Vers une collaboration entre le réseau des LéA et les collèges associés à l’ECNU (East China Normal University, Shanghaï)

A l’occasion d’une mission à l’ECNU du 14 au 27 mars, dans le cadre de la plateforme JORISS, j’ai eu l’occasion de visiter le collège South Dongchang associé à cette université.

photo1

Au cours de cette visite, réalisée avec Birgit Pepin (de Trondheim, Norvège) et Tainian Zheng (ECNU), nous avons pu assister à un cours de mathématiques en sixième, échanger avec la directrice du collège, une équipe de professeurs et des élèves.

photo2
Cette visite a été vraiment très intéressante, et nous a permis de découvrir sur le terrain une situation que nous ne connaissions, pour l’essentiel, que par la littérature de recherche sur les « lesson studies« : tous les professeurs sont dans des groupes de recherche-action par discipline ou par classe, qui se réunissent au moins une fois tous les quinze jours. Il y a deux types de groupes de recherche:
– des groupes sur des problèmes professionnels liés à une discipline (par exemple: le cours de mathématiques auquel nous avons assisté portait sur le traitement des erreurs les plus fréquentes dans le calcul algébrique, il avait été préparé par l’ensemble des professeurs de sixième), ou commun à plusieurs disciplines (par exemple: comment assurer de façon vivante une leçon de révision?
– des groupes sur des questions plus méta, qui associent des enseignants et des chercheurs de l’ECNU (par exemple: quels sont les indicateurs d’une leçon réussie?).
Ce travail collectif ne se développe pas seulement en dehors des séances de classe, il se prolonge dans les classes elles-mêmes, avec, régulièrement, des « leçons ouvertes » où l’ensemble des professeurs d’une discipline, ou d’une classe, assistent à la leçon d’un collègue.
C’est donc une organisation du collège qui repose fortement sur le travail collectif des enseignants, associé à une implication de chercheurs, et qui comprend plus globalement l’enseignement comme un apprentissage continu des élèves, et des enseignants. Il y a un enseignant qui est chargé du développement professionnel pour les personnels du collège, mais les professeurs les plus experts assurent aussi une responsabilité naturelle des professeurs novices. La qualification de « professeur expert » semble varier selon les établissements: elle inclut des compétences dans la discipline, dans l’enseignement de cette discipline, dans l’intégration des technologies au service de cette discpline et en anglais; elle suppose aussi la réalisation de « classes ouvertes » à un public incluant des chercheurs et des responsables institutionnels, et l’écriture d’articles dans des revues professionnelles.

photo3

Tout ce dispositif est rendu possible par des conditions de travail fort différentes des conditions françaises: les professeurs n’enseignent qu’une dizaine d’heures, et sont pendant une trentaine d’heures dans l’établissement pour l’organisation de leur travail individuel et collectif.
En tous cas, une expérience qu’il sera intéressant de discuter dans le cadre du réseau des LéA! J’ai présenté aux enseignants et chercheurs chinois l’expérience des LéA: l’intérêt est aussi vif de leur côté. Matière à interactions donc!


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.