Séminaire de rentrée 2014 – La collaboration entre chercheurs et praticiens

LEA-Logo-SR2014

Une présentation de l’expérience du LéA Nucera par Frédéric TORTERAT (Laboratoire I3DL), introduite par Serge QUILIO.

 

 LEA-SR2014-Collaboration-Blog

Pour Serge QUILIO

Un LéA c’est un lieu où on enseigne et où on cherche. La question peut être travaillée de différentes façons.
Frédéric TORTERAT va présenter le Lieu en tant que lieu de la coopération.

 

 Frédéric TORTERAT

Il s’agit de présenter le cas concret d’une collaboration entre différentes catégories de personnels. Il est intéressant de noter que, bien au delà des questions catégorielles, prévaut la dynamique de recherche de collaborations.

Le LéA, peut être vu comme une « équipée » avec, ce qu’implique ce type de recherche collaborative : une démarche commune à partir d’un lieu d’éducation, une combinaison de ressources et d’écrits de travail, une valorisation des parts d’initiative de chacun.

L’équipe du LéA Nucera comprend un laboratoire avec 5 personnes impliquées, 12 professeurs des écoles qui sont des praticiens expérimentateurs, 6 associations en lien avec lesprit de réseau du LéA (intrication et animation), une circonscription qui implique un IEN et deux CPC et CPC TICE, l’ESPE de Nice avec un ingénieur, deux personnes du CARDIE académique, le principal du collège Nucera, cinq écoles maternelles et écoles élémentaires. Elle est en liens indirects avec de nombreux autres partenaires comme l’Université du Michigan.

Cette recherche collaborative est d’abord une démarche commune avec la possibilité de nombreuses auto- ou co- formations. Elle implique sans cesse un travail d’allers-retours  entre pratiques déclarées, effectives, et variablement documentées.

Cette démarche commune se développe autour d’un lieu correspondant à deux REP+, en Zone ECLAIR, Zone Urbaine sensisble (Zus) + Cucs (contrat de ville) … loin du centre. Sur cette zone existait l’association Epilogue qui travaillait beaucoup avec les écoles et institutions scolaires, et a été le point de départ du LéA en permettant de rendre davantage lisible les relations avec les familles.

Association, P.E. et direction se rencontrent et échangent souvent. Le P.E. a une connaissance parfaite des familles, des conditions urbaines, du tissu social. Il s’agit bien d’établir un “partenariat durable” (C. SNOW)

  • en « négociant l’accès aux écoles ou aux quartiers […] mais toujours avec des issues incertaines »
  • en « examinant des pratiques effectives et des ressources « collectées localement »

La difficulté de suivi des élèves a été levée grâce au partenariat avec les circonscriptions, notamment pour trouver des solutions au suivi des cohortes.

Le concret de cette collaboration passe également par des documents, des écrits de travail (rapports, calendriers, bulletins de liaison, identification de l’assiduité des enfants, ainsi que par la rédaction des scenarii pédagogiques.
Les associations ont accès aux documents de travail du LéA (documents procéduraux, carnets de bord (importants pour valoriser la part d’initiative de chacun), documents négociés).

—-

Les réflexions autour de cet enjeu se sont prolongées par des échanges, l’après-midi, au sein de l’atelier du même nom : « La collaboration entre chercheurs et praticiens« 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.