LéA[PRO], en phase exploratoire

Pour mener à bien notre recherche sur les effets du passage par l’écriture pour entrer dans le monde professionnel, nous avons procédé à un premier recueil d’écrits produits dans nos lycées associés :

  • lycée Louis de Cormontaigne de Metz,
  • lycée des métiers entre Meurthe et Sânon de Dombasles-sur-Meurthe,
  • lycée Blaise Pascal de Forbach,
  • lycée Camille Claudel de Remiremont.

Logo LéA [PRO]Notre protocole consiste à recueillir, pour chaque écrit, trois exemplaires produits dans une même classe : une version correspondant à ce que visait l’enseignant, une version éloignée de ses attentes et une dernière version les dépassant largement.

La personne chargée de la collecte indique en outre quelques informations relatives aux conditions de recueil et de production de l’écrit à analyser :

  • date de la production,
  • niveau de classe concerné, parcours de formation et intitulé du diplôme préparé,
  • désignation institutionnelle de l’écrit,
  • durée accordée pour la production,
  • lieu de production,
  • consigne d’écriture,
  • types d’aides apportées, le cas échéant,
  • critères de classement de chaque version dans sa catégorie de recueil.

Les premières analyses de ce corpus permettent de partager, documenter et discuter nos manières de concevoir de tels écrits, d’en accompagner la production et de les exploiter pour former les professionnels de demain.

Les critères d’analyse des écrits recueillis reposent sur une définition de quatre traits caractéristiques d’un écrit de type rapport d’activité professionnelle, défini comme :

  • un texte (structuré selon un plan, avec une introduction, un développement en plusieurs parties, une conclusion),
  • le produit d’une formation (scolaire, académique, disciplinaire), répondant à des textes prescripteurs, institutionnels,
  • la formalisation d’un retour sur une expérience professionnelle (narration, réflexivité, articulation entre savoirs et expériences par la médiation de l’écriture),
  • une situation discursive favorisant une dynamique identitaire, la construction d’une identité professionnelle.

À partir de ces critères définitionnels, s’appliquent des critères d’analyse qui permettront non seulement d’éclairer la composition de chacun mais aussi d’en mener une analyse comparée :

  • description de la structure du texte (titre, plan, nombre de parties, niveaux de titres, nombre de pages, de mots et de signes, nombre d’illustrations, nature des illustrations)
  • identification du degré de prise en charge du lecteur de l’écrit (narration, description, explication, définitions, commentaire, présence de métalangage, désignations des parties du texte, précision lexicale
  • étude des dimensions discursives de la production ; présence :
    • du discours technique caractéristique de la profession étudiée,
    • du discours commercial (conseil- clientèle),
    • du discours académique (sommaire/texte qui témoigne des apprentissages).
  • repérage de trace de secondarisation et de distance critique :
    • Prise en compte du lecteur (commentaire de l’écrit, évocation de manques dans la formation suivie, soulignement des attendus professionnels et académiques, lien avec un projet d’avenir…)
    • Écarts par rapport aux modèles textuels fournis :
      • Réorganisation (ajout ou suppression de sous-parties, modification du plan)
      • Reformulations lexicales : choix lexicaux (formulations personnelles, emploi d’adjectifs qualificatifs, d’adverbes…)
    • Exploitation de l’expérience pour formaliser des apprentissages (ce que j’ai appris, que je ne savais pas auparavant/ce que j’avais appris et que j’ai eu l’occasion de vérifier…)

Les correspondants initiateurs du projet ont rencontré les pilotes et les acteurs des lieux d’éducation associés afin de recueillir les attentes et questions de chacun et chacune parmi les enseignants et enseignantes intéressés par le projet.

Trois grands thèmes se sont dégagés au fil des discussions :

  • la maitrise de la langue nécessaire à cette production écrite,
  • la maitrise des usages d’outils informatiques dédiés à la recherche documentaire et à la rédaction organisée d’un texte long,
  • l’approche étayée de l’entrée dans le métier par l’écriture.

Ces trois axes de réflexion ont fait surgir un enjeu fort que nous pensions, à l’origine, comme important mais périphérique : la cohésion dans le groupe des intervenant.e.s dans la formation à et par l’écriture professionnelle et la mise en œuvre efficiente de modalités de co-intervention dans la formation professionnelle. En effet, chaque réunion a été l’occasion de constater que des enseignants de disciplines générales aux enseignants de disciplines professionnelles, en passant par les professionnels-maitres de stage, chaque personne est réduite à une vision partielle de la formation à cette écriture dont la spécificité est cependant d’emprunter à tous les champs de la formation pour se développer.

Ces premiers constats vont servir de base à une prochaine réunion de toutes et tous, avec, au programme :

  • une mise en commun des résultats de ces analyses exploratoires,
  • une restitution à toutes et tous des rencontres et des questions de recherche qui en émergent,
  • la composition de groupes de recherche autour des objets sélectionnés (rapport d’activité professionnelle, revue de projet du chef-d’œuvre, livret de stage ou CR d’activité),
  • le choix d’une méthodologie d’enquête pour saisir le point de vue intrinsèque de chaque acteur de la formation sur cet écrit de formation à produire,
  • la planification des travaux à entreprendre par la suite et la répartition des tâches à

À suivre…

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search