Une journée sur les travaux intermédiaires au LéA Lycée Camus

Après l’annulation de la journée du 19 novembre dernier, suite aux tragiques évènements de Paris, le LEA du lycée Camus de Nantes a accueilli Rémi Thibert et Olivier Rey (unité veille de l’IFÉ) pour une journée autour des travaux préparatoires des élèves le 21 janvier dernier.

Une journée studieuse qui a commencé par trois séances d’observation de cours.

La première concernait une séquence interdisciplinaire organisée par une enseignante d’histoire-géographie et une enseignante de français, autour de la construction d’un roman choral sur le thème de la construction d’un casino en terre Navajo aux États-Unis (Utah). Les élèves avaient travaillé en binômes autour d’un personnage et ont notamment présenté à tour de rôle leur personnage devant la classe, en s’appuyant sur une carte mentale projetée sur écran. Mobilisation des connaissances acquises en géographie et français, créativité et mise en place d’une narration, réalisation d’un exposé appuyé par des outils numériques, travail collectif, confrontation des notions différentes entre matières (par exemple usage de la parenthèse) : les sujets de réflexion pédagogique et didactique étaient riches et stimulants !

La deuxième séance concernait une séance d’anglais, portant sur un point méthodologique concernant l’utilisation du brouillon par les élèves. Le cours, de type magistral, a été fait en français pour une réflexion sur l’intérêt et le rôle du brouillon pour les travaux que les élèves doivent rendre, en anglais ou dans n’importe quelle autre discipline. Le brouillon sert d’architecture pour le travail à rendre, permettant de se concentrer dans un premier temps sur le contenu, pour être plus disponible dans la phase de rédaction finale et se concentrer sur la qualité de la langue. Le brouillon est donc un gain d’efficacité et permet d’éviter de se disperser (la bifocalisation sur le contenu et sur la qualité de la langue est complexe à gérer de manière simultanée). La séance aura été suivie d’une autre au cours de laquelle il était prévue que les élèves élaborent un brouillon avant la réalisation finale.

Le cours de français, troisième séance observée, était consacré à la préparation des élèves à l’exercice de la dissertation, au sein d’une séquence thématique menée depuis plusieurs semaines sur le détour par l’altérité dans un certain nombre de textes littéraires (Les Lettres personnes, Zadig, etc.). Après l’exposé des attentes et des éléments de rappel sur les textes étudiés, l’enseignante a invité les élèves à travailler en groupes de trois pour avancer sur la préparation de la dissertation. Savoir reformuler une question pour vérifier sa compréhension, retrouver des références étudiées en cours ou abordées lors de lectures personnelles, choisir un plan autour de quelques idées fortes, savoir présenter et organiser une argumentation : autant d’étapes à négocier montrant qu’il n’y avait pas de vision partagée de ce qu’était un brouillon et que les élèves avait encore pas mal de méthodes et d’outils à s’approprier pour défricher cette figure imposée mais assez compliquée qu’est la dissertation.

Une séance de mise en commun entre les enseignants et les collègues de l’IFÉ a eu lieu ensuite. L’objectif :  confronter les ressentis des uns et des autres et identifier quelques points jugés particulièrement significatifs ou névralgiques, concernant bien sûr les brouillons et autres supports de préparation des travaux, mais aussi bien d’autres éléments constitutifs des situations pédagogiques ordinaires (le travail en groupe, la reformulation, la consolidation des savoirs, la gestion du temps en classe, l’argumentation, la prise de parole, etc.).

C’est ainsi que Rémi a pu intégrer des éléments de ce qui avait été vu le matin à la mini-conférence qu’il a présenté l’après-midi dans l’amphithéâtre du lycée, sur le thème des brouillons et des cartes mentales. Un constat général qui est ressorti de l’exposé et des échanges avec les participants ensuite : il est tout à fait pertinent et nécessaire de revaloriser la place des travaux intermédiaires dans la scolarité en France, autant qu’il est utile d’identifier les erreurs pour apprendre. Une évidence qui n’en est pas une, car la forme scolaire et les évaluations tendent plutôt à valoriser le résultat « fini » et à organiser l’amnésie du processus d’apprentissage. C’est d’ailleurs paradoxalement en assumant la place du brouillon dans le cours normal du travail scolaire qu’on pourrait être plus exigeant avec le devoir « final » des élèves, qui souffre trop souvent d’approximations de fond mais aussi de forme (présentation, règles d’usage, clarté, etc.) !

Une ultime réunion entre correspondants IFE et correspondants LEA a permis, en fin d’après-midi, de faire un point d’étape de la structuration du LEA et d’envisager la suite, et notamment les deux prochains rendez vous, l’un sur le thème de l’argumentation et l’autre sur le travail collectif des élèves.

Le diaporama support de l’intervention de Rémi Thibert :  Brouillons et cartes cognitives.ppt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *