Rencontre nationale 2012

La deuxième rencontre des lieux d’éducation associés à l’IFÉ s’est tenue le 30 mai 2012. Plus de 60 participants (correspondants des LéA et des équipes de recherche, CARDIE et représentants institutionnels) ont échangé pour faire le bilan de cette première année d’expérimentation du dispositif et tracer les pistes de son amélioration pour l’année qui vient.

Luc Trouche, directeur de la Recherche à l’IFÉ, a rappelé les grandes lignes du projet LéA, a souligné son importance et a transmis aux participants les idées fortes échangées la veille lors du premier comité scientifique des LéA (avec, en particulier, la présence de Patrick Demougin, président de la conférence des Directeurs d’IUFM). Voir le texte de l’introduction de Luc Trouche.
Bénédicte Robert, directrice du DRDIE (Département Recherche Développement, Innovation et Expérimentation du MEN), a exprimé l’intérêt du ministère de l’Éducation nationale pour ce réseau, insistant sur les potentialités de diffusion des résultats obtenus à d’autres établissements scolaires.
Michel Grangeat, MCF en Sciences de l’éducation au Laboratoire des Sciences de l’Éducation (LSE) de Grenoble, a présenté une communication sur le travail collectif entre acteurs des LéA, en envisageant ses conséquences sur le développement professionnel des enseignants. Voir la conférence en ligne

Les productions de cette première année, conventions signées ou en cours de signature, site public d’affichage des LéA, site collaboratif de travail pour le réseau, et carnets de bords permettant le suivi du dispositif, ont été présentées par le comité de pilotage. L’analyse des carnets de bord a permis de mettre en évidence l’importance de l’engagement des équipes dans le dispositif, ainsi que les retombées en termes de réflexivités et d’organisation pour la recherche. Des difficultés ont également été repérées et des solutions envisagées pour y remédier.

Le fonctionnement particulier du LéA Moulin Sanquer, qui travaille l’utilisation de la visioconférence pour l’apprentissage des langues dans des écoles élémentaires bretonnes, a été détaillé lors d’une présentation à trois voix proposée par Brigitte Gruson, chercheure correspondante IFÉ, Léna Scheer, enseignante correspondante LéA et Loïs Lefeuvre, directeur de l’IUFM de Bretagne : la dynamique du dispositif, ses liens avec la formation initiale dans les IUFM, et ses implications sur le terrains ont été identifiés.
Voir la conférence en ligne

Cette deuxième rencontre était aussi l’occasion pour le réseau des LéA de s’élargir, les porteurs de nouveaux projets étant reçus, certains pour la première fois, dans la communauté des LéA. Le réseau s’organise en effet en deux cercles : le premier cercle correspond aux projets bien implantés, qui ont déjà expérimenté le dispositif en 2011-2012, et le deuxième cercle comprend les nouvelles candidatures de LéA pour l’année scolaire prochaine. Ces vingt-trois projets concernent à la fois des lieux scolaires et non scolaires, et des établissements d’enseignement supérieur. Ils sont issus du département recherche de l’IFÉ, mais aussi de l’Agence Qualité Éducation et du département Médiation des savoirs, ou d’équipes de recherche associées à l’IFÉ, et parfois même de lieux d’éducation eux-mêmes. Gerald Niccolaï, de l’UMR ICAR, a ainsi présenté le projet Comptoir des savoirs, mené par l’association de médiation scientifique « les petits débrouillards », qui enrichit le dispositif LéA par sa dimension associative et non scolaire, et par son expérience de partenariat avec les collectivités territoriales. Voir la conférence en ligne

Quinze des vingt-trois nouvelles candidatures de LéA rejoignent le 1er cercle, portant à vingt-huit le nombre des LéA pour l’année scolaire prochaine. Les autres projets, tous très intéressants, poursuivent leur processus de construction à l’intérieur du 2° cercle, en interaction avec le comité de pilotage et le premier cercle des LéA.

L’après-midi a été consacré aux ateliers qui ont permis d’approfondir les questions des rôles et statuts des correspondants Léa et IFÉ (Atelier 1), de la dynamisation du réseau des LéA (Atelier 2), des visées et des modalités d’utilisation du carnet de bord (Atelier 3). Voir le compte-rendu des ateliers.

La conclusion de cette journée conviviale a permis à Brigitte Gruson et Emilia Sanabria, toutes deux membres du comité scientifique, d’insister sur les liens à développer entre LéA et formation initiale et continue, et sur l’importance de bien définir les objectifs de ce dispositif, et de lui accorder les moyens correspondants.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.