Ateliers entre référents et représentants des LéA au séminaire de rentrée : enjeux, questions et discussions autour du travail en réseau

A l’occasion du séminaire de rentrée des LéA 2019, des ateliers réunissant les représentants des LéA et leurs référents ont eu lieu en début d’après-midi. Les référents sont les personnes de l’équipe de pilotage du réseau des LéA qui accompagnent le développement de chaque LéA. Leur activité est définie dans une Charte qui nécessiterait sans doute d’être actualisée. 

Quatre ateliers ont réuni deux ou trois référents, les membres des LéA qu’ils accompagnent, et d’autres participants au séminaire de rentrée intéressés par le dispositif LéA. Le traditionnel tour de table a rapidement laissé place aux échanges ; la lecture du calendrier annuel détaillant les tâches incombant aux correspondants LéA et IFÉ établies à partir des chartes a permis à chacun de projeter son LéA dans les activités de son espace et dans l’activité du réseau (rencontres annuelles, bilans, productions de ressources). Ces ateliers ont été l’occasion de répertorier des points à réfléchir pour améliorer les conditions de travail et l’impact potentiel des projets des différents LéA. Ce billet reprend les difficultés identifiées et les pistes évoquées concernant les fonctions, les rôles et statuts des correspondants LéA. Y sont également abordés des points essentiels tels que les conditions institutionnelles dans lesquelles se développent les travaux, la reconnaissance de l’implication de chacun, la valorisation des recherches menées dans les LéA, le partage et les relations à l’échelle du réseau pour en garder la mémoire et assurer l’avancée de ces chantiers et la bonne marche du réseau.

Fonctions, rôles et statuts des correspondants LéA

La question de la continuité de cette fonction de correspondants LéA dans le temps et l’espace s’est posée. En effet, les acteurs de plusieurs  LéA rapportent la complexité à gérer des situations impliquant un changement de correspondant en cours de projet (mutation, maladie, indisponibilité, etc.). Le cas des LéA regroupant plusieurs lieux ou établissements scolaires différents a également été évoqué, en lien avec un éclatement possible de la fonction : comment effectuer un choix pour le correspondant LéA dans ce cas ? Ainsi, désigner autant de correspondants que d’écoles ou d’établissements est un choix possible mais qui peut conduire à une dilution des responsabilités et nécessite en tous cas une bonne coordination. Changer de correspondant chaque année pour jouer sur différents lieux est une autre solution. 

Le statut du correspondant LéA a par ailleurs été questionné en lien avec son investissement possible dans la fonction et son implication dans l’activité productive du LéA. Lorsque le correspondant LéA est un cadre de l’éducation (IEN, IA-IPR, chef d’établissement), ses charges et ses fonctions ne lui permettent pas toujours de s’investir de façon approfondie dans l’activité productive du LéA et dans les fonctions décrites dans la Charte du correspondant LéA. En cas de mutation, les difficultés s’aggravent fréquemment, car le nouveau venu n’a pas porté le projet, et peut s’y investir moins encore. Ainsi, si l’intérêt d’avoir un correspondant chef d’établissement a été reconnu de par la reconnaissance institutionnelle qu’elle est susceptible de faciliter, certaines difficultés surgissent qui sont liées à cette organisation : la disponibilité pour réaliser les tâches du correspondant LéA et s’investir dans l’activité productive du LéA, le positionnement hiérarchique qui peut inhiber certains membres de l’équipe dans les travaux collaboratifs, une confusion entre le projet de l’établissement et le projet de recherche co-construit avec les chercheurs qui s’y déroulent. En effet, s’il est important que le projet de recherche du LéA et le projet de l’établissement s’articulent et se nourrissent, ils ne peuvent être confondus. Ainsi avant de désigner un correspondant, il parait utile de penser à son implication dans l’activité du LéA. Peut-être faudrait-il le signaler dans la Charte.

Ces questions s’articulent avec celles des relations du correspondant LéA avec les cadres et responsables institutionnels. En effet, la communication sur les travaux des LéA au sein des différentes instances apparait comme importante ; elle passe par une bonne information des différents cadres et responsables concernés. Plusieurs acteurs de LéA citent des exemples où les chefs d’établissement ont porté des projets et soutenu ses travaux, sans endosser le rôle de correspondant LéA pour autant. La thématique envisagée pour la rencontre internationale de mai 2020, autour de l’importance de l’implication et de la place des pilotes et responsables institutionnels dans les LéA permettra sans doute de pousser plus loin la réflexion et les échanges autour de ces problématiques.

La question de la gestion des moyens, en particulier de la répartition des heures DGESCO est également apparue comme une tâche complexe, au moins la première année. En effet, la gestion de ces heures est particulière, différente de celles qui sont habituellement attribuées aux établissements dans la DHG. Elles émanent d’un accord entre la DGESCO et l’IFÉ, qui aboutit, à la suite des interactions entre l’IFÉ et les correspondants IFÉ et LéA au sein de chaque LéA, à des ordres de paiement souvent gérés différemment selon les académies. Il ressort des discussions que de nombreux correspondants LéA réalisent cette répartition seuls, et que certains se font aider par le chef d’établissement. Nous soulignons que les tableaux d’attribution des heures sont en fait envoyés par les services de l’IFÉ aux correspondants IFÉ et LéA. En effet, les correspondants IFÉ sont responsables des recherches menées et, à ce titre, ont une vision d’ensemble des travaux du groupe. Plus ou moins acculturés aux activités des enseignants du primaire et du secondaire, nous leur conseillons d’oeuvrer en collaboration avec le correspondant LéA. Le travail spécifique du correspondant LéA est aussi à prendre en compte dans la répartition, une vingtaine d’heures étant généralement consacrée à ses missions. En cas de difficulté, une discussion avec le référent  peut être utile. L’équipe de pilotage du réseau pourrait également réfléchir à expliciter certaines règles d’action pour mieux gérer ces répartitions.

Pour chacune des questions levées autour des fonctions, tâches et rôles des correspondants LéA et IFÉ, une piste repérée comme fructueuse dans les différents ateliers concerne les échanges au sein du réseau. Ainsi, durant ces ateliers, certaines tâches des correspondants ont pu être explicitées par des représentants des LéA plus expérimentés. Le planning annuel de travail proposé a également été très bien reçu car il a permis de mieux se projeter dans les tâches et de les répartir entre correspondants LéA et IFÉ. Pour ce qui concerne l’organisation des temps en plénière proposés à l’occasion des séminaires de rentrée, une autre piste serait d’accorder toute sa place à la présentation des pistes d’action à l’échelle du réseau.  Cette remarque sera prise en compte pour le séminaire de l’an prochain. En attendant, les diapositives qui présentaient ces pistes d’action sont disponibles ici. L’ensemble des documents de la journée sont aussi sur la page du séminaire sur le site des LéA

Conditions institutionnelles – Reconnaissances des travaux de chacun

Les conditions de l’engagement dans le réseau, et notamment les appuis ou obstacles institutionnels rencontrés par les LéA dans ce domaine ont été discutées. Certaines équipes rapportent des difficultés à obtenir des autorisations d’absence pour participer aux rencontres, par exemple. La communication en amont avec les DASEN et chefs d’établissements apparait sur ce point cruciale. Des pistes de changement ont émergé : ainsi, les conventions pourraient-elles souligner l’importance de la participation aux rencontres organisées par le réseau. Une rencontre entre le responsable institutionnel concerné, le chercheur impliqué, le correspondant et le référent du LéA serait un point d’appui. Une sollicitation du CARDIE ou de l’administration centrale peut constituer un autre levier.

Dans le même ordre d’idée, les objectifs de la convention ont été débattus : quels sont les enjeux de la signature d’une convention ? Quelle est l’utilité du document ? Sans doute pouvons-nous en attendre une reconnaissance et un engagement plus forts de la part des responsables institutionnels pour faciliter les travaux autant qu’une sécurisation du projet en cas de changement de l’autorité compétente. Pour améliorer l’impact potentiel de la signature de ce texte, son contenu et la communication qui en est faite peuvent être améliorés. Des modifications ont déjà été réalisées qui seront prochainement envoyées aux correspondants pour relecture. Nous leur conseillons d’accompagner la soumission du texte à l’autorité compétente d’explications complémentaires, lors d’une rencontre, par exemple, qu’ils peuvent préparer en amont avec leur référent.   

Le périmètre de l’équipe d’acteurs éducatifs impliqués dans un projet de LéA a été discuté, en lien avec le taux important de renouvellement des enseignants observé dans certains LéA, et particulièrement en zone d’éducation prioritaire où les mutations sont fréquentes. Deux questions ont été posées à ce sujet : quelles sont les conséquences de ce turnover pour la recherche, en termes méthodologiques ? Est-il possible de pérenniser l’implication des enseignants qui ont quitté l’établissement ? Pour ce qui concerne la première question des avis divergents ont été exprimés, sans doute en lien avec les contextes et les épistémologies des recherches menées dans les différents LéA. Un atelier visant à creuser la prise en compte de ce facteur dans les méthodologies mises en œuvre pourrait être organiser à ce sujet lors des rencontres internationales de mai prochain. La deuxième question a permis de rapporter l’expérience de certains LéA pour lesquels le départ d’enseignants impliqués dans d’autres établissements s’est accompagné d’un maintien des liens et a contribué à l’essaimage des pratiques travaillées.  

Enfin, les modalités de reconnaissance de l’investissement des chercheurs dans le LéA, en référence à certains éléments figurant dans la Charte du correspondant IFÉ ont aussi été abordés : “La reconnaissance du travail du correspondant IFÉ (quotité de service, heures supplémentaires, autre…) devra être discutée avec la direction de l’institution dont il dépend”. Constat a été fait qu’il n’y a généralement aucune reconnaissance institutionnelle pour les travaux des chercheurs menées dans les LéA, nonobstant les publications qu’ils peuvent faire par ailleurs. Dans certains LéA, des reconnaissances ont pu être obtenues à la suite de négociations menées en amont, dès le montage du projet.  Un « label LéA », critère de qualité des recherches conduites avec les acteurs du terrain pour des financeurs éventuels pourrait peser dans ce type de négociation. Reste à faire progresser la valorisation du dispositif dans ce sens, ce qui ne peut se faire sans l’implication de tous les acteurs, à l’échelle du réseau.

Valorisation des recherches menées dans les LéA

Mieux faire connaitre et apprécier les LéA passe sans doute par une meilleure valorisation des résultats, des formations et des ressources produites par le réseau. La question s’est posé des lieux de publication conjointe pour les enseignants et les chercheurs. Outre les revues de recherche habituelles qui accueillent des articles co-écrits, des revues d’interfaces et des revues professionnelles peuvent être visées. Les projets éditoriaux proposés à l’échelle du réseau (dossier dans la revue Education et Didactique, numéro de la revue Diversité sur l’accompagnement à paraitre prochainement, ouvrage pour les 10 ans des LéA en cours de réalisation) sont aussi des pistes. A également été lancée l’idée d’une revue des LéA en ligne et en Open édition, qui bénéficierait du soutien de certains laboratoires ou organismes de recherche. Des explorations vont être réalisées à ce sujet ; un atelier pourrait également avoir lieu pour poursuivre la réflexion, lors de la rencontre des LéA de mai 2020.

Pour une meilleure visibilité des ressources produites à l’intérieur du réseau a été rappelée la nécessité d’une courte charte des ressources produites, précisant par exemple la phrase à citer sur les publications. C’est un objectif du réseau depuis plusieurs années, objectif qui n’a pas encore été atteint, faute de temps et de moyens humains disponibles.

En termes de valorisation, le développement de La Fabrique des LéA revêt toute son importance. Il a été rappelé la possibilité d’intégrer à ce catalogue une ressource produite par un LéA finalisée après les trois ans d’activité, quand cette ressource est disponible et diffusable.

Partage et relations à l’échelle du réseau des LéA

Sur tous ces points discutés, les échanges à l’échelle du réseau sont apparus essentiels pour mutualiser la réflexion, profiter des nouvelles idées, faire émerger des pistes de solutions et mettre en synergie nos moyens. D’autres ateliers sur des points précis, cités ou non dans cet article, pourront ainsi être organisés lors de la 10ème rencontre internationale des LéA de mai prochain, sur proposition des membres des LéA (deux LéA choisissant de s’associer pour l’occasion) ou du comité de pilotage du réseau. Des ressources dédiées au travail sont à partager au sein de l’espace collaboratif du site des LéA, espace réservé aux membres du réseau. Vous y trouverez bientôt les bilans de tous les LéA et pouvez d’ores et déjà y placer d’autres documents qui vous ont été utiles et que vous souhaitez faire connaitre aux membres du réseau, afin de développer toujours plus les relations au sein du réseau des LéA.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.