MÉLOMAP, un outil est né au LéA Jules Ferry

Freinée par la crise sanitaire, l’équipe de recherche MUSEXPEM s’était retrouvée avec enthousiasme pour un séminaire de rentrée fin août 2020. Emportée par son élan, entrant dans sa troisième année de travail, elle avait décidé de se retrouver au complet, quatre fois dans l’année lors de « séminaires de travail ». Cette recherche collaborative, qui a comme support un projet d’éducation musicale en école élémentaire, regroupe trois équipes, qui travaillent parfois en autonomie ou se retrouvent dans l’équipe complète Musexpem :
équipe Accueil,
équipe Analyse
– et équipe Musiciens.

L’équipe Analyse, composée de cinq enseignantes et du chercheur, prennent en main des outils pour recueillir et traiter des données, échangent sur la pertinence de tel ou tel aspect de la recherche. Au fil des discussions se sont dégagés deux grands axes de recherche, centrés sur l’écoute et la coopération, chacun décliné en thématiques : écoute musicale, écoute en général ; coopération entre enfants-élèves, entre adultes (enseignants, musiciens, chercheur), entre adultes et enfants-élèves. Les enseignantes de l’équipe Accueil reçoivent au sein de leurs classes, une équipe de musiciens avec qui elles coopèrent afin de mettre en œuvre une démarche d’éducation musicale construite à partir de deux ateliers (manipulations sonores et improvisations ; écoute d’œuvres musicales variées). Régulièrement au fil de l’année, cette équipe Musiciens et les correspondants IFé et LéA se retrouvent pour des régulations.

Quatre séminaires Musexpem (regroupant donc les trois équipes) répartis sur l’année scolaire, nous semblaient indispensables à une bonne coopération en cette dernière année. La crise sanitaire a entravé ce programme, et nous avons dû nous rabattre, en ce mois de janvier 2021, sur plusieurs réunions en petits groupes, en présenciel ou en distanciel.

Lors de la réunion de l’équipe Accueil qui a entamé cette série de rencontres, la correspondante LéA a apporté un schéma heuristique, reprenant les éléments développés dans les deux ateliers menés en parallèle. Cet outil, initialement destiné à l’équipe Accueil, afin que les enseignantes puissent travailler en dehors de la présence des musiciens, s’est avérée être une carte à la fois descriptive et explicative de l’ensemble du travail du LéA. Elle nous offre l’occasion de penser le lien entre apprentissage, enseignement, formation et recherche. Elle sera présentée et discutée le 3 mars prochain à la Rencontre des LéA.

Dans le même temps, les correspondants LéA et IFé ont rencontré leur référente LéA (Bertille Joseph) afin d’évaluer la possibilité de prolonger le LéA d’un an. L’idée a mûri depuis : prendre le temps d’investir ce schéma heuristique baptisé MÉLOMAP, afin de créer un outil à fonctions multiples, le destinant à des usages orientés vers l’apprentissage, l’enseignement, la formation et la recherche. La discussion du 3 mars 2021 avec des membres des autres LéA nous permettra sans doute de préciser un peu mieux le sens que pourrait porter cet outil. Sa numérisation, notamment, est en question.

Ce début d’année civile, plutôt fructueux, a également vu la poursuite de la campagne d’entretiens menés avec des enfants-élèves. Une autre série d’entretiens, menés en duo (le chercheur et un membre de l’équipe Analyse), sera conduite auprès des trois musiciens et des cinq enseignantes de l’équipe Accueil. L’ensemble de ces entretiens viennent compléter notre base de données déjà bien fournie : vidéos de séances faites en classe (y compris hors-les-murs), réunions de travail, échanges informels, entretiens ouverts avec tous les enfants-élèves de la classe concernée la première année.

Après avoir réalisé des analyses vidéo, nous finalisons donc notre campagne d’entretiens avec les enfants-élèves (25), balayant l’éventail du CP à la 6e, certains sujets découvrant le projet cette année tandis que d’autres l’ont vécu au moins une fois avant (les 6e sont des élèves de CM2 de l’an dernier).

Le travail d’analyse de ces entretiens, prévu au printemps, nous interroge d’ores et déjà sur la place à accorder à la participation des enfants-élèves : sont-ils simplement des réceptacles de nos questionnements et des fournisseurs de données scientifiques ? Ou devons-nous les considérer comme des membres à part entière de la recherche co-laborative ?
Certaines données déjà obtenues dans ces entretiens ouvrent en effet sur une perspective de recherche pouvant laisser une place aux enfants-élèves dans l’analyse des données. Le travail sur l’outil MÉLOMAP sera, sans aucun doute, l’occasion de mettre à l’épreuve cette question fondamentale de la participation des enfants-élèves à la production scientifique et aux pratiques pédagogiques qu’elle donne à penser.  

Ce fourmillement enthousiasmant renforce notre travail d’analyse collaborative entre musiciens, enseignants et chercheurs. Le temps de la diffusion, de la communication est arrivé et, si aujourd’hui, le chercheur communique seul dans certains lieux *, nous écrivons à plusieurs mains, communiquons à plusieurs voix (rendez-vous le 3 mars). Signe d’une collaboration à plus long terme souhaitée par l’équipe, par exemple en vue d’un travail d’édition rendant compte plus complètement de cette recherche.

* Article pour la revue ethnographiques.org pour un dossier intitulé Enquêter avec les enfants et les adolescents. Terrains, outils, éthiques (publication prévue en mars 2022). Conférence au colloque Music Is What We Do de l’European Association for Music in Schools (EAS) à Freiburg-im-Breisgau, du 24 au 27 mars 2021.

* * *

Rédaction : Jean Paul FILIOD et Delphine MORAND-DUMARSKI, correspondants IFé et LéA.
Relecture par l’ensemble des membres de l’équipe MUSEXPEM.

 


Jean Paul Filiod

Formé en anthropologie et en sociologie, Jean Paul Filiod a abord travaillé sur la vie domestique (L’univers domestique au singulier-pluriel. Contribution à une ethnographie de l’habiter, thèse de doctorat). Il publie Le désordre domestique en 2003 et, dans le prolongement de son recrutement à l’IUFM de Lyon (devenu École supérieure, puis Institut national supérieur du professorat et de l’éducation, INSPÉ), il a fait porter ses recherches sur l’éducation et coordonné l’ouvrage Anthropologie de l’école (Ethnologie française, 2007). Une longue recherche sur des résidences d’artistes en école maternelle (Lyon, 2004-2015) le conduira à rédiger de nombreux articles et rapports. La réflexion à laquelle elle a donné lieu l’a conduit à la publication de l’ouvrage L’éducation en partage. Une sociologie anthropologique du travail éducatif (éd. EME, 2018). Centrés sur la dimension collective du travail et sur les usages de l’image animée en mode co-laboratif, ses travaux de recherche actuels concernent principalement l’éducation artistique, notamment musicale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search