Présentation des recherches JPAEL et Tactiléo au LéA Germaine Tillion le 17 octobre

100_1424 Le projet de recherche JPAEL (Jouer pour apprendre en ligne) est porté par le LéA Germaine Tillion de Sain Bel (69) depuis 2011, à travers le jeu Clim@ction, qui concerne des élèves de Seconde et implique plusieurs disciplines : SVT, géographie, ECJS.
Le 17 octobre dernier, Eric Sanchez, responsable de la recherche et Caroline Jouneau-Sion, enseignante associée qui prépare actuellement un master en architecture de l’information, sont venus présenter un exemple de recherche collaborative entre enseignants du secondaire et chercheurs de l’IFÉ, en présence des enseignants associés à la recherche et d’une dizaine de professeurs représentant plusieurs équipes disciplinaires.
Les « jeux sérieux » présentent un intérêt certain à la fois pour les enseignants et pour la recherche. Par le jeu, les élèves apprennent de façon active en résolvant des problèmes complexes et authentiques qui mettent en œuvre différentes disciplines (SVT, sciences physiques, géographie…). Les professeurs travaillent sur les apprentissages et les acquis des élèves. Les chercheurs travaillent sur l’épistémologie personnelle des élèves et leur rapport au savoir.
La collaboration entre enseignants et chercheurs se construit dans la rencontre entre une question de recherche et un questionnement du professeur sur une problématique de terrain. Elle s’opère dans un échange permanent qui conduit à un travail collaboratif pour l’ensemble des étapes de la recherche : formulation de la problématique, conception des situations de classe pour les expérimentation, recueil et analyse des données recueillies ainsi que les communication et publications des travaux.
Le jeu en ligne Clim@ction qui a été réalisé propose plusieurs rôles aux participants : entreprises, élus et citoyens, experts.
Dans les règles du jeu les concepteurs implantent les éléments qu’ils veulent voir mettre en œuvre (par exemple la collaboration entre groupes ou des présentations à différentes étapes du jeu…)

Les « entreprises » construisent un projet de développement d’énergie durable dans leur communauté de communes, les « citoyens » créent l’appel d’offres, les « experts »-enseignants répondent aux questions sur la plate-forme. Les élèves travaillent en équipe et présentent leurs projets devant un jury qui inclut un représentant du conseil général.

A partir des données recueillies (traces numériques recueillies sur la plateforme , entretiens avec les élèves et les enseignants), les résultats de la recherche qui a été menée permettent de montrer que :
– Le jeu amène les élèves à changer de point de vue et à développer une vision du développement durable plus juste et qui tient compte de la nature complexe, pluridisciplinaire et contextuelle des savoirs en jeux. Ainsi, si au départ la majorité des élèves considère que le développement durable n’est qu’un problème d’environnement, au fur et à mesure que le jeu se déroule, une majorité d’entre-eux mettent en relation environnement et économie. Enfin, ceux qui vont plus loin deviennent également capables de prendre en compte la dimension sociale.
– Les élèves ont exprimé l’importance que revêt pour eux l’impression de travailler sur ce qu’ils qualifient de situations proches du réel. Cependant, il a également été observé que certains élèves, certes minoritaires, n’adhèrent pas à ce type de pégagogie.

La deuxième partie de la réunion était consacrée aux perspectives de participation au projet Tactiléo. Le LéA Tillion participe à l’expérimentation sur l’utilisation de tablettes tactiles en classe, et les équipes se trouvent confrontées aux questions qui sous-tendent le projet : Quels sont les éléments à prendre en compte pour l’utilisation de tablettes en classe ? Quelles ressources proposer sur les tablettes pour les classes ?
Un premier cercle d’établissements a commencé à concevoir des ressources pour l’utilisation des tablettes tactiles, dans différents contextes et à différents niveaux ; le LéA Tillion est en mesure d’intégrer le deuxième cercle, celui des utilisateurs-expérimentateurs de ces ressources.
Le bilan de cette rencontre entre la recherche et les équipes pédagogiques est clairement positif, puisqu’elle a permis de dynamiser une collaboration déjà existante et de motiver de nouveaux acteurs pour continuer à développer l’innovation pédagogique dans le LéA Tillion.


Véronique Heili

Professeur d'espagnol au lycée Germaine Tillion de Sain Bel (69), je suis en demi-poste à l'IFE. Je suis également membre du comité de pilotage des LéA.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *