La correction « audio » des copies

Par Fanny Durand-Raucher, professeure de physique-chimie

au lycée Jacques Feyder d’Épinay sur seine

 

La correction des copies d’élèves fait partie intégrante de notre travail de professeur. Pourtant, il n’est pas rare d’avoir le sentiment que ce travail, qui nous prend beaucoup de temps, n’est pas ou en tout cas pas assez efficace pour permettre une progression de tous les élèves.

Cet article présente une manière de corriger les copies d’élèves qui tente de rendre ces corrections plus efficaces pour la formation des élèves, en les utilisant comme outil de remédiation.

 

CONTEXTE

Malheureusement, lorsque l’on corrige des évaluations sommatives, il n’est pas rare d’avoir la désagréable sensation de passer des heures à écrire sur les copies, des choses qui ne seront que rarement lues avec attention[1] (les élèves se focalisant souvent sur la note), ou qui feront peu sens pour les élèves.

D’abord parce qu’il n’est pas toujours évident pour un élève de déchiffrer l’écriture de son professeur. Ensuite, parce qu’il est compliqué de rendre intelligible, par écrit, en quelques mots seulement, des notions qui ont mal été comprises par l’élève. Et enfin, parce que finalement on s’aperçoit que souvent, les élèves qui prennent le temps de lire les commentaires ne sont généralement pas ceux qui en ont le plus besoin. Un élève qui a un mauvais résultat s’empressant souvent de ranger sa copie, pour que ses camarades ne voient pas sa note. On s’aperçoit ici que trop souvent, l’association de conseils à une notation ne permet pas une assimilation du conseil car la crispation autour de la note est trop grande. Il faut alors réussir à déplacer la focale d’intérêt de l’élève de la note vers la correction et les commentaires.

 

Pourtant, la correction des évaluations, quelles qu’elles soient, est un moment privilégié ou le professeur peut se focaliser sur chacun de ses élèves, individuellement. Il peut ainsi répondre de façon précise et personnalisée aux difficultés que rencontre l’élève, mettant la copie corrigée au rang de tremplin pour faire progresser chaque élève.

 

Dès lors, comment envisager les corrections de copies comme un outil de formation, en faisant en sorte que les corrections soient réellement utiles aux élèves ?

 

 

OBJECTIF

Cette réflexion nous amène à expérimenter une nouvelle façon de corriger les copies.

Cette correction doit être facilement accessible aux les élèves, tant sur la forme que sur le fond.

Sur la forme, pour capter l’attention des élèves et les inciter à prendre en compte cette correction et sur le fond, pour que les élèves s’aperçoivent qu’ils peuvent facilement, par le biais de cette correction, apprendre de leurs erreurs et progresser.

 

PROPOSITION EXPÉRIMENTALE

  1. Présentation générale

Il s’agit de faire des corrections de copies au format audio. Les réussites et les erreurs des élèves continuent à être repérées sur la copie, comme lors d’une correction habituelle, afin que les élèves gardent des repères visuels. Mais au lieu d’écrire de longs commentaires, le professeur s’enregistre, au fil de la lecture de la copie, lorsqu’il a quelque chose à dire ou à expliquer à l’élève (soit pour lui signifier que ce qu’il a fait est bien, soit pour lui expliquer pourquoi ce qu’il a fait ne convient pas). Ceci à l’avantage d’allier le support audio au support papier (le support papier reste parfois plus pratique, par exemple lorsqu’on veut écrire une équation).

Le support audio permet des commentaires oraux, beaucoup plus précis et détaillés que des annotations écrites, ce qui les rend probablement plus intelligibles pour l’élève. D’autre part, à degré de précision identique, le support audio permet un gain de temps considérable par rapport à des annotations écrites.

 

  1. Modalités de réalisation

Phase 1 : La correction audio

La correction des copies est réalisée, telle que présentée ci-dessus, par le professeur. Cette correction peut facilement se faire via le logiciel Audacity[2], téléchargeable gratuitement sur internet, dont la dernière version permet de convertir les fichiers en .mp3, qui ne sont pas trop volumineux et qui, de ce fait, permet d’envoyer par mail le corrigé audio à l’élève facilement. Un autre avantage de ce format est qu’il peut facilement être ouvert par les élèves, sur un ordinateur ou un smartphone. Mais la correction peut également être faite via le dictaphone d’un smartphone.

 

Phase 2 : Rendu des copies et des corrigés audio aux élèves

Les copies corrigées sont rendues aux élèves et les corrigés audio leurs sont envoyés par mail. Les élèves doivent alors conjointement regarder leur copie et écouter le corrigé audio.

Vous trouverez un exemple de correction audio, ainsi que la correction de la copie correspondante  ICI

 

Phase 3 : remédiation par les pairs ou par le professeur (optionnel)

Cette phase, est optionnelle.

Les élèves peuvent ensuite rendre un corrigé de leur évaluation afin de prendre du recul sur leurs erreurs (ce rendu peut soit se faire sous forme écrite, soit sous forme audio). Cette correction peut tout à fait être valorisée par un bonus de points sur l’évaluation.

Les élèves ont la possibilité, pendant des moments dédiés, de s’aider les uns les autres, si il reste des incompréhensions.

Ce travail peut être fait sur les heures de cours, par exemple, 10 minutes en début de cours ou en fin de cours.

[1] Voir ci-dessous les résultats du sondage, qui étaye cette hypothèse.

[2] Lien de téléchargement vers le logiciel Audacity : https://audacity.fr/

  1. Résultats

Les élèves ont répondu à un questionnaire. Le questionnaire est donné en annexe 1.

Nous présentons ici les résultats obtenus à ce questionnaire auquel 27 élèves de terminale S ont répondu.

 

ANALYSE

96 % des élèves sondés indiquent que les corrections audio leurs permettent d’apprendre de leurs erreurs, contre 63 % pour les corrections écrites (dont 85 % leur permettent d’apprendre beaucoup, contre 4 % pour les corrections écrites). Ceci est surement dû au fait que la correction audio est « plus personnelle », « plus détaillée », et qu’ « elle permet de mieux comprendre ses erreurs », d’après les commentaires des élèves. Ceci est à opposer au fait que beaucoup d’élèves disent  avoir « du mal à comprendre leurs erreurs » ou à « comprendre ce que l’on attend » d’eux, dans les commentaires écrits.

D’autre part, si 26 % des élèves sondés disent lire attentivement les commentaires écrits, et les relire si besoin, ils sont 81 % à écouter l’audio attentivement et à le réécouter si nécessaire. Cela montre que la correction audio est en tout cas bien utilisée et perçue par les élèves (100% des élèves disent d’ailleurs avoir aimé avoir des corrections audio).

Il peut y avoir différentes modalités de mise en œuvre de ces corrections audio :

  • On peut les utiliser pour corriger des évaluations formatives, ce qui permet aux élèves ensuite d’avoir à leur disposition tous les outils pour progresser en vue d’une évaluation sommative.
  • Pour les élèves ayant une épreuve certificative sur la discipline dans l’année scolaire, les enseignants sont souvent pris par le temps, et il devient souvent difficile de proposer une évaluation formative aussi souvent qu’on le voudrait. Dans ce cas, la correction audio peut être mise en place lors des évaluations sommatives, en vue d’une progression pour l’épreuve certificative qui suivra. Dans ce cas, il peut être intéressant de demander aux élèves de proposer une correction de leur contrôle, après prise en compte de la correction audio, en y ajoutant des commentaires sur leurs erreurs, afin de prendre du recul sur leurs erreurs pour ne pas les refaire.

 

PERSPECTIVES

Afin de vérifier que les corrections audio donnent une réelle plus-value dans la progression des élèves, il serait intéressant de mener une étude dans laquelle une moitié de classe recevrait une correction audio de leur copie, tandis que l’autre moitié de la classe recevrait une correction sous forme de commentaires écrits. Puis de redonner la même question dans une évaluation ultérieure, pour voir l’évolution des réponses données par les élèves, selon la correction qu’ils auront reçue.

De plus, dans l’idée de gagner un peu de temps dans les corrections audio, lorsqu’il s’agit d’erreurs récurrentes ou de questions non traitées, le professeur pourrait détailler certaines démarches dans un corrigé audio commun, de manière à ne pas être obligé de les répéter dans la correction audio individuelle de chaque élève. La correction audio individuelle ne repèrerait alors que les réussites et les erreurs propres à chaque élève.

D’autre part, pour pallier la difficulté ressentie par l’un des élèves sondés, concernant sa mémoire visuelle, il serait sans doute utile d’ajouter à ces corrections audio un corrigé papier de l’évaluation, en tout cas, pour les élèves qui en manifesteraient le besoin.

Une autre perspective pourrait être de déployer, au cours de l’année, cette modalité sur le champ de l’évaluation croisée, un élève ferait alors la correction audio de quelques questions d’une copie de l’un de ses camarades. Cela aurait l’avantage supplémentaire de développer l’oralité.

Enfin, il serait intéressant, dans un nouveau questionnaire, de savoir si les corrections audio permettent de catalyser l’entraide entre les élèves, lorsque des incompréhensions persistent.



CONCLUSION

Cette manière de corriger les copies comporte bien sûr certaines contraintes. Il faut être dans un endroit calme, et avoir accès à un système d’enregistrement (de nos jours c’est très simple à partir de Smartphones ou d’applications dictaphones sur ordinateur).

De plus, la correction audio est sans doute un peu plus chronophage que la correction écrite, si on la veut suffisamment détaillée. Pourtant, la plus-value pour les élèves semble suffisamment importante pour que ça en vaille le coup, puisque 93 % des élèves sondés trouvent la correction audio plus efficace que la correction de copie « écrite ».

Il serait malgré tout intéressant de voir quels seraient les résultats obtenus dans une classe ou les corrections audio seraient généralisées à une majorité des disciplines, afin de mesurer l’impact de l’ « effet nouveauté » sur le ressenti des élèves.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Aurore PROMONET dit :

    Formidable idée ! Belle démonstration. Merci !
    Une question cependant : pourquoi pas une captation vidéo, également téléchargeable en format léger ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search