Pour maintenir la continuité pédagogique face au confinement un réseau territorial de solidarité

Le LéA Prospectives – Territoire de Lyon – réseaux d’établissements engage un collectif d’acteurs éducatifs larges issus de l’éducation nationale mais aussi de partenaire territoriaux locaux (association, centre social). Ce LéA, qui a rassemblé huit établissements de l’agglomération lyonnaise allant du primaire au supérieur, a pour objectif de réfléchir aux dynamiques territoriales qui favorisent des situations d’apprentissage.
Sans prétendre être exhaustif sur la façon dont les collègues assurent la continuité pédagogique en cette période de confinement, il s’agit dans ce billet d’évoquer la manière assez remarquable dont un réseau de solidarité s’est développé dans le quartier Saint-Jean, quartier populaire de Villeurbanne, pour permettre aux élèves de continuer leurs apprentissages alors qu’ils ne peuvent pas se rendre dans l’un des établissements membres du LéA, l’école élémentaire Saint-Exupéry. L’enjeu pour nous est de venir illustrer à travers cette situation extrême du confinement pourquoi l’institution scolaire doit être envisagée et pensée dans son ancrage territorial.
Dans le quartier Saint-Jean résident environ 4000 habitants. L’école Saint-Exupéry accueille 250 élèves. Nombres de familles n’ont pas d’ordinateur, voire de connexion internet et donc les enfants n’ont pas la possibilité d’accéder directement, si on excepte les smartphones, aux devoirs et cours en lignes que les enseignants leur envoient.
Dans cette situation le responsable culture et la présidente du centre social du quartier Saint-Jean, soutenus par une adjointe municipale ont mobilisé un ensemble d’acteurs du quartier créant un réseau de solidarité exceptionnelle pour permettre aux enfants et aux collégiens de continuer à suivre des cours. Il s’agit de rendre compte du dispositif, mis en place dès le 19 mars 2020, à travers une journée ordinaire, celle du jeudi 9 avril 2020. Des enseignants de l’école Saint-Exupéry ont transmis les cours et exercices à une association, l’association des Chalets, certains élèves n’ayant pas accès à une boîte mail. Puis la présidente de l’association s’est rendue au centre social. Elle y a imprimé trente-sept dossiers pour des enfants de primaire et de maternelle. Ces dossiers ont ensuite été répartis dans différents sacs puis déposer à la supérette. En effet, les règles sanitaires de la supérette, qui obligent les clients à rentrer un par un, facilitent la distribution des devoirs et cours.
Ce dispositif mérite d’être exploré avec soin pour saisir les ressorts mis en place par les associations d’habitant(es) (centre social, Asso les Chalets, Asso Nous et Vous, Conseil de quartier, commerçants et familles) pour faire face à la fracture numérique que connaît ce quartier. Tout d’abord un premier constat, la transmission des savoirs, est directement liée aux relations et rapports que les institutions, ici comprises au sens large, et les habitants peuvent nouer. Cette activité de transmission du savoir a du sens pour un réseau d’acteurs et non uniquement pour l’établissement scolaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search