Séminaire de rentrée des LéA 2020 – Compte-rendu de l’atelier « Outiller les pratiques collaboratives en distanciel, entre les temps de travail en présentiel »

Lors du Séminaire de rentrée des LéA 2020, une quarantaine de personnes ont participé à l’atelier Outiller les pratiques collaboratives en distanciel, entre les temps de travail en présentiel, préparé et animé par Nathalie Flipo, Sophie Joffredo-Le Brun et Michèle Prieur.

L’objectif central de cet atelier était d’outiller les pratiques collaboratives, entre temps de travail à distance et en présence à partir des questions suivantes : Quels sont les facteurs clés de la réussite d’une collaboration à distance ? En quoi les pratiques vécues à distance peuvent devenir des pratiques augmentées ? Comment répartir au mieux les temps en présentiel et les temps à distance ? Les temps synchrones et asynchrones ?

Les trois sessions de cet atelier se sont organisées autour de :

  • La présentation des modalités de collaboration du LéA MOCA REP+ Vilar-Grigny à travers le témoignage de Florent Delaroque, correspondant LéA ;
  • Le recueil des modalités de travail expérimentées et/ou identifiées par chaque participant sur un tableau partagé ;
  • Des échanges autour des pratiques collaboratives hybrides.

La première partie de cet atelier visait à présenter les modalités de collaboration à distance et en présence du LéA Moca. Ce témoignage a permis de mettre en évidence certaines conditions de réussite et de points de vigilance pour que ce type de collaboration puisse fonctionner en particulier la nécessité d’une part que les membres du LéA aient déjà des habitudes de travail à distance et d’autre part que le sentiment d’appartenance à une équipe soit déjà présent. A cela s’ajoute l’importance d’organiser les temps à distance avec des temps en plénière et en groupe.

Cette présentation a permis d’introduire la seconde partie de l’atelier, le recueil d’expériences et de pratiques de chacun des participants à partir d’un tableau partagé dont voici l’intitulé des huit colonnes à compléter :

  • J’appartiens au LéA ou à la structure de rattachement
  • A quel moment j’ai eu besoin de collaborer à distance ? avec qui ? pourquoi faire ?
  • Les outils que j’ai utilisés ?
  • Quelle a été l’organisation choisie, les rôles des personnes ?
  • Quels sont les apports positifs de cette pratique collaborative ?
  • Quels sont les points de vigilances et conseils à donner (sur le plan technique, organisationnel et humain) ?
  • Je suis intéressé pour partager cette pratique (Prénom, nom, mel, LéA)
  • Je suis intéressé pour en savoir plus (Prénom, nom, mel, LéA)

Vingt-cinq LéA ont complétés ce document dont la synthèse des trois sessions est présentée ci-dessous.

A l’issu de ces ateliers, plusieurs personnes ont laissé leurs coordonnées afin de partager leur pratique de collaboration :

La dernière partie de cet atelier a permis à certains participants de partager de manière plus approfondie leur pratique de collaboration à distance.

Est apparue la nécessité pour que le distanciel fonctionne de créer du commun, de faire groupe en favorisant une dynamique de travail à partir par exemple de l’étude d’un corpus et non simplement en restant sur le partage d’informations.  

Deux points essentiels ont cependant émergé :

  • la nécessité d’organiser d’un point de vue technique le travail collaboratif à distance (choix d’une plate-forme, des outils d’archivage des traces du travail…)
  • mais aussi de varier les modalités de travail : réunions en plénière ou en petits groupes sur des temps synchrones et asynchrones.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search