Séminaire de rentrée 2013 : atelier « M@gistère »

Photo 018Compte-rendu de l’atelier M@gistère réalisé par Catherine Loisy

Présentation générale de M@gistère (Brigitte Darchy-Koechlin)

C’est le bureau de la formation de la DGESCO qui coordonne le développement du projet M@gistère.

Il existe différents types de parcours ou “collections de parcours” :

  • Parcours e-découverte : confrontation à une problématique transversale

  • Parcours e-analyse : formations visant à développement la posture réflexive

  • Parcours e-action : formation et action pédagogique : l’enseignant est amené à mettre en œuvre des actions, échanger avec ses pairs, et analyser ses actions

  • Parcours e-qualif : formation certifiante en lien avec le référentiel professionnel. Lien avec les qualifications existant dans le métier

  • Parcours e-réseau : mise en réseau d’un groupe de professionnels qui peut être organisé par thématique

  • Parcours volet-distant : préparation ou prolongement d’une formation en présence

Le volet distant et la dimension réseau sont des dimensions transversales, mais certains parcours auront une fonction plus spécifiquement de réflexion et de formation aux modalités de la formation à distance et de la formation de réseau.

Il existera plusieurs formats de modules : 3h, 6h ou 9h.

Chaque module devra définir les connaissances à maîtriser par les enseignants, les élèves et intègrera des indications pour l’animation de la formation.

Échanges

Luc Trouche fait remarquer que la conception des parcours au sein des LéA est un cadre privilégié.

Une partie des échanges porte sur la catégorisation des parcours en « collections » :

  • Faire apparaître « e-reseau » dans une collection particulière va à l’encontre de l’idée que le collectif participe du développement professionnel ;

  • De même, faire apparaître « volet-distant » dans une collection particulière peut laisser à penser qu’il n’y aura pas de formation à distance dans les autres collections : si un enseignant choisit un parcours e-découverte, il ne s’attendra pas à ce qu’il y ait de la formation à distance dans son parcours ;

  • On peut dire de même pour ce qui concerne « e-action » et « e-analyse » : comment penser une action sans posture réflexive ?

Une partie des échanges porte sur la conception des parcours :

  • Est-ce que la durée de la formation indiquée dans un parcours tient compte uniquement  temps de travail à distance / en présentiel / à la fois en présentiel et à distance ?

  • La description de l’articulation avec le présentiel devra être explicite dans les parcours ;

  • Quelle lecture des parcours pour les utilisateurs, s’ils n’ont qu’une présentation succincte du parcours ?

Divers besoins sont identifiés :

  • Il y a un besoin important de formation de formateurs pour ce qui concerne la conception de parcours et la réflexion autour de la question de l’hybridation ;

  • Pour Yves Matheron, il y a des besoins d’instrumentation par rapport au repérage des besoins (ce qui remonte du terrain est souvent stéréotypé et loin des besoins réels). Cette adéquation avec les besoins réels rencontre le sens de la participation du dispositif LéA au programme M@gistère, car les LéA sont les lieux où les questionnements du terrain et de la recherche s’articulent.

  • Il serait nécessaire d’avoir accès la plateforme pour se construire une représentation concrète (pas avant mi-octobre).

  • Pour assurer le suivi du parcours : un éditeur appuyé sur une institution.

Une remarque est faite sur la cohérence interne du dispositif :

  • Une difficulté risque de résider dans l’éclatement des parcours du fait de la liberté donnée aux académies ;

  • La discussion amène l’idée que la prolifération n’est pas nécessairement dangereuse. L’organisation de la cohérence pourra être construite après-coup.

Une partie des échanges porte sur les calendriers :

  • Urgence institutionnelle : la commande politique est arrivée avec la nécessité de fonctionner rapidement avec les ressources existantes et la production de nouvelles ressources.

  • Pour le second degré, il y a opposition des calendriers car les LéA entrés dans la première année de fonctionnement du réseau arrivent à échéance, ce serait le moment de produire des parcours, mais le dispositif pour le second degré n’est pas opérationnel. Pour Brigitte DK, la matrice doit être un cadre, mais une autonomie est possible. On peut penser qu’un transfert sera possible entre Pairform@nce et M@gistère.

  • L’accès à la plateforme est annoncé pour le 15 octobre. Il y a déjà des éléments, mais ils restent encore assez flous.

  • Les acteurs seront sollicités courant novembre pour se positionner par rapport à M@gistère. Les LéA n’ont pas d’injonction à s’engager, mais ils devront se positionner.

Une partie des échanges porte sur les coûts :

  • Pour Jean-Charles Chabanne, le recours aux plateformes de formation à distance est aujourd’hui à la mode, mais il ne faut pas négliger d’en estimer le coût réel. Il faut évaluer le temps qu’un concepteur y passe réellement et prendre la mesure de ce qui est un vrai investissement en termes de ressources humaines. L’expérience existe dans ce domaine, en particulier dans les universités nord-américaines dont certaines sont entièrement en FAD. L’enjeu est d’éviter de produire avec des moyens et des délais insuffisants des produits décevants qui desserviront le projet M@gistère auprès du public. En outre, si l’on souhaite améliorer la formation continue, ne pas oublier que les Léa sont par nature des dispositifs articulant la formation à la recherche et au terrain, dont l’expérience a montré l’efficacité. Tout ce qui s’y acquiert ne peut être transposé en formation à distance.

  • Si on entre dans la production de ressources, est-ce que des moyens sont prévus pour les enseignants-chercheurs? Pour Luc Trouche, le temps est une question clé : temps de la conception d’un parcours, temps pour animer les formations.

Lien avec les ESPE et les universités :

  • A l’ESPE de Bretagne, la formation envisagée en lien avec le LéA Moulin-Sanquer est à destination des enseignants du terrain. Cette formation conçue initialement en présentiel pourrait donner lieu à un module M@gistère. En effet, du fait des contraintes d’aujourd’hui, les enseignants du 1° degré sont moins disponibles, et les formations à distance peuvent constituer une réponse intéressante. Beaucoup d’enseignants souhaitent obtenir des masters et voudraient s’inscrire dans un processus de diplomation, même si c’est sur le long terme. Par conséquent, il faudrait, comme l’indique Michel Grangeat ci-après, examiner, sous quelles conditions, ces formations pourraient être intégrées à un parcours de master.

  • Pour Michel Grangeat, il faudrait aussi penser le lien avec les universités, par exemple en gain d’ECTS.

Éthique et philosophie générale :

  • L’exposition des pratiques est une question complexe pour les enseignants. Il serait donc important de bien préciser l’éthique et le contrat : un parcours est un ballon d’essai et les utilisateurs contribuent à faire vivre le parcours.

  • Conseil supérieur des programmes : il serait intéressant qu’y remonte la question de l’École du Socle commun, et en particulier l’articulation des formations 1° et 2° degrés. La séparation des parcours  1° et 2° degrés risque de maintenir une séparation qui n’a pas sa place dans ce contexte.

Luc Trouche rappelle le rôle que peuvent jouer l’IFÉ et le dispositif LéA dans le développement du programme M@gistère :

  • L’IFÉ met en place des formations, notamment parce que l’hybridité est une question complexe : formation plus ou moins générique sur les formations hybrides.

  • L’IFÉ met en place une structure de conception de parcours, parcours conçus comme des ressources vivantes, destinées à évoluer ;

  • Il est important d’accompagner la conception de parcours d’une démarche réflexive, par exemple, par un journal de bord du concepteur ;

  • Les LéA peuvent être des incubateurs de parcours (les acteurs du LéA associés à la conception du parcours) ou des maturateurs (le LéA B expérimentant un parcours conçu par le LéA A)…

Il est rappelé que produire des ressources pour M@gistère ne doit pas étouffer la richesse des LéA.


Catherine LOISY

Maître de conférences en psychologie

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *