Rencontre nationale 2013 : intervention de Brigitte Darchy-Koechlin

lea1213_15mai2013_pictohttp://ife.ens-lyon.fr/ife/recherche/lea/programme-daction/troisieme-rencontre-des-lea-1/3eme-rencontre-lea-bis-1/image_mini
La troisième journée de rencontre des LéA qui a eu lieu le 15 mai 2013, à l’IFÉ, a confirmé l’enjeu fort et passionnant que constituent aujourd’hui les LéA pour le système éducatif et la vocation essentielle qui est la leur : devenir une pierre angulaire dans la construction de la recherche en éducation. Les lieux d’éducation associés revendiquent en effet un modèle original : à partir d’un questionnement co-construit par les équipes de terrain et de recherche, réussir à élaborer un projet dans la durée réunissant une pluralité d’acteurs internes et externes au système éducatif.

Si le ministère de l’éducation nationale, au travers de la DGESCO, assure les moyens nécessaires à l’existence des LéA et à leur développement, il partage, avec l’IFÉ et l’ensemble des acteurs impliqués, la question centrale du sens qui doit être donné à ce projet novateur et ambitieux. Nous sommes en effet convaincus que les LéA ont toutes les potentialités pour devenir les lieux pilotes d’une expérimentation fructueuse qui articule localement éducation, recherche, formation. Ils peuvent être, chacun dans leur identité singulière, mais aussi dans une logique de réseau, ces « living labs » qu’évoquait Michel Lussault en ouverture de cette  troisième édition. Portés par la refondation pour l’école, ils se doivent de devenir, si l’on veut filer la métaphore, un véritable terreau qui fertilise l’ensemble du système éducatif à l’échelle locale, nationale voire internationale. Les LéA ne sauraient être des îlots dans le paysage éducatif, mais doivent, bien au contraire, diffuser le plus largement possible. Lieux de réflexion et d’action croisées, ils offrent aux acteurs de l’éducation qui s’interrogent sur leurs pratiques de nouvelles perspectives d’investigation réflexive et de formation. De la même façon qu’ils offrent une opportunité précieuse aux acteurs de la recherche, qui veulent questionner la pertinence de leurs hypothèses et de leurs pratiques de recherche, dans un dialogue renouvelé avec le terrain éducatif. En effet, c’est bien d’une rencontre, d’une véritable rencontre qu’il doit être question ici, chacun étant appelé à faire le bout de chemin nécessaire, indispensable, vers l’autre : la recherche ne saurait instrumentaliser le terrain ainsi ouvert et les praticiens ne sauraient quant à eux ignorer les questionnements suscités par cette dernière, quitte à s’en trouver déstabilisés.

Il nous semble aussi que des étapes décisives ont été franchies dans la construction et la formalisation du dispositif : outre l’existence d’un correspondant IFÉ (chercheur engagé dans la recherche en cours) et d’un correspondant LéA (praticien de l’éducation), tous deux chargés de l’interface indispensable entre laboratoires de recherches et établissements éducatifs, il y a la mobilisation de l’ensemble des acteurs éducatifs (DASEN, corps d’inspection, DAFOR, CARDIE…), l’association des collectivités territoriales, le lien à construire encore avec les Espé. Des chartes définissant l’activité des correspondants ont été conçues (écriture et suivi des conventions, organisation de la recherche, communication et valorisation des recherches produites et des actions conduites). Des outils de travail communs à l’ensemble des LéA ont été élaborés (carnets/journaux de bord, état des lieux annuel, plan de communication). La conception d’un site plus fonctionnel et performant a mobilisé une équipe de quatre étudiants du master « Architecture de l’information » de l’ENS Lyon très engagés dans ce projet.

Enfin, l’année 2012-2013 voit le renforcement du partenariat de l’IFÉ avec le DRDIE pour un développement et un accompagnement concerté et rigoureux du dispositif. Ces échanges réguliers permettent désormais de construire des objectifs partagés et d’impliquer, autant que faire se peut, les CARDIE, notamment. Le rôle du DGESCO, et du DRDIE en particulier, consiste à accompagner chacun des LéA et l’ensemble du réseau  au plus près et au mieux, avec l’ensemble des partenaires. Ce vaste projet repose avant tout sur la capacité que les différents acteurs auront à s’emparer du dispositif, à y partager du sens autant qu’un esprit d’invention et d’initiative, autour d’objectifs communs et traduits en actes.

Un point reste encore à consolider : l’évaluation des LéA. C’est aussi ce qui permettra de faire des LéA des lieux reconnus institutionnellement pour la qualité des projets qui y sont menés et pour leur capacité à diffuser ce qui se fait tant à l’interne qu’à l’externe (réseau d’écoles ou d’établissements, Espé, plan de formation de proximité et autres plans départementaux et académiques de formation, etc.). Tout en articulant des outils qualitatifs et quantitatifs, cette évaluation doit être construite sur la base d’une expertise collégiale, selon des indicateurs précis, définis en concertation étroite avec tous les acteurs.

Devant cette belle aventure des LéA qui se poursuit et où chacun est invité à s’engager pleinement, ce sont aussi quelques mots de Char qui nous reviennent :

« Impose ta chance, serre ton bonheur, va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *