6èmes Rencontres des LéA. Compte rendu de l’Atelier 5 : « Etat des lieux des LéA ‘Arts et éducation’ recherche et production de ressources »

L’atelier 5 : « Etat des lieux des LéA Arts et éducation : recherche et production de ressources » s’est inscrit dans le prolongement de celui qui avait été organisé la veille des 5es Rencontres des LéA, en mai 2015. L’idée était de proposer un format de travail différent des présentations de la journée principale, en donnant un temps long aux présentations (plus de 60 min) et en permettant à des LéA qui ont des thématiques proches de proposer des temps de travail partagé non seulement sur leurs résultats, mais aussi sur leurs propres chantiers en cours. L’expérience a été jugée concluante (4 LéA avaient été réunis en 2015, sur la thématique Art & éducation), elle a été étendue en 2016 avec 5 ateliers en parallèle, réunis la veille des Rencontres.

L’atelier 5 : « Etat des lieux des LéA Arts et éducation : recherche et production de ressources » a réuni 3 LéA cette année, avec la participation d’une représentante du LéA « Pratiques chorégraphiques », qui cessé son activité en 2015.

Le LéA Trois maisons (Nancy, Christine et Mylène) a présenté, sous une forme très ouverte, l’état actuel de ses travaux, qui portent sur la comparaison de 7 dispositifs de médiation différents, expérimentés simultanément au cours d’une visite au musée Pompidou de Metz. La question entre directement dans l’actualité des nouveaux programmes scolaires, mais aussi dans les projets éducatifs, désormais inscrits pleinement dans les missions assignées aux institutions culturelles sous la tutelle du Ministère de la Culture. Comment articuler au mieux des visées qui peuvent être considérées comme indépendantes ou même contradictoires : d’une part, les enseignements artistiques, tels qu’ils sont définis au sein du système scolaire; d’autre part, les pratiques d’accueil dans les institutions muséales ? Comment s’effectue l’articulation des mondes de l’art que traversent les élèves, entre l’espace scolaire et l’espace muséal ? Entre enseignement et médiation ? Ces mondes sont-ils compatibles, et à quelles conditions ?

Le LéA Ecole Freinet (Nice, Henri-Louis) a présenté une étude sur ce qu’a été, au sein de l’école Freinet, depuis les années 20 jusque dans les années 60, les pratiques désignées par la notion d’Art enfantin. C’est l’épouse de Célestin Freinet, Elise, qui a développé un ensemble de textes théoriques sur le sujet. Au-delà de l’approche historienne, la notion est susceptible d’interroger de manière critiques les modèles et présupposés implicites de cette « éducation artistique et culturelle » si omniprésente dans les textes officiels.

En particulier, la réflexion engagée par les Freinet et leurs successeurs fait écho aux critiques contemporaines portées contre les définitions de l’art, de l’artistique et de l’artiste dans le cadre scolaire. Elle est de nature à interroger la définition même de l’apprentissage dans ce domaine, et la position qui est assignée autant à l’élève qu’à son « enseignant ». Elle rejoint les débats qui opposent aujourd’hui certaines conceptions de l’enseignement artistique et de l’éducation artistique. Les tensions, les réductions, les malentendus sont nombreux autour d’un champ désormais largement ouvert et sur lequel reposent des demandes souvent pesantes, comme celle de servir aux apprentissages dits « fondamentaux », ou au développement d’une certaine conception de la « créativité », etc. Au delà, ces débats montrent que c’est la définition même de l’école qui est en jeu.

Le LéA Musécole-Faculté d’éducation (Montpellier) a présenté le premier état, très provisoire, d’une ressource numérique en ligne qui souhaite servir non d’instrument pour diffuser des bonnes pratiques, mais comme un atelier où les enseignants en formation seraient invités à collaborer à l’élaboration d’une ressource partagée. La ressource s’inscrit dans l’actualité du partenaire du LéA qui prépare une Galerie tactile, qui permettra au public de solliciter, pour aborder les oeuvres, le sens du toucher. Quelles questions de fond sont posées par un tel dispositif ? En particulier, le LéA s’interrogent sur les questions de formation qui peuvent être révélées, mais aussi nourries, à partir des situations qu’un tel dispositif muséal va créer pour les élèves en visite. Comment les enseignants, en retour, peuvent ils réfléchir à leurs propres objets et finalités, à partir des questions qui sont partagées par le public, les médiateurs et les enseignants ?

Les trois exposés ont occupé 4 heures, et justifié le format des temps de travail longs proposés dans les ateliers. Les participants ont apprécié, en particulier, de pouvoir échanger longuement sur des objets différents, alimentant de manière jugée très positive la réflexion commune.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *