Retour sur les 2 sessions d’ateliers sur la collaboration issues du projet COOPERA FoRCE dans le cadre de la 7ème rencontre nationale des LéA.

 Le 30 mai dernier, deux sessions d’atelier sur les freins et les leviers à la collaboration entre acteurs de l’éducation et de la recherche ont été proposées par l’équipe du projet COOPERA FoRCE lors de la rencontre nationale des LéA.  Il s’est agi pour la trentaine de participants de chaque session, d’analyser des extraits de transcription de réunion entre les différents acteurs à l’aide des pistes d’analyse suivantes :  le contexte et le positionnement institutionnels (Chevallard , 1999 ; Aldon et al, 2013) ; les dimensions de la participation des différents acteurs : prendre part, contribuer, bénéficier  (ZasK, 2011) ; les rôles pris par chacun et l’importance d’objets frontières au sein des échanges (Star &  Griesemer, 1989) et la fonction de broker  ou de brokering (Aldon et al, 2013).

La première session s’est intéressée à une réunion de la troisième année de fonctionnement du LéA Triolet, la deuxième s’est focalisée sur une réunion du LéA Fontreyne qui débute ses travaux. Les travaux d’analyse, menés par groupes, ont permis de produire des éléments très intéressants qui ont ensuite été partagés lors d’un échange Jigsaw1, puis au sein de l’ensemble du groupe. L’importance des statuts des différents acteurs présents, la superposition ou la succession de différents rôles tenus par les enseignants correspondants LéA et les chercheurs correspondants IFE, l’incidence du respect et de la confiance sur la participation ont ainsi été identifiées.

Les participants ont ensuite été invités à partager des éléments de leurs expériences personnelles de collaboration entrant en résonnance entre leurs propres LéA et les deux exemples étudiés.  Ces éléments et des pistes pour l’action de chacun ont été consignés au sein d’un document collaboratif qui souligne par exemple que « L’implication de la hiérarchie est essentielle » et que si « les réflexions apparues dans le LéA rejaillissent hors du LéA (ex : formation au PAF, M@gistère) », cela constitue « un levier vis à vis de la hiérarchie ». Face aux difficultés repérées concernant « les modalités d’échange [qui] sont peu discutées »  dans certains LéA, et amènent certains acteurs à exprimer « quelques ressentiments », « Co-décider des modalités d’échange lors des analyses de situations de travail » et « Expliciter les contraintes des chercheurs dans le travail collectif du LéA » sont deux pistes de réflexion et d’action qui ont été proposées.

Les travaux riches et approfondis ont suscité de nombreux échanges au sein des groupes, et les participants ont exprimé un vif intérêt pour ces analyses qui permettent de se poser des questions transversales au sein du réseau, et proposent des outils à chacun pour penser son action. Plusieurs personnes ont d’ailleurs contribué aux deux sessions à la suite.

Certains temps d’échange qui ont été enregistrés de manière anonyme seront analysés et pourront être mobilisés pour la conception d’une formation de formateurs que l’équipe du projet COOPERA FoRCE (pour Formation et Recherche Collaborative en Education) prépare pour 2018 au sein du catalogue IFE. Cette formation intitulée « Passeurs – médiateurs – brokers :  Construire et animer des travaux collaboratifs entre acteurs de l’éducation et de la recherche »  est un des objectif de ce projet qui est financé par la Région Auvergne Rhône Alpes et mené en collaboration entre le réseau des LéA, l’équipe EducTice-S2HEP de l’IFE, la CARDIE de Lyon et la Faculté d’éducation de Sherbrooke au Québec. Elle aura lieu en mai 2018, et sera annoncée au sein du réseau des LéA.

L’équipe du projet FoRCE remercie chaleureusement les participants aux deux sessions d’ateliers pour leur contribution au projet !

 

1Procédé de déplacement de « rapporteurs », d’un groupe à l’autre, pour une synthèse à partir des travaux de tous, mais travaillé en parallèle à l’échelle de petits groupes recomposés.

 

Références bibliographiques

Aldon, G., Azarello, F., Cusi, A., Garuti, R., Martignone, F., Robutti, O. & Soury-Lavergne, S. (2013). The meta-didactical transposition: a model for analysing teachers education programs. Communication présentée à la 37th conference of the international group for the psychology of mathematics education. – Mathematics learning across the life span, Kiel, Allemagne.

Chevallard, Y. (1999). L’analyse des pratiques enseignantes en théorie anthropologique du didactique. Recherches en Didactique des Mathématiques, 2(19), 221-266.

Star S.L.,&  Griesemer J. (1989), Institutionnal ecology, Translations, and Boundary objects : amateurs and professionals on Berkeley’s museum of vertrebate zoologie. Social Studies of Science, 19(3) : 387-420.

Zask, J. (2011). Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation. Lormont : Le bord de l’eau.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *