Les LéA comme laboratoire de l’innovation en recherche-pratique-formation-pilotage

Le 22 janvier, Daniel Filâtre, Recteur de l’académie de Grenoble et président du comité de suivi de la réforme des ESPE, proposait une réunion de travail pour étudier les modalités de mise en place de « dispositifs d’intégration, de recherche et d’innovation pédagogique », qui dans l’éducation pourraient jouer le même rôle que les « incubateurs » et les « fab lab » dans le domaine des sciences et techniques. La discussion a fait apparaitre la nécessité de réunir et de coordonner, dans les mêmes structures, quatre fonctions fondamentales  (pratique, formation, recherche, pilotage/évaluation), assumées par plusieurs types d’acteurs : les enseignants, les formateurs, les chercheurs, les personnels de conseil, de direction et d’inspection (chaque acteur pouvant assurer plusieurs de ces fonctions).

Les participants représentaient les ESPE de Grenoble et de Lyon (direction, conseil d’école, COSP), les différentes directions d’un rectorat (enseignement supérieur, numérique, formation continue, recherche & développement (CARDIE)), et la recherche universitaire. Le modèle de référence qui a été évoqué initialement est celui des laboratoires et clusters à l’interface des entreprises et des laboratoires : sous quelles formes ce modèle venu des sciences de l’ingénieur ou de la santé peut être transposé/adapté aux réalités et aux contraintes du système éducatif ? Il a été rappelé que l’EN dispose dans le domaine d’une histoire de la recherche-intervention, et qu’on pouvait au moins tirer des leçons des limites de formes classiques de recherche-action ou de dispositifs comme les classes d’application, mais aussi de leurs réussites.

Parmi les « laboratoires de l’innovation », les LéA ont été cités comme des expérimentations à grande échelle dont beaucoup de leçons peuvent être tirées : contraintes d’implémentation dans les établissements, processus d’ajustement aux contraintes de la recherche, mobilisation des acteurs, dissémination des résultats, etc. Un des défis posés à l’institution est d’intégrer à de tels dispositifs la formation, continue et initiale, et de rendre possible leur dissémination et leur intégration dans le réseau des établissements et leur fonctionnement ordinaire.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Elise dit :

    super billet je partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.