Que peut apporter aux élèves l’utilisation de l’application « Plickers » dans l’organisation des apprentissages ?

C’est ce que nous sommes demandés au sein de notre LéA. Depuis quelques mois, un groupe de professeur a commencé à utiliser l’application Plickers en classe. Il s’agit d’une application qui permet de proposer des QCM aux élèves. Les questions s’affichent sur l’écran, les élèves disposent d’un flash code qu’ils peuvent orienter de quatre façons différentes ce qui leur permet de choisir entre quatre réponses proposées. Grâce à ce flash code, le professeur collecte ensuite les réponses des élèves en les scannant avec un téléphone portable ou une tablette. Il dispose ainsi immédiatement des réponses des élèves qui sont analysés par l’application.

Dans le cadre de notre réflexion sur les apprentissages et leur contexte, l’application nous semble particulièrement intéressante pour les raisons suivantes :

– Contrairement à une simple question posée à l’oral, voire à un exercice écrit, elle permet à tous les élèves de participer, de devoir se positionner

– L’affichage des résultats peut être paramétré pour éviter aux élèves de savoir qui a juste ou faux, de plus le flash-code dont dispose les élèves ne permet pas aux autres de savoir ce qui a été répondu (contrairement à une ardoise par exemple), cela évite les dynamiques de comparaison

– intéressant en EPS (pas besoin de feuilles, de crayon, de salle…)

– cela peut permettre de motiver la classe en fixant un objectif de groupe (but de performance), orienter la performance vers une performance collective

– les mêmes questions peuvent revenir plusieurs fois dans l’année pour réactiver les notions de manières assez simple, utile en lien avec les neurosciences et les formations de Dominique Bellec cette année sur la mémorisation et la compréhension des leçons à long terme.

– cela permet un premier bilan immédiat de ce qui a été compris ou pas / appris ou pas dans la classe (à faire par exemple à la fin de la découverte d’une notion ou au début de l’heure suivante)

– pour l’élève, le résultat peut être un bon indicateur de sa maîtrise de la notion ou de ce qui est à revoir (si j’ai échoué à la question 2, alors je dois… à formuler avec eux)

– idée : la première question pourrait être : je pense que je maîtrise / que j’ai compris la notion parfaitement / plutôt bien / pas vraiment / pas du tout (2 utilités – pour ceux qui n’osent jamais dire qu’ils n’ont pas compris, ils peuvent le faire discrètement – vérifier que la réponse est en adéquation avec le résultat aux questions suivantes et donc renforcer la connaissance de ses capacités, l’estime de soi de ceux qui pensent toujours qu’ils n’ont rien compris et remettre les pieds sur terre à ceux qui pensent toujours qu’ils ont tout bon alors qu’ils aurait besoin de travailler encore)

– l’activité est ludique, si elle n’est pas trop répétée, elle permet de remobiliser facilement les élèves en fin de cours

– possibilité de faire des comptes communs partagés par discipline (à explorer) pour pouvoir mutualiser plus facilement les questions

Mais certains aspects ne nous satisfont pas totalement :

– utile pour des 6e/5e mais pour des 4e/3e impact moindre car on demande plus de raisonnement, cela dépend de la discipline

– il reste toujours, que certains sont très rapides à lever leurs cartons, ce qui peut stresser les autres, il faut trouver un moyen d’éviter cela (par exemple en donner un temps pour réfléchir et un temps pour lever le carton)

– triche

 

Voilà où nous en sommes de notre réflexion, nous sommes ouverts sur l’autres remarques et d’autres expériences.


jdutois

Enseignante de lettres modernes au collège Gérard Philipe de Niort

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *