Rendez-vous des LéA du 3 mars 2021 : Méthodologies et outils d’analyse dans les projets collaboratifs

Le mercredi 3 mars 2021, de nombreux acteurs des LéA (enseignants, formateurs, chercheurs, parents d’élèves) et membres du réseau des LéA (référents, membres du comité de pilotage, partenaires des LéAL du Liban) se sont retrouvés pour le deuxième Rendez-vous des LéA (toutes les informations sur la page dédiée sur le site des LéA).

Cette fois, nous nous sommes réunis autour des méthodologies et outils d’analyse dans les projets collaboratifs. Deux équipes de LéA ont illustré ce thème à travers leur témoignage. S’en est suivi un temps de questions et d’échange avec l’ensemble des participants. Pour finir, Jean-Charles Chabanne, grand témoin de ce deuxième Rendez-vous des LéA, nous a fait part de son rapport d’étonnement sur ces thèmes.


Témoignage du LéA École Jules Ferry Villeurbanne

Fabienne Delauzun et Géraldine Dourlhès (professeures des écoles à l’école élémentaire Jules Ferry), Jean Paul Filiod (enseignant-chercheur HDR à l’Inspé de Lyon et au Centre Max Weber, correspondant IFÉ) et Delphine Morand-Dumarski (professeure des écoles à l’école élémentaire Jules Ferry, correspondante LéA)

Ce projet, nommé MUSEXPEM, est né d’une rencontre entre un musicien enseignant artiste et un enseignant avec l’envie de proposer une éducation musicale fondée sur la combinaison de sons provenant de sources diverses. Après deux années de réflexion, en 2018, leur projet LéA est né avec deux grands objectifs : analyser la mise au travail des élèves par la participation, l’échange et l’appropriation individuelle et collective ; analyser la dynamique professionnelle des professeurs des écoles du point de vue de l’éducation musicale, et plus largement de l’éducation artistique et culturelle. Une équipe de neuf enseignants, un chercheur et trois musiciens s’est engagée dans ce projet.

Depuis ces débuts, l’organisation au sein de ce LéA ne cesse d’évoluer. La recherche collaborative s’est étendue d’une classe la première année, à cinq classes la deuxième année. Initialement, tous les enseignants observaient les temps d’ateliers en classe. Pour plus d’efficacité, le collectif s’est partagé deux rôles : un groupe d’accueil et l’autre d’analyse. Le groupe d’accueil est constitué d’enseignants accueillant dans leur classe les musiciens et le chercheur. Leur coopération permet de mettre en œuvre une démarche d’éducation musicale construite à partir de deux ateliers : manipulations sonores et improvisations ; écoute d’œuvres musicales variées. Le groupe d’analyse est formé d’enseignants qui mettent en commun leurs observations, leurs analyses et interprétations autour des activités produites. La correspondante LéA fait le lien entre les deux. Les rôles de chacun ont été redéfinis dans cette nouvelle organisation et ont permis de faire évoluer l’équipe ensemble et plus efficacement. Ils ont aussi défini deux objets de recherche : l’écoute (en général et musicale) et la coopération (entre élèves, entre adultes, entre élèves et adultes).

Jean-Paul Filiod, chercheur du projet LéA, a proposé à l’équipe une méthode de travail pour pouvoir faire évoluer leur projet : réagir à des filmages, en discuter, faire ressortir les points marquants. À cela se sont ajoutés des observations directes, des enregistrements sonores, des vidéos, des entretiens individuels de professionnels et des entretiens avec des enfants. La durée d’un projet LéA permet justement de travailler sur la durée avec une certaine flexibilité. Toutes ces données sont ensuite étudiées lors de séminaires MUSEXPEM où se réunissent l’ensemble des membres du LéA.

L’équipe est en train de travailler sur un schéma heuristique MELOMAP, proposé par une enseignante, la correspondante LéA, pour présenter à l’équipe d’Accueil les éléments développés dans les ateliers. Cet outil permet de rassembler les activités réalisables en classe avec les rôles de chacun mais aussi d’être une base de discussion. La cartographie est amenée à évoluer suivant les expériences de chacun. C’est à la fois un outil pédagogique mais aussi un outil d’analyse qui va faciliter la recherche.

Fabienne Delauzun, Géraldine Dourlhès, Jean Paul Filiod et Delphine Morand-Dumarski concluent leur témoignage en évoquant la progression visée sur la prochaine année. Ils souhaiteraient poursuivre l’exploitation de MELOMAP en approfondissant son utilisation pour l’analyse et en le rendant numérique. Ils réfléchissent à l’intégration des élèves dans l’utilisation de cet outil et à leur implication avec eux comme collaborateurs de ce projet de recherche. Les enfants disent des choses avec des mots très différents et cela ouvre des pistes de réflexion.

Retrouvez sur le blog les articles concernant le LéA École Jules Ferry Villeurbanne


Témoignage LéA ENILVEA à La Roche sur Foron

Aurélie Goy (enseignante à l’ENILVEA à La Roche sur Foron) et Jean François Metral (ingénieur de recherche à Agrosup Dijon)

Le LéA ENILVEA à La Roche sur Foron est constitué de différents acteurs d’un établissement professionnel de l’agro-alimentaire et d’une équipe de recherche d’AgroSup Dijon. L’objectif de ce projet est d’examiner la place prise par les mises en situations dans les ateliers technologiques et les conditions d’apprentissages que ces mises en situation contribuent à créer. Les ateliers ont une place particulière dans cette école. Ils fonctionnent comme une entreprise avec des ouvriers et des moniteurs qui ont un rôle de production mais aussi un rôle pédagogique. Ils sont tous accompagnés par des enseignants et des formateurs. Une des volontés de cet établissement est de mieux comprendre et maîtriser ce qui se déroule dans ces ateliers et de tirer parti de cette mise en situation.

Initialement, en septembre 2019, une grille d’évaluation par compétences professionnelles a été élaborée par les acteurs de terrain pour aider les moniteurs à observer l’évolution de l’acquisition de ces compétences et pour que les étudiants puissent se positionner vis-à-vis de leurs acquis. La partie recherche portée par Jean-François Metral a apporté un éclairage lors de la mise en œuvre de la grille en s’appuyant sur des traces objectives d’évaluation des compétences. Le chercheur observe les usages en classe, fait passer un questionnaire et réalise des entretiens avec les enseignants et les moniteurs des ateliers. Après analyse et discussion, l’équipe comprend que cette grille permet de décrire une tâche mais ne permet pas de remplir leurs objectifs. En janvier 2020,un animateur du centre de ressources a proposé une fiche action pour les étudiants. Ce document, donné aux étudiants en amont, est un outil préparatoire pour l’analyse de leur travail en atelier. L’analyse est déportée dans le temps et le compte-rendu est attendu sous forme d’une liste de tâches exhaustives. Cela permet de mieux ancrer le regard des étudiants et de creuser le sens de leur travail. Ils sont amenés à réfléchir sur leurs actions et ce qu’elles demandent comme combinaisons de savoirs, savoir-faire et attitudes professionnelles. 

Après avoir stabilisé le format de la fiche action, un focus a été réalisé sur des entretiens et des séances de débriefing avec les élèves et les chercheurs autour de leur usage. Ces temps d’échange a permis de réaliser les difficultés qu’ont les étudiants à exprimer ce qu’ils vivent dans ces temps d’atelier. La présence d’un enseignant et d’un moniteur pour les éclairer s’est montrée nécessaire.

L’équipe a choisi de mettre en lien les séances de débriefing et l’épreuve pratique professionnelle qui est un temps fort de leur formation. Cette épreuve mobilise les équipes et permet de donner de la valeur au travail de chacun. Il est dorénavant prévu d’avoir un enseignant, un moniteur, un correspondant LéA et un chercheur, ce qui permet de soulever les points qui restent préoccupants pour les étudiants, comme donner du sens rapidement aux thématiques hebdomadaires abordés ou démêler les difficultés autour de la production.

Après un an et demi de travail dans ce projet LéA, Aurélie Goy et Jean François Metral constatent que les modalités se sont stabilisées au fur et à mesure. De nouveaux aménagements seront réalisés après un temps de pratique et de réflexion. Les propositions didactiques permettent progressivement de maintenir l’attention de l’équipe et de recentrer le travail autour du projet. Les étudiants sollicitent des retours sur les temps d’observation, cela permet de les maintenir au travail et de leur donner des habitudes.

Ces deux témoignages mettent en exergue la diversité d’outils et de tâches mises en œuvre pour pouvoir évoluer, dans le temps et en collaboration, dans l’objet d’étude. Les outils mis en place dans les projets permettent à la fois de nourrir la recherche et de former les enseignants.

Retrouvez sur le blog les articles concernant le LéA ENILVEA à La Roche sur Foron


Échanges et partage d’expérience en échos aux témoignages

Pourquoi avoir relevé deux mots-clés ECOUTE et COOPERATION dans le projet de LéA École Jules Ferry Villeurbanne?

Jean-Paul Filiod revient sur leurs choix en expliquant que la musique est une combinaison de sons. Une des compétences travaillées est l’écoute de l’autre et la coopération. Au niveau de l’éveil musical, les membres du LéA École Jules Ferry Villeurbanne se sont questionnés sur le lien entre la musique et ce que l’on écoute en dehors. Par exemple, peut-on considérer la voix comme un instrument ? Ces questions sont apparues au moment des entretiens avec les élèves. Comment peut-on travailler dans le cadre d’un parcours artistique et culturel ? Grâce à ce travail de recherche, les acteurs de projet ont pu réaliser que l’on pouvait faire de l’éducation musicale sans musicien. Il n’est pas question de former les enseignants mais de faire en sorte que les choses avancent.
Qu’est-ce que l’on entend par écoute et coopération ? Un questionnaire a été réalisé pour mettre en évidence ce que chacun comprenait de ces termes. L’écoute est liée à la musique et à l’attention (faire une cellule et écouter l’autre). La coopération est présente entre les enfants , entre les adultes et entre les adultes et les enfants. Le LéA permet de se questionner et de se remettre en question avec pour objectif de construire un outil utilisable. Il a été réalisé par les enseignants, puis finalement devient une production utilisable pour la recherche.

On constate que, dans ce LéA, les rôles se sont répartis par l’expérience du travail de l’équipe. Le schéma proposé pour synthétiser les travaux devient un support de formation, qui permet de poursuivre le travail. Pourquoi rendre cet outil numérique  ?

Les membres du LéA École Jules Ferry Villeurbanne expliquent que si c’est outil devient numérique, il pourra devenir un support utilisable par toutes les équipes : par l’équipe d’Analyse, par des musiciens mais aussi pour les formations. Des liens visuels et sonores pourront y être insérés. On peut aussi imaginer que les enseignants l’utilisent en classe. Une demande de prolongation du LéA d’une année a été réalisée pour développer cet outil. Ils se posent aussi la question des données qui seront traitées, peut-être qu’ils les inséreront dans MELOMAP. Cela permettrait d’organiser les données vidéos, sonores, textuelles et chacun en fera un usage particulier. Les musiciens qui travaillent dans ce LéA donnent, grâce à leur expérience, des éléments pour avoir une lecture commune.

Comment procéder aux analyses communes ? Jusqu’à quel point outille-t-on les équipes pour ces analyses ? Comment les équipes arrivent à catégoriser les analyses ?

Jean-Paul Filiod explique que chacun a un morceau et analyse une partie de l’écoute ou de la coopération (observation vidéo). Le chercheur se met dans une attitude qui favorise la coopération. Il fait l’entretien, puis il travaille sur une grille commune d’analyse et un retour collectif. Les outils d’analyse ont été construits avec et pour l’équipe des utilisateurs : chercheurs, musiciens, enseignants.

Les entretiens réalisés avec les étudiants de BTS se déroulaient-ils avec un seul ou plusieurs élèves ? Ont-ils aussi pris la place d’observateur ?

Les entretiens étaient individuels pour que les étudiants ne soient pas influencés par d’autres réponses. L’équipe du LéA ENILVEA à La Roche sur Foron souhaiterait refaire un entretien pour leur partager les analyses de ces entretiens. Les étudiants ont bien différencié les entretiens avec les chercheurs et avec les enseignants. Par exemple, pour les entretiens avec les chercheurs, les élèves attendent des retours, « savoir s’ils ont été bien ». Avec le temps, ils sont sortis de cette idée, ils ne les voient plus comme des évaluateurs, d’où le besoin d’avoir du temps pour aller plus loin. Dans les derniers entretiens, ils ont visualisé des images pour les aider à aller plus loin  dans leur analyse. La réaction a été intéressante, ils ont pris conscience du chemin parcouru.


Rapport d’étonnement de Jean-Charles Chabanne :

Jean-Charles Chabanne, professeur des Universités (ECP, Lyon 2) a conclu ce deuxième Rendez-vous des LéA en donnant des pistes en écho aux deux témoignages.

La démarche présentée par les deux LéA montre l’intérêt d’un réseau pour regarder le travail de l’autre, avec un regard nourrissant même si ce n’est pas notre spécialité. Dans ces recherches collaboratives, nous pouvons observer la confiance pour regarder l’autre, même s’il y a beaucoup de paramètres entre les deux. Ce qui est au centre de ces deux équipes est la question de la formation et que ce ne soit pas une formation descendante, qui n’est pas là pour apporter des normes et des modèles.

On remarque aussi que les uns et les autres sont soucieux de faire du beau travail. Dans un dispositif de collaboration, chacun est amené à préserver son espace propre mais aussi quelque fois à se mettre à la place de l’autre.
Dans la question qui a été posée – « est-ce que les élèves ont-un rôle ou quelque chose qui s’apparente au travail du chercheur? » – on voit par exemple que les moniteurs comme les musiciens sont des spécialistes de contenus, qui travaillent avec les spécialistes de l’enseigner, du réfléchir, que sont les chercheurs et peut-être même avec les spécialistes de l’apprendre que sont les élèves. Chacun d’eux vient sur le terrain de l’autre pour améliorer son propre travail. Les élèves en étant un peu chercheur, un peu enseignant, réussissent mieux leur métier qui consiste à réussir des examens à court terme et à long terme de faire du beau travail. Personne n’est à la place de l’autre, mais tout le monde s’intéresse au travail de l’autre. Chacun a besoin de l’autre. Il y a un gain apporté par cela.

Ensuite, ce qui ressort de ces deux témoignages est le rôle de l’instrument, de l’outil : la carte heuristique pour l’un et la fiche action pour l’autre. Cet objet frontière circule entre tous, les enseignants, les moniteurs, les musiciens et les chercheurs et permet aux élèves de mieux comprendre ce qu’ils font, de se positionner sur les compétences à acquérir. Cela devient un outil pour tous.

La qualité de ce qui a été montré est aussi l’intérêt, le gain pour tous les participants du dispositif collaboratif avec en tension, le souci de tous rester à sa place et de faire du bon travail dans son domaine.

Tout le monde a envie d’évoluer et pour cela, nous avons besoin de nous confronter au réel de l’activité, d’appuyer la formation à partir de la compréhension des problèmes. On a besoin à la fois d’un recul théorique qui est plutôt le travail du chercheur et d’un ancrage dans la réalité qui est le travail du praticien, de l’élève. Il n’y a pas d’accès au réel sans outil théorique. 


Les membres du comité de pilotage du Réseau des LéA remercient Fabienne Delauzun, Géraldine Dourlhès, Jean Paul Filiod, Delphine Morand-Dumarski, Aurélie Goy et Jean François Metral pour leurs témoignages enrichissants et qui nous ont permis d’alimenter des questionnements autour de la thématique proposée dans ce deuxième Rendez-vous. Merci à Jean-Charles Chabanne pour avoir rassemblé l’essentiel dans son rapport d’étonnement. Et merci à l’ensemble des participants d’avoir permis de faire vivre ce temps d’échange.

Nous vous invitons à nous retrouver au prochain Rendez-vous des LéA le jeudi 25 mars, de 17h30 à 19h, pour échanger autour du thème « Modalités de valorisation et de diffusion des résultats. Communication sur son LéA». 

Retrouvez sur le blog tous les articles concernant les rendez-vous des LéA en suivant ce lien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search