Petite chronique des LéA à Beyrouth (1)

Dans le cadre du partenariat entre l’ENS de Lyon et l’Université Saint Joseph de Beyrouth (USJ), Luc Trouche et moi venons travailler une semaine avec les collègues de la Faculté des sciences de l’éducation pour envisager les relations que le réseau des LéA pourrait développer avec des projets de recherche action en lien avec cette université. Ces travaux font suite à la venue en mai 2015 de Luc Ria et Cécile Kéloumgian de la Chaire UNESCO « Former les enseignants au XXIème siècle » pour des actions de formations, conférences et recueil vidéo sur le travail enseignant au Liban, dans le cadre d’un projet COOPERA financé par la région Auvergne Rhône Alpes.

loco-faculte-sciences-de-leducationimg_2224-1Ce matin, nous avons été reçus par Madame Patricia Rached, Doyenne de de la Faculté d’éducation, ainsi que Madame Yvette Mrad Gharib, responsable de la recherche et Madame Sonia Constantin, responsable de la formation continue. Ensemble, nous avons précisé l’organisation de notre séjour qui comprendra des visites d’établissements impliqués dans des recherches actions, différentes réunions, séminaire et une conférence. Les échanges ont été très conviviaux et productifs. L’objectif est de concevoir un projet partenarial entre le réseau des LéA et la faculté des sciences de l’éducation, autour de quelques projets de recherche collaborative, qui pourraient par exemple se jumeler avec des LéA travaillant sur des thématiques proches.
Pour le déjeuner, Carole Dandeville, attachée de coopération éducative et Mathieu Weeger, attaché de coopération pour le français à l’Institut Français de Beyrouth nous ont rejoints et nous ont présenté les projets de formation du réseau CELF (certification des enseignants en langue française).

L’après-midi, un séminaire a permis à de nombreux collègues libanais, enseignants chercheurs, étudiants chercheurs, enseignants et personnels de direction de nous faire connaitre leurs projets de recherche action concernant par exemple l’amélioration du climat scolaire, la remédiation, ou encore les liens entre plurilinguisme et apprentissage scolaire de l’arabe, du français ou de l’anglais. Des collègues de l’Université Libanaise étaient également présents.

img_2108-1
Ces échanges très intéressants ont permis de pointer certaines questions partagées, telles que les modalités de lancement des travaux collaboratifs, la nécessité de construire des espaces propices aux activités réflexives, et les liens à construire entre recherche et formation. Nous remercions tous ces collègues pour leur accueil chaleureux !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *