sur les traces de l’activité des passeurs dans les LéA »

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search