Bienvenue au Réseau d’écoles et collèges – Ampère

Le LéA Ampère change de nom !

Un nouveau nom et un nouveau projet que nous avons pensé comme une extension du LéA Ampère dans une dynamique verticale au sein d’un secteur d’enseignement (Cycle 3, Cycle 4 du secteur du collège Ampère) et d’une dynamique de réseau collaboratif entre établissements, en commençant dans un premier temps avec le collège Duclos de Vaulx en Velin.

Nous souhaitons produire et diffuser des ressources pour le cycle 3 de la même façon que ce qui a été fait par le groupe SESAMES algèbre (« Situations d’Enseignement Scientifique : Activités de Modélisation, d’Évaluation, et de Simulation ») pour les classes du collège et que l’on trouve sur le site PEGAME http://pegame.ens-lyon.fr/.

Ce nouveau projet se situe dans le contexte des nouveaux programmes officiels, entrés en application en septembre 2016, avec la création d’un cycle de consolidation, qui associe le CM1, le CM2 et la classe de 6ème, dans un cycle 3 commun à l’école primaire et au collège. Il s’agit d’impliquer les professeurs, des écoles et de collège, du bassin du collège Ampère (Lyon 2) et du collège Duclos (Vaulx en Velin) afin de favoriser la transition école/collège à la fois sur le thème mathématique adapté à l’école primaire (puisque le domaine de l’algèbre n’est pas enseigné en tant que tel à l’école primaire) et sur les dispositifs d’enseignement comme les Mises en train (MET) et l’évaluation formative.

En ce qui concerne le thème mathématique, nous nous situons toujours dans le cadre de la résolution de problèmes (ici numériques) et nous cherchons à favoriser l’activité et la prise de responsabilité des élèves. En lien avec le thème de l’algèbre au collège, nous cherchons à déterminer quels types de problèmes pourraient être proposés aux élèves d’école primaire et de 6e, dans le cadre des programmes actuels, pour travailler sur les continuités et ruptures entre arithmétique et algèbre ou numérique et algébrique. Si ce thème a été étudié par plusieurs chercheurs à la fois francophones pour la classification des problèmes ou nord américains sur ce qui est désigné par « early algebra », il n’y a que peu d’études sur ce qui pourrait être implanté dans les classes en termes d’activités et surtout de séquences.

Un autre aspect sur lequel portera le travail concerne les questions de symbolisme. En effet, on peut penser que certains élèves sont bloqués dans la résolution de certains types de problèmes numériques à cause d’un déficit de signes pour désigner par exemple une quantité inconnue ou une quantité intermédiaire. Nous chercherons donc à déterminer comment aider les élèves dans cette désignation sans pour autant introduire le symbolisme algébrique bien sûr. On retrouve par là les attentes institutionnelles des nouveaux programmes dans le domaine 1 « Les langages pour penser et communiquer » et le sous-titre « Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques ».

En ce qui concerne les dispositifs d’enseignement, nous avons développé une gestion de classe innovante comprenant des Mises en TRAIN (MET) qui doivent permettre aux élèves, de façon régulière, à chaque séance, d’avoir des temps de recherche, d’expérimentation, d’argumentation et de mise en commun des résultats. Ce dispositif permet de travailler un objectif d’apprentissage ciblé, sur la durée (5-6 séances), à plusieurs reprises et avec des évolutions à chaque séance. Il entraîne une modification de la structure « classique » des chapitres en se centrant non plus sur des thèmes mathématiques mais plutôt sur des types de problèmes mettant en jeu les savoirs visés, en permettant de travailler sur le long terme, en amont des apprentissages visés et d’effectuer des retours et des reprises. Il s’agira de voir quelles adaptations de dispositif on peut proposer conjointement à l’école primaire et en classe de 6e.

De la même façon, nous tenterons de développer des processus ou des dispositifs d’évaluation formative afin d’impliquer davantage les élèves dans leurs apprentissages mais aussi de permettre aux professeurs de mieux réguler. Cela va de pair avec l’introduction du livret scolaire unique qui incite les professeurs à harmoniser, au niveau du cycle 3 et d’un secteur d’enseignement, en lien avec le nouveau socle commun, les exigences en termes d’évaluation et à les expliciter aux élèves, en ayant comme objectif de les aider à se situer et à progresser.

Comme pour le projet précédent, le travail collaboratif consistera à élaborer des activités et des séquences pour la classe, à les expérimenter et après analyse, de les proposer comme ressources. Pour cela certaines séances seront enregistrées en vidéo. Nous collecterons également des travaux d’élèves qui pourront être mis sur le site à titre d’illustrations ou utilisés dans les stages de formation continue.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *