Croisement des Savoirs et Recherches Coopératives (12/2020).

EDUCATION PERMANENTE
N° 225

   Croisement des savoirs
et recherches coopératives

dirigé par Jean-Yves Robin,
Ségolène Le Mouillour et Nathanaël Wallenhorst 

Toute recherche implique la contribution de chercheurs et d’interlocuteurs de terrain, les premiers exploitant souvent les matériaux bruts produits par les seconds. Mais lorsqu’il s’agit de promouvoir une démarche coopérative, la confrontation, la distanciation méthodologique et la collaboration doivent laisser place à l’élaboration d’une connaissance inédite, à penser avec l’ensemble des partenaires. Les chercheurs poursuivent l’ambition de mettre au travail différentes catégories de savoirs et une certaine forme de métissage, Il s’agit non plus d’avoir raison, de s’en remettre aux critères de la rationalité, de conduire une recherche «sur» ou «contre», mais de travailler «avec» tous les acteurs concernés, quels que soient leurs statuts respectifs. L’action du chercheur engagé dans une démarche coopérative oscille ainsi entre programmation et improvisation. L’imprévu émergeant souvent du terrain, il importe que le chercheur soit en mesure d’entretenir avec celui-ci une certaine forme de proximité et d’écoute sensible.

Ce dossier d’Education permanente n’est pas un traité méthodologique. Il s’agit avant tout, pour ses auteurs, de dévoiler leur expérience, de montrer combien la démarche coopérative, au croisement des savoirs, se heurte à de nombreux obstacles et suscite bien des controverses.

Cliquez sur les liens ci-dessous pour :

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search