Réunion très constructive au LéA Ecole Paul-Emile Victor

Ayant assisté, en tant que référent pour le Comité de pilotage du Réseau des LéA, à la réunion du LéA Ecole Paul-Emile Victor qui s’est tenue le mercredi 15 février dernier à la Pagode, à Lyon, j’ai eu le plaisir de participer à une réunion extrêmement riche, tant dans les contenus abordés que du point de vue des échanges collaboratifs opérés et des réflexions partagées entre enseignantes et chercheur(e)s.

La réunion, conduite à distance depuis Londres par Catherine Bruguière, a réuni Laura Cabodi, Ségolène Monin et Anaïd Sarafian, côté enseignantes, Jean-Loup Heraud et Mohammed Soudani, côté chercheurs également, ainsi aussi, à distance, que Valérie Berlier et Françoise Heyraud, enseignantes en maternelle à Vallon Pont d’Arc.

Un premier temps, porté par l’analyse de Jean-Loup Héraud – un peu plus détaché du travail régulier conduit sur les albums -, a consisté à ré-interroger le cadre théorique retenu (travaux de Lewis) pour les travaux menés dans le LéA, à l’occasion de l’introduction de nouveaux albums dans la liste de ceux retenus pour produire des ressources. Ré-exposé par Jean-Loup Héraud, donc, (comment les albums permettent d’interroger les monde de fiction au travers des principes de reconstruction et de similitude), la discussion autour de ce cadre a fait l’objet d’échanges entre praticiennes et chercheur(e)s afin d’en vérifier la perception, la compréhension et l’appropriation par chacun(e). Temps de travail qui a permis à Catherine Bruguière de rappeler l’intérêt du travail sur un album de fiction réaliste en temps que travail sur la fiction et pas seulement sur le récit proposé par l’album, dans la mesure où on estime que la réflexion par la fiction peut permettre à l’élève de mieux interroger le monde réel (déplacement facilitateur pour comprendre les lois du monde réel). La réflexion a également porté dans ce premier temps sur l’appropriation possible de ces démarches en classes de maternelle, avec les collègues ayant rejoint l’équipe, notamment en interrogeant la place – très faible – de l’imaginaire en sciences dans les programmes de la maternelle.

Dans un second temps, les échanges ont porté sur l’intérêt et la stratégie a adopter pour entrer en contact avec un groupe d’enseignantes canadiennes passionnées de littérature de jeunesse et auteures d’un blog à ce sujet, pour envisager un travail en coopération avec le LéA, ainsi que sur la possibilité d’envisager, en parallèle, la publication d’un article dans une revue professionnelle canadienne. La contribution du LéA pour la Rencontre nationale des LéA a également été questionnée. Je me suis permis de suggérer qu’elle s’oriente vers la production d’une communication scientifique, les travaux du LéA étant largement étayés en cette 5ème année d’existence, qui pourrait servir en parallèle d’entrée en matière pour une prise de contact avec les partenaires québecoises pressenties afin de leur exposer la nature précise, théorique et pratique, des travaux LéA.

Enfin, la fin d’après-midi a donné lieu a un temps de travail opérationnel sur le traitement/partage des documents et la rédaction des travaux relatifs à l’album « Croque ».

Un riche après-midi de 4 heures de travail qui, même si comme très souvent a commencé par quelques galères de connexion et d’établissement de la communication en visio-conférence, s’est révélé à la fois très dense, collaboratif et surtout très constructif ; le tout dans la bonne humeur et autour de quelques délicieuses gourmandises.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *