Le Séminaire de rentrée des LéA en bref

Le 13 novembre 2019 a eu lieu le séminaire de rentrée des LéA. Cette année, la rencontre a réuni environ 90 personnes venues de tous les univers du monde éducatif : enseignants, chercheurs en sciences de l’éducation, représentants des ministères, représentants des CARDIE, ingénieurs pédagogiques, etc.

Marie-Claire Thomas, vice présidente de l’IFé, a réalisé l’ouverture institutionnelle de la manifestation, rappelant les points forts du dispositif  et son rôle essentiel au sein de l’IFé. L’intervention a aussi été l’occasion de pointer les perspectives de développement du réseau des LéA : formation de formateurs,  diffusion élargie des productions, labellisation des travaux réalisés au sein des LéA.

P. Lalle , N. Herault , MC. Thomas et B. Darchy-Koechlin

Brigitte Darchy Koechlin, représentante du bureau d’innovation pédagogique (BIP – DGESCO), a insisté sur le rôle des LéA dans la lutte contre les inégalités éducatives, comparant les LéA à une « permaculture éducative dans laquelle germent de nouvelles idées respectueuses de l’écosystème dont elles se nourrissent ». Elle a rappelé l’importance de faire connaître les résultats des recherches, de les valoriser et de les capitaliser, tout en poursuivant l’analyse critique des réussites et des obstacles rencontrés. « Garder sa capacité à innover dans les pratiques éducatives et toujours les questionner », telle pourrait être la devise du réseau des LéA. De son côté, Nathalie Herault Moignard de la Direction générale de l’enseignement de la recherche du ministère de l’agriculture et de l’alimentation (DGER – MAA), a rappelé les spécificités de l’enseignement agricole, soulignant que « les pratiques éducatives s’enrichissent et s’améliorent mutuellement à travers cette collaboration entre équipes de l’enseignement et de la recherche agricole et éducation nationale. »

Enfin Philippe Lalle de la direction générale de l’enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle (DGESIP), a expliqué que la formation à l’enseignement était récemment devenue une préoccupation des politiques de l’enseignement supérieur.
La mise en place d’un LéA engagé dans la transformation pédagogique au niveau de l’éducation supérieure est une opportunité pour mieux comprendre les dispositifs de formation et les processus de développement professionnel de cette population encore peu étudiée que constituent les enseignants du supérieur.

A la suite de cette introduction, la coordonnatrice du réseau, Frédérique Cordier, a proposé une présentation de l’écosystème global des LéA suivie d’une présentation thématique de chaque LéA. Il s’est agi entre autres de regrouper des LéA travaillant sur les mêmes thématiques afin qu’ils puissent s’identifier et travailler ensemble.

Ces éléments ont montré que l’écosystème LéA se porte bien, sa biodiversité pouvant être la source d’une évolution à toutes les échelles, mais qu’il doit également être protégé pour garantir son bon fonctionnement.

La matinée s’est poursuivie avec la conférence de Catherine Loisy, « Développement professionnel – un regard sur les apports des travaux engageant enseignants et chercheurs« . Après avoir rappelé quelques bases en psychologie et en science du développement, la conférencière a expliqué les processus et les temps du développement professionnel. Ses travaux pour comprendre les trajectoires des enseignants se donnent aussi pour objectif de provoquer ce développement. En partant des recherches INO (dans le LéA Germaine Tillion de Sain Bel) et PREMaTT (institut Carnot et LéA Ampère), Catherine Loisy a ainsi évoqué la modélisation de trajectoires professionnelles à partir de récits de vie professionnelle. Cette modélisation pointe le rôle d’éléments déclencheurs, à l’origine de situations contradictoires, pour créer une dynamique et une reconfiguration du parcours professionnel.

Le parcours professionnel vu par les intéressés

En dernière partie de matinée, l’intervention de Réjane Monod Ansaldi, pilote scientifique du réseau des LéA a donné quelques éléments de bilan et ouvert sur des perspectives concernant le réseau.

Le bilan du réseau 2018-2019 met en lumière trois forces du réseau :

  • un réseau actif, réflexif et bien raccordé avec le territoire à toutes ses échelles ;
  • une amélioration de la visibilité et lisibilité du réseau ;
  • un partage accru des résultats, des ressources et des compétences.

Ces lignes d’horizon ouvrent elles-mêmes sur des perspectives :

  • conserver les moyens de fonctionnement et de développement du réseau ;
  • faire progresser les visées de bénéfices partagés par les acteurs du réseau et avec leur communauté ;
  • améliorer encore la lisibilité et la visibilité du réseau.

Après un repas convivial, durant lequel les participants ont pu interagir avec Samira Riahi, gestionnaire, et Bertille Joseph, ingénieure chargée d’étude en appui au pilotage du réseau autour de questions sur les conventions ou les rémunérations, l’après-midi a été consacrée à des ateliers.

L’atelier des référents a permis de travailler sur le calendrier annuel, mais aussi et surtout, d’échanger entre correspondants. Des points saillants sont ressortis sur lesquels le réseau est déjà entré en réflexion.

Atelier réunissant référents et correspondants

D’autres ateliers se sont tenus en parallèle :

Word café autour de la conservation des traces de l’activité des LéA

 Roland Goigoux

Roland Goigoux,  professeur des universités, laboratoire Acté – Membre de l’équipe de pilotage de l’expérimentation Institut Carnot de l’Éducation Auvergne – Rhône – Alpes, a clos cette riche journée.

Roland Goigoux a rappelé l’importance de la lisibilité et de la visibilité du réseau et des productions des LéA. En effet, l’idée est bien de se montrer garants d’une certaine forme de « rentabilité ». Utilité et efficience sont des critères à la mode dans ces temps de contrôles budgétaires accrus mais Roland Goigoux a par ailleurs insisté sur  l’importance de montrer que les LéA sont des lieux de production de connaissances scientifiques généralisables autant qu’opératoires. Dans cette perspective, il apparaît plus que jamais nécessaire de mettre en valeur les traces du travail en cours qui peuvent aider à l’innovation et à la recherche. Une hétérogénéité de l’intérêt des acteurs des LéA a enfin été soulignée : les chercheurs suivraient une logique de production de connaissances, tandis que les acteurs de terrain priseraient une logique de production de solutions pour l’enseignement. Le travail au sein du LéA consisterait donc à faire converger les bénéfices mutuels de ces acteurs, en ne perdant de vue que l’innovation reste au service de l’apprentissage des élèves. 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.