La formation au coeur des LéA

Le LéA TEC (Traces écrites école-collège en Terres de Lorraine) est  évoqué dans le cadre de la conférence de comparaison internationale sur la formation continue et le développement professionnel des enseignants.

Notre LéA a l’honneur d’être nommé parmi les projets innovants en France. Mais ce sont aussi les LéA de Lorraine et le réseau tout entier des LéA qui sont présentés comme des lieux d’innovation.

Si le LéA TEC est mis en avant, c’est parce que nous avons eu l’honneur d’être invités, par le réseau Canopé de Lorraine (dirigé par Véronique TACIAK), à participer à un atelier lorrain, jumelé à la conférence internationale, le 7 janvier dernier. Nous y avons témoigné de notre expérience, en soulignant les intérêts d’un dispositif de formation adossé à la recherche et d’un dispositif de recherche adossé aux pratiques de scolaires déclarées, observées et partagées.

Nous avons souligné les spécificités du dispositif : multicatégoriel, installé dans un temps long et générant du développement professionnel.

Un dispositif pluricatégoriel :

  • Diversité des statuts des participants : enseignants de 1er degré/2nd degré/enseignement supérieur, enseignant.e.s chevronné.e.s/stagiaires/débutant.e.s, étudiants/étudiantes en Master MEEF, conseillers/conseillères pédagogiques, IEN, chefs/cheffes d’établissement du secondaire, chercheur.e.s
  • Centration sur l’objet-frontière (Star et Griesermer, 1989 ; Trompette et Vinck, 2009) de la trace écrite. Étudier cet objet ensemble, le penser en permanence en lien avec nos divers contextes d’exercice produit des mouvements de contextualisation, décontextualisation, recontextualisation. Nos points de vue se décentrent, nos représentations évoluent, notre connaissance de l‘objet se densifie et s’accroit.
  • Cette diversité des contributions favorise les liens entre nos références institutionnelles, professionnelles et scientifiques (trois littératures constitutives de la culture professionnelle des enseignants réflexifs). Un tel contexte active la circulation des savoirs dans nos contextes d’exercices respectifs.

L’intérêt du temps long : un projet sur plusieurs années

    • Année 1- Analyse des pratiques et construction de l’objet et de la méthode d’enquête. Documentation: lectures pour documenter scientifiquement, professionnellement et institutionnellement le questionnement initial.
    • Année 2- Mise en œuvre de l’enquête de la recherche: recueil et traitement de données, production de résultats et expérimentations en parallèle.
      Nous avons soumis un questionnaire à 178 élèves d’écoles et de collèges de l’académie, sur leur perception des usages de la trace écrite scolaire et expérimentation de traces écrites innovantes
    • Année 3- Production de ressources 
      • stages (PAF)
      • animations pédagogiques à la maison pour la science (INSPE de Lorraine),
      • formation filée en REP+ à Woippy,
      • conférence dans le cadre d’une Journée d’Étude sur la litéracie scolaire (co-organisée avec le groupe de travail académique « Litéracie » de l’académie de Nancy-Metz, sous le pilotage de Patricia IZQUIERDO, IA-IPR de lettres),
      • assises de la formation dans l’académie de Lorraine,
      • atelier CNESCO,
      • communications scientifiques (formalisation des résultats en vue de publications orales et écrites).

Un levier de développement professionnel :

  • Une activité réflexive intensifiée qui se superpose aux activités professionnelles ordinaires et y apportent un éclairage particulier.
  • Des possibilités de temps informels qui permettent une cohésion dans le groupe et contribuent à construire un collectif de travail.
  • Un dispositif qui favorise l’implication personnelle, la réflexivité et le développement professionnel grâce à :
    • un cadrage thématique et scientifique sécurisant et situation non hiérarchique de rencontre entre les participants (chacun a à apprendre des autres participants),
    • une mise en situation d’analyse de pratique partagée, d’expérimentation et de production : travail d’ingénierie collaborative,
    • une valorisation en interne et en externe (cadrage institutionnel : DSDEN/CARDIE/MIFOR/IFÉ/Université de Lorraine/laboratoire CREM – centre de recherche sur les médiations),
    • un contexte favorable à la reprise d’études (trois membres de notre LéA ont validé des certifications (CAFIPEMF/CAFFA/Master MEEF, mention innovation et développement professionnel, INSPE-Université de Lorraine).

Pour conclure,

  1. Le LéA offre 
  • un cadre pour se former,
  • un collectif sécurisant au sein duquel les participant.e.s osent expérimenter,
  • une complémentarité par rapport à d’autres dispositifs de formation, plus ponctuels et plus transmissifs.
  1. L’accompagnement du réseau des LéA offre :
  • un cadre institutionnel, voire un label,
  • la mise à disposition d’espace de communication : site et blog ,
  • un accès facilité pour les enseignant.e.s aux pratiques de recherche,
  • une mise à disposition d’outils favorisant la formalisation et la circulation de savoirs documentés et issus de l’expérience.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search