Rencontre d’experts du CIDREE sur les recherches collaboratives en amont de la 7ème rencontre des LéA : jour 1

Les 29 et 30 mai 2017 se tient la première rencontre d’experts CIDREE ENCoR (European networks involved in collaborative research) qui rassemble Amina Afif pour le Luxembourg, Marton Bodo, pour la Hongrie, Brigitte Gruson et Réjane Monod-Ansaldi pour la France et le réseau des LéA. Malheureusement, Gerard O’Sullivan qui devait représenter l’Ireland n’a pu se joindre à nous. Nous regrettons son absence et le tiendrons informé des travaux réalisés.

Ont également été invités à cette réunion Adriana Rodriguez et Luis D’Aubeterre Alvarado de l’Université nationale de l’éducation de l’Equateur, et Suzanne Abdul-Reda Abourjeili de l’Université Libanaise qui développent des liens avec le réseau des LéA

La journée du 29 mai a permis à Amina Afif de présenter le projet luxembourgeois MathemaTIC, qui porte sur la création d’un environnement d’apprentissage des mathématiques en quatre langues, pour les élèves de 9-10 ans, grâce à un travail collaboratif de conception, développement professionnel des enseignants et évaluation de l’impact de MathemaTIC, qui mobilise des institutionnels du ministère de l’éducation luxembourgeois, des enseignants, deux chercheurs, une société canadienne de développement informatique, et la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) française. Ce projet est expérimenté depuis septembre 2015 avec 400 classes dans une centaine d’écoles fondamentales.

Marton Bodo a rapporté des exemples de recherches participatives, où des élèves et des étudiants participent au recueil de données, ainsi qu’un travail d’enquête autour d’un nouveau dispositif de travail civil pour la communauté, qui est obligatoire pour les élèves de lycée. Il a souligné l’importance de l’accompagnement des jeunes en amont et en aval de ces travaux, et la nécessité de formation à construire pour les enseignants qui les encadrent.

Le réseau des LéA a été présenté par Brigitte Gruson et Réjane Monod-Ansaldi, et une première discussion a eu lieu concernant les conditions nécessaires aux recherches collaboratives. L’importance de la confiance mutuelle et du respect entre les partenaires enseignants et chercheurs, et la nécessité d’une reconnaissance institutionnelle ont été soulignées. La question des moyens, pour permettre de déployer des espace de travail et un temps suffisant, a aussi été abordée, ainsi que les difficultés générées par les échelles de temps différentes entre la recherche, l’action en classe et les décisions politiques et stratégiques.

Nous attendons avec impatience les présentations des travaux des collègues libanais et équatoriens !

Voir le billet sur le deuxième jour de cette rencontre.

Voir le compte rendu de la rencontre sur le site du CIDREE.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *