APPRENDRE A AIDER ET A DEMANDER DE L’AIDE

 

APPRENDRE À AIDER ET À DEMANDER DE L’AIDE

– Un exemple au lycée –

Par Fanny DURAND-RAUCHER, professeure de physique chimie au lycée Jacques Feyder d’Épinay sur Seine

Blog des classes coopératives abordées dans cet article: https://feydercoop.wordpress.com/

 

Les classes coopératives du lycée Jacques Feyder postulent que la coopération entre pairs n’est pas une modalité de travail « systématiquement intéressante pour les apprentissages ». En effet, l’injonction à s’aider ou la disposition des tables ne saurait suffire à l’émergence d’un travail collectif bénéfique pour tous. La coopération apparaît alors comme une modalité qui s’apprend. Les équipes pédagogiques de ces classes proposent donc aux élèves une formation en trois modules, le premier, qui avait pour objectif : “Apprendre à travailler en groupe” est détaillé dans un autre article : https://reseaulea.hypotheses.org/9930

Nous allons ici nous attarder sur le deuxième : « Apprendre à aider et à demander de l’aide ».

Cet article présente l’objectif, le déroulé et un bilan de l’expérimentation pédagogique de ce second module.

L’élève aidant sera appelé « tuteur » et l’élève aidé « tutoré ».

CONTEXTE


« L’aide est une situation coopérative asymétrique durant laquelle un élève, qui se reconnaît capable, vient apporter ses connaissances et ses compétences à un de ses camarades qui en a exprimé le besoin. »[1]

Lorsqu’on demande à un élève d’aider un autre élève, dans la grande majorité des cas, il le fait bien volontiers. Il se sent même souvent flatté de pouvoir aider l’un de ses camarades, même si beaucoup disent avoir du mal à expliquer à leurs camarades : « c’est difficile de trouver les bons mots », « j’arrive pas à bien expliquer »[2]

 

Lorsque l’aide se situe sur des tâches très simples, comme sur la compréhension d’une consigne par exemple, elle peut être très efficaces puisqu’elle permet alors à l’élève qui a reçu l’aide de poursuivre tout de suite son travail en autonomie. Dans ce cas, l’aide du pair apparaît plus comme un levier pour lever l’implicite, lutter contre l’ennui et proposer une sortie à l’isolement du blocage.

En revanche, nous constatons que lorsque l’aide porte sur des tâches plus complexes, comme l’aide sur une compétence disciplinaire, bien souvent l’aide est peu efficace et peut même être contre productive :

  • si les tuteurs n’ont pas été formés à donner de l’aide, et les tutorés à en recevoir, il est très habituel de voir un tuteur « donner la réponse » ou fournir tellement d’information que la part restant à réaliser est minime. Malheureusement, le tutoré s’en contente souvent. Ayant la réponse à la question posée par l’enseignant, il a le sentiment d’avoir accompli son travail. Il réalise une tâche, sans avoir l’objectif de la comprendre et ne peut donc devenir autonome dans la réitération de la compétence.

 

  • et même lorsque le tuteur explique à son camarade sa démarche et que le tutoré pense avoir compris, on remarque que lorsqu’on lui demande de réaliser la même tache tout seul, il n’y parvient souvent pas.

On voit alors la dissymétrie entre le ressenti d’un élève qui vient de se faire aider et qui pense avoir compris et maîtriser la compétence et l’augmentation effective de ses compétences.

Ceci est d’autant plus problématique qu’à cause de cette impression, les tutorés, ayant le sentiment que la compétence est acquise, ne la retravaillent pas et donc ne se l’approprient pas. Il s’ensuit alors une grosse déception lors des évaluations, comme en témoigne cette phrase de Wassim : « Madame, je pensais vraiment avoir compris, mais au moment du contrôle j’ai rien réussi à faire »2

 

DÈS LORS, COMMENT FORMER LES ÉLÈVES À DONNER DE L’AIDE ET À RECEVOIR DE L’AIDE POUR QUE CETTE AIDE SOIT RÉELLEMENT EFFICACE POUR L’ÉLÈVE AIDÉ ?

 

[1] Sylvain Connac, Apprendre avec les pédagogies coopératives

[2] Verbatim d’élèves suite à des entretiens de début d’année

[3] Sylvain Connac, Apprendre avec les pédagogies coopératives, démarches et outils pour l’école, Paris, ESF Editeur, 2017, p.53

 

 

OBJECTIFS


Cette réflexion nous amène à expérimenter un processus de formation des élèves à l’aide, en veillant à ce que cet apprentissage puisse construire les règles d’une aide efficace.

L’aide apportée doit permette au tutoré d’améliorer réellement ses compétences. Il s’agit de faire sortir les élèves engagés dans une relation d’aide de la simple exécution à court terme de l’exercice ou de la question posée par l’enseignant pour les amener à devenir réellement autonomes dans l’exécution de la tâche et dans l’appropriation des méthodes. Il convient alors de faire prendre conscience aux élèves que la relation d’aide implique une explicitation du raisonnement en se décentrant de la finalité de la tâche.

Par la même occasion, ce module doit permettre aux élèves de trouver, par eux-mêmes, en les vivant, les techniques les plus appropriées pour bien aider et bien se faire aider dans les moments d’aide, afin que ces règles soient intégrées au mieux.

 

PROPOSITION EXPÉRIMENTALE


1-   PRINCIPE

Les techniques d’aide sont travaillées par les élèves au travers d’une activité appelée « origami» : la moitié des élèves de la classe (les élèves tuteurs) ont pour mission d’apprendre à l’autre moitié des élèves (les tutorés) à faire une grenouille en origami. Il convient de vérifier au préalable qu’aucun des tutorés ne sait déjà faire une grenouille en origami.

2-  DÉROULÉ

Apprentissage par les tuteurs (10-15 minutes)
Les élèves tuteurs ont dû apprendre à faire la grenouille, à l’aide de la feuille ci-contre détaillant les étapes. Cette feuille leur a été distribuée la veille afin qu’ils puissent s’entrainer chez eux. Avant de lancer l’activité, les professeurs se sont assurés que les élèves tuteurs savaient réaliser l’origami en la leur faisant réaliser.
Seuls deux élèves tuteurs n’avaient pas reçu la feuille en avance et ont dû apprendre à leur camarade à faire la grenouille alors qu’ils ne savaient pas eux-mêmes la faire.

 

Aide tuteur / tutoré (10 minutes)

Chaque élève tuteur est alors couplé, au hasard, avec un élève tutoré à qui il doit apprendre à faire la grenouille. Mais l’élève tuteur s’est vu remettre une feuille de consigne, parmi les suivantes :

Modalité

consigne

hypothèse

Résultat attendu

1

le tuteur n’a pas appris à faire la grenouille avant, mais peut aider comme il le souhaite le tutoré, sauf montrer la feuille d’explication (Attention : ne concerne que les deux élèves tuteurs qui n’ont pas appris à faire la grenouille en avance)

Il faut déjà s’assurer de maîtriser la notion avant d’aider

grand temps de réalisation voir impossibilité de réaliser l’origami pour le tutoré

 

2

le tuteur montre les gestes mais le tutoré n’a pas le droit de faire l’origami pendant le temps d’explication ni de voir la feuille d’explication.

Inclure le tutoré dans la réalisation permet de mieux le faire progresser. Le tutoré doit être actif.

grand temps de réalisation voire impossibilité de réussite

3

le tuteur fait faire l’origami au tutoré mais n’a le droit de donner que des consignes orales au tutoré et ne doit pas intervenir ni montrer la feuille d’explication.

La simple communication à l’oral de la technique ne suffit pas. Le mimétisme aide à l’appropriation des compétences.

grand temps de réalisation

4

le tuteur donne des consignes orales et peut intervenir sur le pliage du tutoré, qui le fait en même temps, mais ne peut pas montrer la feuille d’explication.

Le tuteur doit aider techniquement en intervenant sur la réalisation du tutoré.

 

temps de réalisation rapide

5

Le tuteur fait l’origami au fur et à mesure avec le tutoré. Il peut montrer la feuille d’explication.

Le mimétisme aide à la progression. Inclure l’élève aidé dans l’action permet de mieux le faire progresser

temps de réalisation rapide

6

Le tuteur fait l’origami au fur et à mesure avec le tutoré. Il peut montrer la feuille d’explication et fait refaire l’origami au tutoré jusqu’à ce qu’il y arrive tout seul.

 

l’élève aidé doit être actif et vérifier qu’il a acquis les gestes en essayant de les refaire par lui même.

 

très faible temps de réalisation

À chaque fois, deux binômes (tuteur / tutoré) se sont vu donner la même consigne, afin d’avoir des résultats plus représentatifs, au travers d’un échantillonnage doublé.

Chaque binôme d’élèves a ensuite eu 10 minutes pour accomplir sa mission.

Voici un exemple de fiche donnée aux élèves :

Questionnaire (5 minutes)

Au bout de ces 10 minutes, chaque élève doit compléter le petit questionnaire suivant :

Pour le tutoré

Pour le tuteur

 

Réalisation individuelle (3 minutes maximum)

Il est ensuite demandé à tous les élèves de refaire tout seul la grenouille, sans l’aide de leur camarade. Un chronomètre est lancé.

Dès qu’ils on terminé de faire la grenouille, les élèves doivent se manifester et leur temps de réalisation est inscrit au tableau.

 

Analyse collective (15 minutes)

Une analyse collective des résultats est alors faites avec les élèves

  CELUI QUI AIDE CELUI QUI SE FAIT AIDER
À FAIRE

Laisser le temps de faire à l’autre

Montrer comment faire, et pas juste dire

Bien communiquer avec l’autre

Faire la chose plusieurs fois
À NE PAS FAIRE

Ne pas aller trop vite

Ne pas aider si on ne sait pas faire

Ne pas montrer directement la solution

Ne pas demander d’aide sans avoir essayer

 

RÉSULTATS ET ANALYSES


Les résultats ont été les suivants :

Bilan des résultats obtenus selon les consignes données

tuteur

sait faire avant d’expliquer

Consignes orales seulement

Consignes orales et montrer les gestes (fait)

Fait faire

Peut montrer la feuille explicative

Fait refaire

Temps de réalisation du

tutoré

Temps de réalisation du tuteur

Modalité 1

 

 

X

X

 

 

3’06

1’46

1’21

45’’

Modalité 2

X

 

X

 

 

 

2’44

1’

Non réussi

1’20

Modalité 3

X

X

 

X

 

 

2’30

40’’

Non réussi

1’10

Modalité 4

X

 

Sur l’origami du tutoré

X

 

 

1’45

1’15

2’15

1’04

Modalité 5

X

 

X

X

X

 

1’20

1’50

1’40

1’08

Modalité 6

X

 

X

X

X

X

1’

1’

49’’

41

 

Interprétation des résultats[4] :

            L’aide est favorable aux tuteurs

On observe tout d’abord que les tuteurs ont un temps de réalisation en moyenne inférieur à celui des élèves aidés : 68 secondes en moyenne, contre 111 secondes pour les élèves tutorés qui ont réussi à refaire l’origami. On peut ainsi, par cette activité, montrer aux élèves qui ont l’impression de « perdre leur temps en aidant » que le fait d’aider leur permet à eux aussi de progresser. (D’ailleurs, une analyse des questionnaires montre que 9 des 12 élèves tuteurs pensent qu’ils ont progressé en aidant, contre seulement 3 qui pensent le contraire).

En effet, on peut formuler l’hypothèse que la réitération de l’exercice en position d’aidant donne au tuteur un entrainement favorable à la maitrise de la tâche. Mais sans doute également parce que, pour expliquer, l’élève tuteur doit prendre du recul par rapport à ce qu’il vient d’apprendre pour mieux le transmettre, ce qui lui permet d’ancrer les connaissances.

 

            Le tuteur doit mettre le tutoré en activité (groupe 2)

On observe également que pour les deux tutorés qui n’ont pas eu le droit de faire l’origami pendant le temps d’aide, mais seulement de regarder le tuteur faire (groupe 2), soit ils n’ont pas réussi à refaire seul l’origami, soit ils ont mis un temps plus important (164 secondes) que les élèves ayant pu faire l’origami (88 secondes pour les élèves des groupes 4, 5 et 6).

  • Conclusion à laquelle sont arrivés les élèves : pour bien aider, le tuteur doit mettre l’élève tutoré en activité. Le tutoré ne doit pas rester passif.

 

            Le tuteur doit montrer comment faire au tutoré (groupe 3)

Les résultats montrent aussi que lorsque les tuteurs n’ont pu donner que des consignes orales, sans pouvoir montrer les gestes au tutoré (groupe 3), soit le tutoré n’a pas réussi à refaire l’origami, soit ils ont mis un temps plus important (150 secondes) que les élèves qui avaient pu voir les gestes (88 secondes pour les élèves des groupes 4, 5 et 6).

  • Conclusion à laquelle sont arrivés les élèves : pour bien aider, le tuteur doit montrer au tutoré comment faire. Le tutoré, apprendra mieux et comprendra mieux par mimétisme.

 

            Le tuteur doit savoir faire avant de devenir tuteur (groupe 1)

Dans l’un des deux groupes tuteur/tutoré qui ne savaient pas faire l’origami avant de devenir tuteur (groupe 1), nous avons observé pendant la séance que l’un des deux tuteurs s’est très vite approprié la construction de la grenouille (comme en témoigne son temps de réalisation de 45 secondes, qui est l’un des meilleurs temps, tous tuteurs confondus). Le résultat de ce groupe est donc peu probant.

En revanche, pour l’autre groupe tuteur/tutoré, on remarque que l’élève tutoré a mis le plus grand temps pour refaire l’origami seul (mais il a quand même réussi à la refaire).

  • Conclusion à laquelle sont arrivés les élèves : pour bien aider, le tuteur doit maitriser la notion avant d’essayer de l’expliquer

[4] Cette interprétation ne permet de donner qu’une tendance et ne correspond en aucun cas à un résultat scientifique. En effet, plusieurs paramètres ayant été modifiés d’un groupe à l’autre, les moyennes effectuées sur les temps de réalisation sont discutables. Néanmoins, ils permettent quand même d’observer l’effet de certains paramètres.

 

BILAN UNE SEMAINE PLUS TARD

Au bout d’une semaine, le questionnaire suivant a été donné aux élèves :

Il est ensuite demandé aux élèves de refaire la grenouille et de chronométrer le temps nécessaire à la réalisation.

L’objectif est double :

  • Ceci permet de montrer aux élèves que même si une notion a été comprise, bien souvent, si elle n’est pas ensuite réinvestie et retravaillée de manière individuelle, alors elle n’est plus maitrisée au bout de quelques jours. Sur 24 élèves, 15 élèves ont dit n’avoir pas refait la grenouille durant la semaine écoulée. Parmi ces 15 élèves, 7 n’ont pas été capables de la refaire. Les 8 autres élèves ont réalisé la grenouille en un temps moyen de 109 secondes. Parmi les 7 élèves qui avaient refait la grenouille pendant la semaine écoulée (entre 2 et 5 fois), tous ont réussi à la reconstruire, mais avec un temps moyen de 42 secondes, soit un temps 2,5 fois plus court que ceux qui ne s’étaient pas ré-entrainés.

=> Conclusion à laquelle sont arrivés les élèves : Il ne suffit donc pas de comprendre une notion, il faut aussi la réinvestir de manière individuelle pour l’intégrer durablement.

 

  • D’autre part, ceci permet aux enseignants de voir facilement quels sont les élèves qui ne sont pas secondarisés (c’est-à-dire qui n’ont pas saisi que la priorité de cette activité avec des origamis était de travailler les gestes coopératifs) : certains élèves répondent qu’ils ont « appris à faire une grenouille », laissant complètement de coté l’objectif premier de cette activité. Notre hypothèse étant qu’en obligeant régulièrement les élèves à se demander ce qu’ils ont appris, ils finiront par réussir de mieux en mieux à s’extraire de la tâche pour s’attarder sur les notions.

Des affiches récapitulant les différentes conclusions ont enfin été réalisées, en étroite collaboration entre un groupe d’élèves et les professeurs, puis affichées dans la salle de classe 

 

TRANSPOSITION


Les règles apprises lors de cette activité sont réinvesties à de nombreuses reprises par l’équipe enseignante pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’elles soient bien acquises par les élèves. Ceci est d’autant plus facile dans les classes coopératives du lycée, qui ont tous leurs cours dans la même salle. Les affiches peuvent dont être réutilisées systématiquement et facilement.

  • Durant les temps disciplinaires

Les enseignants organisent des temps d’aide pendant leurs séances (lors de corrections d’exercices en particulier). Pendant plusieurs semaines, les règles établies au travers de cette activité sont redemandées aux élèves et l’existence des affiches leur est rappelée. De plus, en passant parmi les élèves, le professeur vérifie que les règles sont bien utilisées par les binômes tuteurs/tutorés et les leurs rappelle le cas échéant.

  • Durant les temps d’aide hebdomadaire

Pendant ces temps d’aide hebdomadaire, les élèves peuvent mettre à profit les règles qu’ils ont apprises. Afin d’aider les élèves à organiser au mieux ces temps, un tableau à deux colonnes est mis au tableau : « je peux aider » et « j’ai besoin d’aide ». Les élèves peuvent ainsi s’inscrire et trouver facilement un tuteur ou un tutoré parmi les élèves de la classe.

 

PERSPECTIVES


Suite à l’analyse de cette activité, quelques pistes d’amélioration se dessinent :

  • il semble nécessaire de prendre un petit temps en début de séance pour bien expliquer aux élèves que le but recherché n’est pas la performance et qu’il ne s’agit pas de savoir refaire la grenouille à tout prix. Nous avons pu en effet voir des élèves tentés de « tricher » soit en copiant les gestes de leurs camarades pendant la phase de réalisation individuelle, soit en essayant de minimiser leur temps de réalisation. Ceci est à attendre dans la mesure ou le déclenchement d’un chronomètre peut facilement leur donner un sentiment de compétition.

 

  • Dans la mesure ou un retour et une analyse une semaine après est fait, le groupe 6 (groupe qui fait refaire l’origami) n’est peut-être pas utile ?

 

  • Il serait peut-être pertinent de ne se focaliser que sur 4 modalités différentes entre les groupes afin de ne faire varier qu’un seul paramètre entre les différents groupes, et afin d’avoir une plus grande représentativité des résultats. Par exemple en supprimant le critère permettant ou non de montrer la feuille d’origami au tutoré. On pourrait ne garder que :

                  – le groupe 1 (le tuteur ne sait pas faire avant de se lancer dans les explications)

                  – le groupe 2 (le tutoré n’a pas le droit de faire)

                 – le groupe 3 (le tuteur n’a pas le droit de faire l’origami en même temps et ne peut donc pas montrer les gestes au tutoré)

                 – le groupe 5 (le tuteur montre et le tutoré fait en même temps)

 

CONCLUSION


Au travers de cette activité, qui suit celle sur l’apprentissage au travail en groupe, les élèves étudient les techniques gagnantes pour que l’aide soit une modalité enrichissant tant dans l’activité du tuteur que celle du tutoré.

Si les élèves sentent bien, à priori, qu’ils ne peuvent pas être tuteurs s’ils ne maîtrisent pas eux-mêmes la notion, il est souvent beaucoup plus difficile de leur faire sentir la nécessité d’être actifs, ainsi que l’importance de réinvestir les notions apprises lors des moments d’aides. Sans être une recette miracle, cette activité a le mérite de le leur faire vivre.

          Fanny DURAND-RAUCHER, en collaboration avec l’équipe enseignante des classes coopératives du Lycée Feyder

 


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Frédérique Cordier dit :

    Ok

  1. 15/04/2020

    […] ARTICLE A LIRE : ICI […]

  2. 15/09/2020

    […] Formation pour apprendre à donner de l’aide et à en demander : https://reseaulea.hypotheses.org/13043 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search