Comment accompagner les élèves dans leurs apprentissages professionnels dans les ateliers technologiques ?

Le LéA ENILVEA termine sa première année de fonctionnement. Initialement, elle devait être consacré à l’expérimentation d’un nouvel outil d’(auto)-évaluation des apprentissages réalisés dans les ateliers par les élèves de la formation de BTS Sciences et techniques de l’alimentation (STA). L’hypothèse des enseignants est qu’un tel outil devrait être favorable aux apprentissages et à la motivation des élèves lors des passages en atelier, notamment par la réflexivité qu’il leur permettrait concernant les actions qu’ils y réalisent.

Une première phase d’observation et une enquête par questionnaire auprès des acteurs du LéA a permis de montrer que, malgré l’utilité (Tricot, 2003) perçue de cette grille, elle s’avérait difficilement utilisable en l’état lors des mises en situation dans les ateliers. D’une part, les finalités attribuées à l’utilisation de la grille étaient diverses, conduisant à des usages envisagés très variés mais pas nécessairement compatibles (exemple : Evaluation sommative des apprentissages des élèves ou auto-évaluation des apprenants dans un objectif réflexif ?). D’autre part, les caractéristiques des situations à l’atelier (élèves répartis dans plusieurs lieux en même temps par exemple) et les contraintes productives du travail rendent très difficile un suivi individuel des élèves par les « moniteurs » à l’aide de ces grilles.

De même, son utilisation lors de séances de préparation et de débriefing des situations vécues par les élèves dans les ateliers, pour étayer leur réflexivité sur eux-mêmes et sur ce qu’ils y font, s’avérait peu satisfaisante (usage mécanique de la grille par les élèves, voire absence d’usage).

Suite à un comité de suivi du LéA, à la fin de l’année 2019, ces constats ont conduit à des évolutions du travail en cours. Sans abandonner l’objectif d’élaborer un outil d’aide à l’évaluation/auto-évaluation des élèves, il nous a semblé nécessaire de travailler au préalable deux dimensions en lien avec les difficultés de son utilisation : celle de l’aide à la réflexivité des élèves sur leur vécu (ici en atelier) ; celle des caractéristiques des situations d’enseignement en atelier (en particulier leur dimension pédagogique).

Concernant la première dimension, à la suite de la lecture d’un ouvrage co-écrit par des enseignants et un chercheur (« Valoriser le potentiel d’apprentissage des expériences professionnelles » – LAINÉ Armelle, MAYEN Patrick, 2019, Educagri Editions), les enseignants du LéA ont décidé d’élaborer un outil d’aide à l’explicitation du vécu en atelier complémentaire à la grille initiale. Ils ont ensuite mise en œuvre cet outil lors de séances de préparation et de débriefing des situations à l’atelier. Malheureusement, l’épidémie de Covid n’a pas permis de documenter correctement les usages de ce nouvel outil et son intérêt en termes de réflexivité et de motivation des élèves. Le travail se poursuivra donc à la rentrée 2020.

Concernant la dimension pédagogique des mises en situations dans les ateliers technologiques, l’équipe de chercheur a observé et filmé plusieurs demi-journées de mise en situation des élèves dans les différents ateliers de fabrication (laiterie et la salaison). Elle a également réalisé une série d’entretiens avec 8 élèves de BTS, plusieurs moniteurs et le directeur des ateliers. Elle a ainsi pu élaborer une « modélisation » du regard des élèves sur les mises en situation dans les ateliers. Celle-ci donne à voir la relation entre, d’un côté, la mise en autonomie des élèves dans la réalisation des tâches versus la présence des moniteurs pour les accompagner, et, de l’autre, leur sentiment d’apprendre versus leur sentiment d’être compétent pour la réalisation de ces tâches. Elle permet de comprendre l’incidence de ces éléments sur le plus ou moins grand engagement des élèves dans les tâches qu’ils doivent réaliser. Les chercheurs ont aussi construit une première typologie, non exhaustive, de différentes modalités d’intervention pédagogique dans les ateliers (18 modalités différentes repérées).

Deux réunions de travail avec les enseignants et les moniteurs à la fin du mois de juin puis en juillet ont permis de présenter et discuter les analyses faites par les chercheurs. Elles ont conduit les moniteurs à s’interroger sur la manière d’accompagner les apprenants dans un apprentissage progressif visant une autonomie dans la réalisation des tâches « professionnelles », tout en maintenant leur sentiment d’apprendre, essentiel à leur engagement dans les tâches proposées. Pour cela, ils ont formalisé les « étapes critiques » de chacune des fabrications réalisées dans les ateliers, c’est-à-dire les étapes les plus complexes qui, si elles sont « maîtrisées » par l’élève, indiquent qu’il a la capacité potentielle à gérer toute la fabrication. Ils ont alors décider d’élaborer et de tester, à la rentrée prochaine, une grille destinée à accompagner les élèves en leur permettant de suivre leur progression dans leur apprentissage de ces étapes critiques.

Par ailleurs, ce travail a permis aux chercheurs de proposer une communication (acceptée) dans le cadre du colloque EARLI SIG14 – « Learning and professionnal development : form innovative research to innovative interventions » qui devait se tenir à Barcelone en juillet (colloque annulé mais dont les actes devraient être cependant publiés)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search