LéA Argentré-Macé – rencontre des LéA mardi 24 et mercredi 25 mai 2016

LéA Garcia Lorca

LéA Garcia Lorca

LéA Réseau du goût

LéA Réseau du goût

J’ai assisté aujourd’hui, mercredi 25 mai 2016, à un groupe de réflexion dans le cadre des communications scientifiques sur les travaux des LéA. Le groupe était composé de trois LéA qui travaillent sur des thèmes complètement différents : le LéA Collège Garcia Lorca qui analyse la professionnalisation des enseignants en établissement, le LéA Argentré-Macé (dont je suis la correspondante LéA) et qui concentre sa recherche coopérative sur la compréhension de l’oral en langues vivantes et le LéA Réseau du goût dont les travaux portent sur la place du goût dans les établissements scolaires.

Après avoir assisté et participé aux échanges avec les différentes personnes présentes, j’ai trouvé de nombreux points communs entre ces trois LéA. Le facteur temps apparaît comme élément déterminant dans chacun des groupes de recherche (le LéA Garcia Lorca désire renouveler son contrat pour 3 années supplémentaires après avoir constaté son manque de temps pour boucler ses objectifs, le LéA Argentré-Macé qui termine sa deuxième année depuis sa création et malgré ses 6 réunions annuelles, ne cesse de courir après le temps pour honorer ses échéances et souhaitera probablement un renouvellement l’année prochaine, le LéA Réseau du goût qui termine ses 3 années de recherche, prend conscience de la nécessité de réduire ses ambitions en partie par manque de temps.

D’autres points communs apparaissent clairement : le goût d’enseigner, le goût de comprendre et de faire comprendre, le goût de travailler ensemble. La volonté et le besoin de transformer les échecs en réussites. Le LéA Garcia Lorca projette des vidéos illustrant des morceaux de cours qui n’ont pas réussi dans le but de décomplexer les nouveaux collègues contractuels, le LéA Argentré-Macé s’évertue à dédramatiser les erreurs de prononciation ou de compréhension chez l’élève, le LéA Réseau du goût tente de déculpabiliser les élèves qui n’aiment pas le goût d’un aliment que la majorité des autres élèves aime, en essayant de comprendre les raisons de ce phénomène.

Tous ces échanges m’ont permis de mieux comprendre le sens du travail au sein d’un LéA et de prendre du recul sur ma propre réflexion.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *