Séminaire du « Staff LéA Triolet » autour de la problématique du co-enseignement

Le Séminaire du 27 janvier 2017 a réuni les enseignants du collectif LéA autour de l’analyse de vidéo sur le co-enseignement. Réjane Monod-Ansaldi et Aristide Criquet étaient présents pour observer le fonctionnement du séminaire d’analyse du travail.

Comme à l’habitude, le séminaire du « Staff LéA Triolet » s’est déroulé selon les étapes suivantes

  • Présentation d’une étude de cas vidéo
  • Identification de la difficulté professionnelle
  • Analyse de cette difficulté à l’appui de l’extrait vidéo
  • Évocation d’hypothèses à propos de l’activité réalisée

Précisément, au cours de ce séminaire, il s’agissait d’exposer une étude de cas liée à la problématique du co-enseignement en accompagnement personnalisé.

Rappelons que depuis le mois de septembre la Réforme du collège institutionnalise trois heures hebdomadaires d’accompagnement personnalisé en 6e. Au collège Triolet, l’accompagnement personnalisé associe une discipline porteuse et une discipline rattachée dans une situation de co-enseignement sur tous les niveaux de classe.

Lors du séminaire, le premier extrait vidéo a été visionné : il s’agissait de la dernière séance semestriel d’accompagnement personnalisé. La salle de classe avait été aménagée pour libérer un maximum d’espace. La séance était co-animée par trois enseignants, le professeur de français, le professeur d’EPS et l’EAP. L’objectif était d’évaluer la lecture expressive d’un texte inconnu. Les élèves connaissaient les critères de réussite de l’exercice (déchiffrage, articulation, respect de la ponctuation, débit, volume, prise en compte de l’auditoire).

Cet extrait a suscité des interrogations diverses sur le rôle de chaque enseignant : les collègues ont questionné les choix relatifs à l’organisation de l’espace et les modalités de mise au point du plan de travail (préparation des objectifs, du contenu et déroulé de la séance).

Certains enseignants ont particulièrement observé l’attitude des élèves et la place que se donnait chaque enseignant, ce qu’il se permettait et ce qu’il n’osait pas faire auprès des élèves. Les échanges ont porté notamment sur la posture de l’EAP. L’analyse de la video a permis de dégager des hypothèses laissant penser que l’enseignante apprentie professeure se mettait à l’écart dès le démarrage de la séance, pendant l’échauffement et la mise en condition proposés aux élèves par le professeur de français. Des collègues ont comparé la posture de l’EAP avec celle de l’assistant pédagogique. L’EAP doit-il faire preuve d’initiative ou est-ce au professeur de le diriger pour guider son action auprès des élèves ? Est-il observateur ou acteur ? Son identité et ses missions sont-elles claires auprès des élèves et des adultes présents dans la classe ?

Un débat sur le rôle que se donne l’enseignant associé et l’enseignant de la discipline s’en est suivi. A été posée la question de la légitimité pédagogique du professeur « en plus » qui ne maîtrise pas les savoirs disciplinaires et ne semble pas perçu comme « garant » auprès des élèves. En effet, sur la video, le staff a observé que les élèves sollicitent le professeur d’EPS et l’EAP pour s’entraîner mais qu’ils attendent une validation finale de leur proposition par le professeur de français.

Un deuxième extrait vidéo a placé la focale sur l’activité des élèves. V. attire l’attention : c’est un élève en difficulté, qui ne tient pas en place et est plutôt en décrochage dans les cours ordinaires. Plusieurs observations permettent de faire l’hypothèse que l’élève « raccroche » pendant l’AP en donnant l’impression de s’impliquer dans des séances qui rompent avec les habitudes de la classe. Ce qui nous amène à conjecturer que la liberté de mouvement induite par l’aménagement des conditions de travail en AP (modification de « l’espace classique » sans tableau, sans stylo, sans bureau ni chaise) entraîne des changements. On observe ainsi des dispositions et des postures nouvelles et inattendues de la part de certains élèves.

Enfin, la présentation de l’extrait d’un entretien d’auto-confrontation organisé quelques jours après la séance d’AP avec deux élèves volontaires a permis de prendre en compte le point de vue des élèves et de formuler d’autres hypothèses quant aux effets du co-enseignement sur l’activité de l’élève en classe.

Par exemple, lors de l’entretien d’auto-confrontation une élève a estimé que le co-enseignement qui a lié le professeur de français et le professeur d’EPS dans le cadre de l’AP a eu des effets positifs sur l’ambiance entre les élèves et notamment sur les relations entre les filles et les garçons. Dans l’extrait video, l’élève s’est notamment appuyée sur des situations de jeu collectif où elle a observé que les garçons et les filles travaillaient plus fréquemment ensemble en EPS. L’élève a également fait le lien avec une autre expérience pour parler du co-enseignement et ses effets. En effet elle a évoqué la pratique artistique avec une comédienne où le travail associe rituellement une fille et un garçon.

Certaines de ces conjectures ont été discutées par les enseignants. Le croisement des points de vue a révélé des divergences d’interprétation quant aux effets du co-enseignement.

Le Séminaire a permis d’approfondir nos investigations sur les « effets » de l’action des enseignants sur l’activité et les apprentissages des élèves.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *