4° rencontre nationale des LéA : l’avis des participants

lea1314_21mai_vignette

  • Albane MANDRY, conseillère pédagogique, LéA Côte d’Or:

Mercredi 21 mai 2014 : c’était la première fois que je participais à la journée des LéA, journée de découvertes pour moi mais surtout de rencontres.

J’ai beaucoup apprécié  le temps d’ateliers du matin où j’ai pu découvrir en détail 2 autres LéA, très différents du mien, l’un sur l’évaluation, l’autre sur les langues vivantes.  Immédiatement, j’ai perçu l’importance de la notion de réseau. J’ai retenu des mots-clés comme : équipe, projet commun, reconnaissance, respect  et complémentarité des compétences de chacun, humilité et progressivité.

Bien sûr, à l’issue de cette matinée, j’étais frustrée de n’avoir pas entendu les restitutions des autres LéA, mais en fait, les forums de l’après-midi m’ont permis de voir ce qui se passait ailleurs. La diversité des présentations est intéressante et attrayante et correspond bien à la variété des projets. Selon les envies et les besoins de chacun, il est possible de lire un poster, de regarder une vidéo, de participer à un jeu ou de chercher à aller plus loin en questionnant les acteurs présents. Les temps d’échange sont précieux, tous les enseignants se plaignent d’en manquer, il faut les préserver et surtout les mettre au service des apprentissages de nos élèves !

 

  • Frédéric Torterat, Correspondant IFÉ du LéA Nice Nucéra, Université de Nice, EA 6308 I3DL

J’ai eu le plaisir, à l’occasion de la 4ème Rencontre nationale des LéA, de représenter l’équipe du LéA « Nice Nucéra », lequel a été intégré dans le premier cercle en 2013. Cette 4ème Rencontre s’est révélée conforme à mes premières impressions sur le réseau, à travers en particulier le pluralisme et l’ouverture qui caractérisent d’après moi les initiatives de recherche, de collaboration et de formation spécifiques aux LéA.

Les exposés présentés au cours des ateliers, qu’il aurait été opportun à mon sens de filmer de manière à les mutualiser, ont montré combien les LéA, avec leurs ressources et leurs temporalités propres, sont l’occasion de multiples échanges d’expériences. L’implication des représentants de différentes institutions et professions fait du réseau des LéA un véritable environnement interdidactique de travail. Je suis certain que cet environnement va très vite s’internationaliser, permettant à de nombreux partenaires d’agir tant sur les représentations que sur les approches méthodologiques et les pratiques.

 

  • Sophie Alby, Correspondante LéA Métiss’Art – MCF ESPE Guyane – UMR SEDYL:

De belles rencontres !

Ce 21 mai, j’ai participé à ma première rencontre du réseau des LéA (4e rencontre nationale). Cet événement constitue un espace très agréable de discussion tant formel (durant les communications) qu’informel (pauses café, repas, forum), d’échanges d’idées et de pratiques (scientifiques ou d’enseignement). Il m’a permis de mieux appréhender le réseau dans son ensemble, et de mieux comprendre l’objectif affiché de la mise en réseau. Les communications et le forum m’ont aussi montré la manière dont chercheurs et enseignants collaborent dans les différents LéA. Mon petit regret : être seule à représenter notre projet Métiss’Art. La présence de ma co-correspondante IFE aurait permis de mieux mettre en évidence la co-construction qui caractérise notre fonctionnement. Mais il est vrai que nous sommes un peu loin… Une suggestion ? Organiser les ateliers en fonction des problématiques de recherche : les interventions étaient très diversifiées et très riches, mais auraient je pense gagné en cohérence.

 

  • Nathalie Lebrun, Enseignant Chercheur, Maître de conférences en Physique, LDAR :

Je suis nouvellement en charge du suivi des projets LéA au sein du Laboratoire de Didactique André Revuz de l’Université Paris Diderot. C’est la première fois que je participais aux rencontres nationales des LéA. Cette journée m’a permis de mieux cerner le dispositif des LéA à travers la richesse des témoignages et des échanges. Les ateliers nous ont permis de découvrir plusieurs LéA sur une thématique commune et de faire émerger des questionnements. Une durée un peu plus longue des ateliers aurait permis plus d’échanges. Il aurait été également intéressant de consacrer un moment de la journée à une discussion sur les problèmes rencontrés dans la gestion quotidienne des LéA afin de permettre aux collègues souhaitant monter un LéA de ne pas se heurter aux mêmes écueils. J’aurais, par exemple, été intéressée de connaître les problèmes engendrés dans le cadre d’un travail collaboratif entre différentes communautés (enseignants, chercheurs, formateurs, chefs d’établissement …) qui n’ont pas l’habitude de travailler ensemble. J’ai particulièrement apprécié l’intervention de Gérard Sensevy qui a permis d’amorcer une réflexion sur l’évolution de la recherche dans les LéA après trois ans d’existence du dispositif.

 

  • Myriam Mazoyer Chargée de mission au CARDIE

J’ai été très intéressée par la rencontre nationale des LeA car j’ai pu assister lors des ateliers à la présentation des dispositifs expérimentés dans les LeA d’un atelier.  J’ai apprécié de comprendre l’opérationnalité du projet et les objets concrets travaillés avec les élèves. J’ai découvert des choses très intéressantes et je regrette que nous ne soyons pas invités une fois par an au comité de pilotage des LéA de notre académie car nous pourrions mieux mener notre mission de valorisation et de diffusion si nous étions mieux informés. Nous pourrions faire témoigner l’équipe du LéA lors de journées de regroupement ou lors du printemps de l’innovation, la journée évènementielle de l’innovation et l’expérimentation de l’académie de Lyon. J’ai été un peu frustrée de ne pas mieux comprendre les modalités de travail entre les enseignants de l’établissement et le chercheur, ce point n’a pas été abordé en atelier. Gérard Sensevy a posé la question, lors de son intervention l’après-midi : s’agit-il d’un rapport d’application pour les enseignants ou de coopération ?

 


Véronique Heili

Professeur d'espagnol au lycée Germaine Tillion de Sain Bel (69), je suis en demi-poste à l'IFE. Je suis également membre du comité de pilotage des LéA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.