5ème Rencontre des LéA – Témoignages

Quelques participants à la 5ème Rencontre nationale des LéA ont bien voulu nous livrer leurs impressions.
Nous les en remercions.

Voici les avis qu’ils partagent avec nous :

Gilles ALDON – Chercheur IFE – LéA Parc Chabrières :

« Avant d’écrire pour ce blog un petit compte rendu de « ma » journée des LéA, des impressions que j’avais ressenties, et de la façon dont je l’avais vécue, j’ai commencé à lancer sur le papier quelques mots, inspirés des rencontres, des discussions et de ce que j’avais appris, des ressources découvertes ou analysées et de l’air particulier de cette journée du mois de mai. La liste s’est allongée, les phrases se construisaient et se défaisaient mais l’important était dans cette liste d’impressions, de mots isolés mais en relation avec les autres, d’idées fugaces et profondes. Pour exprimer et partager ces sentiments, que de mieux que de construire au hasard le compte rendu ; ou plutôt, à la manière de Queneau, je vous propose de choisir au hasard un (ou plusieurs) de ces 262 144 comptes rendus. »

Baptiste MOONENS – Professeur des écoles – LéA Saint-Charles :

« Cette rencontre a été très intéressante pour moi en tant que jeune enseignant.
Lors de réunions précédentes, enseignants et chercheurs nous sommes organisés sur la forme et le fond de notre intervention afin de réussir à partager le travail effectué depuis quatre années.
Il était très formateur pour moi d’écouter et d’échanger avec les autres LéA.
C’est également reconnaissant et encourageant de partager notre travail, d’avoir des points de vue, des félicitations et des encouragements de collègues réunis pour cette occasion.

Bref, on prend conscience dans des moments concrets comme ceux-là que ce dispositif est national, suivi par beaucoup de professionnels…et tout cela dans l’intérêt de l’élève. »

Véronique GERARD – Professeur – LéA Lycée Joliot-Curie

Je ne le cache pas, c’est avec scepticisme sur l’importance de telles rencontres que je suis venue pour la première fois à Lyon assister, seconder ma collègue chercheur.
Je suis toujours la tête dans le guidon, prise dans le quotidien de professeur et cette journée m’a donné l’occasion de faire de belles rencontres.
La conférence proposée sur « comprendre le travail des enseignants » avec la comparaison des différents systèmes éducatifs dans le monde s’est révélée très instructive.
Mais pour moi, le moment le plus important, le plus riche mais le plus court, fut le temps de présentation des posters en fin de matinée. Ce fut un temps d’échanges informels très fructueux, de réflexion sur mes pratiques. J’en suis repartie avec un autre regard sur le travail mené au sein même de mon LéA.
Si j’avais un souhait à formuler ce serait d’allonger le créneau horaire de ce temps d’échange, je n’ai pas eu le temps de tout voir, donc frustrant.
Je reviendrais avec plaisir la prochaine fois.

Dominique TIBERI – PEMF – LéA Ecole d’application 3 maisons

Le quotidien d’un enseignant du premier degré, c’est la classe et son univers. Un univers pédagogique qui convoque certes de la réflexion pédagogique, mais qui assigne également une multitude de petites tâches matérielles ou organisationnelles : ouvrir le portail, surveiller les récréations, faire ses photocopies, préparer le matériel d’expérimentations, racheter de la peinture…

Un quotidien qu’on qualifie parfois « au ras de la table ».

Mais il arrive, malheureusement trop rarement, qu’un enseignant du premier degré croise un universitaire, un chercheur, et qu’avec d’autres pairs, ils se mettent ensemble pour regarder la table d’en haut. A classe vue du ciel prend alors des couleurs jamais vues auparavant. Des gestes jusqu’alors un peu flous se précisent, des zones d’ombre s’éclairent, de nouvelles problématiques surgissent… Petit à petit, l’univers des petites tâches quotidiennes est relégué en arrière-plan pour laisser de l’espace à la réflexion, à l’analyse, à d’autres savoirs.

Puis il arrive qu’un enseignant du premier degré reçoive de sa hiérarchie l’autorisation de quitter sa classe deux jours pour participer à une rencontre nationale. A l’heure où les formations s’appellent de plus en plus M@gistère, à l’heure où le numérique pose son E majuscule devant tout ce qui fut autrefois analogique, rencontrer des femmes, des hommes, autour d’une table pour échanger autour de problématiques communes relève presque d’un mouvement à contre-courant.

Pour un enseignant du premier degré, mettre les pieds à l’Ifé, c’est pénétrer tout à coup dans l’un des plus hauts symboles de la recherche pédagogique ; c’est avoir le sentiment d’une reconnaissance du travail au « ras de la table » ; c’est le plaisir de partager, d’échanger en toute simplicité, à l’insu du statut professionnel de chacun ; c’est se nourrir de l’autre, de celui qui a plus lu, plus écrit, plus réfléchi ; c’est incarner tout à coup cette jeune dame nommée LéA en donnant du sens à « éducatif » et « associé » ; c’est continuer à croire aux vertus d’une approche praxéologique… Et c’est aussi un grand regret, celui de ne pas avoir eu, à mes côtés, à nos côtés, les collègues avec qui je travaille au sein du LéA des 3 Maisons.

D. Tiberi


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *