Au revoir et belle suite au réseau !

Nous sommes le 21 juillet 2020, et voilà qui s’approche le moment où je vais vraiment passer le relais de la responsabilité scientifique du réseau des LéA.

Comme je l’ai dit lors de la dernière rencontre des LéA en ligne, en mai dernier, je ne peux le faire sans remercier tous les membres de l’équipe d’animation du réseau (en particulier les référents, actuellement Samia Aknouche, Jean-Charles Chabane, Frédérique Cordier, Edwige Coureau-Falquerho, Bertille Joseph, Carole Le Henaff, Catherine Loisy, Sophie Roubin et Luc Trouche), les membres du comité de pilotage, les membres de l’ancien comité scientifique et bien entendu toutes les personnes engagées dans chaque LéA avec et pour le réseau. J’étais là à la naissance de ce réseau, avec d’autres, comme Catherine, Loisy, Luc Trouche, Brigitte Gruson et Gérard Sensevy, et je l’ai vu grandir, s’organiser, se développer, depuis une place tout à fait spéciale et privilégiée, puisque j’étais au cœur du réseau, à l’intérieur. J’aime beaucoup observer les choses comme cela, depuis l’intérieur, pour me questionner sur ce que produit mon action en même temps que j’agis. Cela complexifie souvent l’action, en particulier pour les membres de l’équipe proche de coordination : Nicolas Favelier, Marianne Bensimon, Véronique Heili, Aristide Criquet, Bertille Joseph, Frédérique Cordier, Samira Riahi, dont le travail n’a pas été facilité par cette démarche… Mais cela me semble avoir beaucoup contribué à la vitalité du réseau, à son éthique, et à son développement.

Le dernier document réflexif intitulé « LéA et réseau des LéA : quelles traces pour quels développements après 8 ans d’expérience ?  » correspond au bilan 2018-2019 du réseau.  Il ne sort que maintenant, tant le temps nécessaire pour réaliser ce travail est long et gagné toujours à la marge, sur d’autres activités importantes elles aussi. Pour vous donner envie de le lire, je recopie ci-dessous des éléments de sa conclusion.

=============================

Quelques éléments issus de la conclusion du bilan 2018-2019 du réseau 

  • un réseau réflexif et apprenant pour structurer et accompagner les recherches collaboratives pour l’éducation

L’analyse des traces produites par le réseau des LéA montre qu’il s’est constitué une identité de plus en plus marquée et visible dans le champ de recherche en éducation. Il constitue une interface nationale pluri-catégorielle et pluridisciplinaire, implique plusieurs centaines d’acteurs de l’éducation et de la recherche, plus d’une centaine d’établissements scolaires et une trentaine d’unités de recherche. Le séminaire de rentrée et la rencontre internationale apportent une visibilité importante au réseau, et permettent d’approfondir les liens entre LéA et les partenariats avec les institutions éducatives et de recherche et avec d’autres réseaux de recherche partenariale à l’international. Ils contribuent à l’intégration des nouvelles équipes et à l’accompagnement de chaque LéA, stimulent de la réflexivité des membres du réseau et produisent des travaux transversaux sur des questions partagées.

Les recherches menées dans les LéA s’inscrivent dans quatre grands champs paradigmatiques : travaux centrés sur des conceptions conjointes, démarches d’analyse de l’activité, approches évaluatives d’expérimentations pédagogiques ou de pratiques et études des conditions de mise en œuvre et de mobilisation de situations ou de ressources co-produites. Les moyens investis en synergie dans le dispositif par les différents partenaires sont importants pour reconnaitre et soutenir l’activité des différents acteurs. Le volume des productions scientifiques des LéA est digne d’une unité de recherche de taille comparable, et s’accompagne de productions nombreuses pour l’enseignement, le pilotage de structure éducative et la formation. Ces ressources robustes, utilisables et utiles sont rassemblées dans La Fabrique des LéA, et s’articulent à de nombreuses actions de formation aux échelles locales, régionales et académiques, nationales et pour différents publics. Les travaux collaboratifs des LéA engendrent un fort développement professionnel des acteurs impliqués notamment grâce à la posture réflexive développée et à l’analyse de traces de l’activité réelle. Les diplomations et l’engagement fréquent des membres des LéA dans des missions de formation apportent ainsi un enrichissement notable à leurs structures d’origine : établissements scolaires, circonscription, académies, mais aussi laboratoires.

Les LéA constituent un réseau réflexif et apprenant qui fait évoluer ses outils, pour mieux structurer et accompagner les travaux collaboratifs de recherche. On observe ainsi une diminution très nette du nombre d’arrêt prématuré des projets, sans doute en lien avec l’amélioration des procédures d’intégration et d’accompagnement au sein du réseau. Cette expertise donne lieu à différentes publications scientifiques à l’échelle du réseau et produit des formations pour des personnes externes au réseau. Elle se nourrit des échanges avec d’autres réseaux de recherche partenariale au niveau national et international.

  • Des forces et des faiblesses

Ce bilan permet de dégager les forces et les faiblesses du dispositif LéA et les menaces et opportunités pour le développement de ce réseau.

Sur le plan des menaces qui pèsent sur le réseau, on peut noter les points suivants :

  • les dispositifs de recherche collaborative, dont les LéA sont un exemple, s’inscrivent dans un paysage complexe, et sollicitent de fait de nombreux acteurs (personnels d’enseignement, de direction au niveau des lieux ; personnels de pilotage au niveau académique, régional et national) à différentes échelles qu’il est difficile de coordonner, tant leur formes de travail, calendriers, modes de validation, visées et contraintes divergent ;
  • dans le cas particulier du supérieur, l’exploration de questions pédagogiques et didactiques par les acteurs-mêmes de l’enseignement, en tant que praticiens aux côtés de chercheurs spécialisés et alors qu’ils sont eux-mêmes chercheurs, apparaît encore difficile à accepter, surtout lorsqu’il s’agit de trouver des moyens pour reconnaître le travail de ces acteurs

Le bilan des LéA fait également apparaître certaines faiblesses telles que

  • un espace collaboratif sur le site des LéA peu mobilisé à l’échelle du réseau qu’il faut repenser et restructurer ;
  • certaines difficultés à obtenir les documents administratifs complétés et la signature des conventions, qui doivent amener à penser leur simplification en évitant les redondances ;
  • la visibilité parfois peu développée de certains LéA, qui nécessite de développer la publication sur le blog et les relais sur les sites de leurs partenaires et mérite d’être travaillée à l’échelle du réseau ;
  • un impact de certaines formations restant restreint à l’académie du LéA concerné, qu’un travail avec le pôle de formation de formateurs de l’IFÉ pourrait permettre d’élargir :
  • une visibilité des ressources produites pouvant encore être augmentée par la mise en place d’un outil de recherche adapté, et par des relais plus automatiques sur les sites institutionnels des partenaires.
  • plusieurs obstacles au développement des LéA à l’échelle locale (mutations de personnes clés, restructuration de réseaux, problèmes de communication et de périmètre d’action, défaut de signature de convention…) qui nécessitent de développer encore les relations avec les partenaires concernés (CARDIE, DASEN, Rectorats, INSPE…), et de mettre en place des actions localisées pilotes en travaillant de concert avec les institutions de tutelle à l’échelle nationale ;
  • enfin un manque de ressources humaines pour le développement des travaux de recherche en méta sur le dispositif et dans le réseau, qui montrent pourtant leur force et leur nécessité au fil des ans depuis la création des LéA.

Les points forts du réseau des LéA, résumés au paragraphe précédent  concernent la grande échelle du réseau, sa diversité, sa productivité, et le développement de son expertise pour la construction, la sélection et l’accompagnement de projets de recherche collaborative. Ce bilan fait aussi apparaître des opportunités que les LéA peuvent saisir :

    • L’inscription du principe des recherches coopératives dans un mouvement international de reconnaissance et de diffusion, (Lesson studies, Design based Research, etc.) qui commence à trouver certains échos institutionnels en France (à titre d’illustration, on peut citer la création des ICE, ou les travaux du CRI…) et qui est travaillée dans plusieurs séminaires en France, dont le Creuset d’analyse des recherche collaboratives (CrAC) à l’IFÉ ;
    • La reconnaissance et l’insertion du réseau des LéA dans des communautés plus vastes intéressées par la question des recherches collaboratives à l’échelle internationale qui peuvent jouer un rôle majeur dans la structuration et l’outillage de ces recherches et pour l’obtention de fonds notamment pour mener des recherches plus approfondie sur ces sujets, à la suite du projet FoRCE
    • La restructuration de l’IFÉ qui permet d’envisager des collaborations plus opérationnelles du réseau des LéA avec le pôle formation et le pôle médiation et expertise, et par l’intermédiaire du pôle interface et incubation, pour s‘engager dans des chantiers partagés tels que la mobilisation des résultats de la recherche en formation, l’appui à la production de ressources robustes ou la conception d’un Diplôme Universitaire de « passeurs en éducation »

 

  • Les limites et les perspectives du travail sur les traces de l’activité du réseau

Comme nous l’avons vu, les traces constituent un objet complexe, et par-là même bien adapté à la complexité du réseau. Tous les travaux des LéA reposent en effet sur la production et l’analyse de traces de l’activité réelle, des élèves, des enseignants, des personnels de direction, de pilotage et d’accompagnement, des formateurs ou des formés. Notre exploration des multiples traces générées nous a montré qu’elles peuvent parfois être incomplètes, redondantes, ou produites de façon non homogène à l’échelle du réseau. Un travail reste à mener pour les alléger et améliorer leur pertinence, leur utilité et leur utilisabilité pour les acteurs eux-mêmes.

Dans une perspective de modélisation et de construction de la mémoire du réseau, une structuration de ses traces d’activité pourrait combiner l’apport direct des acteurs et des formes d’enregistrement automatique de données. On pourrait par exemple envisager un tableau de bord de chaque LéA qui rende visible, pour lui et pour les autres, un certain nombre de traces : bilans, billets de blog, fréquentation des pages, état de la convention, ressources produites… En particulier, pour ce qui concerne les ressources produites, la constitution de données sur leur conception et leur évolution, comme une sorte de Curriculum Vitae, permettrait de voir directement en quoi cette ressource s’inscrit dans une chaîne de contributeurs-utilisateurs qui, tous, y laissent leur trace, comme le proposent Guin et Trouche (2008).

La nature des processus et des phénomènes « tracés », et donc des données recueillies pourrait ainsi être réfléchie à nouveaux frais à l’échelle du réseau, pour mieux enregistrer et comprendre l’activité des LéA et leurs enjeux à différentes échelles, pour le travail collaboratif, la formation, l’enseignement, et la recherche. Dans ces perspectives, qui pourraient constituer en elles-mêmes des projets de recherche à mieux structurer et à doter de moyens, les notions de trajectoires (Loisy, 2018), de travail collectif (Grangeat, 2011), de passeurs (Munerol et al., 2013) et d’objet frontière (Star et Grisemer, 1989) pourraient être mobilisées.

========================

Je vous laisse donc poursuivre ce travail, avec Michèle Prieur qui vient fort opportunément prendre le relais. J’ai confiance dans les compétences de l’équipe et la vitalité du réseau, et j’attends avec impatience de découvrir les nouvelles voies qu’il va développer. Je regarderai cela depuis le collège où je vais enseigner les sciences de la vie et de la Terre, et explorer ce que le temps passé à l’INRP et l’IFE va apporter à mon activité d’enseignante.

Pour conclure, voici un un petit poème d’au revoir, écrit par ma face clown, car j’en ai une, bien vivace et que j’ai aimé partager avec vous.

à bientôt, portez vous bien !

Réjane

PS : et pour en savoir plus sur le clown, c’est et .



		

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search