Séminaire de rentrée 2014 – Les relations avec les institutions académiques et les partenaires locaux

LEA-Logo-SR2014

Une Présentation de l’expérience du LéA EvaCODICE, par Michel GRANGEAT (Laboratoire des sciences de l’éducation, Grenoble),  Florence LAVAU, (principale-adjointe du collège Jules Vallès) et Francis PETIT (CARDIE, Académie de Grenoble) introduite par Brigitte DARCHY-KOECHLIN (DGESCO – DRDIE).

 

LEA-SR2014-Relations-Blog

Introduction de Brigitte DARCHY-KOECHLIN

Il va s’agir d’essayer de comprendre comment refaire la généalogie des liens entre les personnes impliquées dans la construction d’un léA et de repérer les éléments de réussite de cette construction. L’intervention présente quatre points de vue, celui du chercheur responsable scientifique du léA, celui de la correspondante du léA, celui du Ministère, et celui du CARDIE.

 Michel GRANGEAT présente le point de vue du chercheur:

  • Ce projet prolongeait des coopérations déjà existantes (équipe déjà très engagée dans le projet européen S-TEAM). A la fin du projet, la volonté de poursuivre les collaborations entre la recherche, la formation et le rectorat a conduit à soumettre un projet de LéA en tant que partie expérimentale d’un nouveau projet européen (ASSIST-ME).
    La question de prolonger la coopération à la fin du projet européen Assit-Me se posera.
  • Le LéA est adossé à un laboratoire qui  fournit les moyens et méthodes de recherche :  transformation de la volonté commune en question de recherche ; transformation de cette recherche en plan d’expérimentation, avec une démarche de coopération horizontale (volonté de préserver les savoirs enseignants ; savoir comment s’en servir pour alimenter de nouvelles pratiques) ; mise en forme et soumission du projet ; apport de financements complémentaires ; garantie des moyens de recueil et traitement des données ; publication des résultats.
  • L’institut de formation est partiellement  impliqué : point faible pour le LéA EvaCodice, concerné uniquement par la participation de certains des enseignants formateurs, dont l’implication n’est pas reconnue par leur institution.
  • Le LéA a le soutien du Rectorat / CARDIE / DASEN : pour l’institutionnalisation des liens avec les établissements (sélection et mobilisation d’écoles et collèges d’un même secteur scolaire), les IA-IPR et IEN ; pour la couverture de besoins de financements complémentaires ; pour la mise à disposition d’une plateforme d’échanges ; pour le référencement dans Expérithèque et la participation aux journées de l’innovation…

Conséquences :

  • La conjonction des projets LéA & ASSIST-ME dynamise les deux entités : des méthodes du LéA ont été adoptées par le consortium (préparation et test itératifs de la séquence testée) et réciproquement (groupe contrôle).
  • Les résultats de la recherche sont mieux ancrés dans les possibilités d’exercice des écoles et établissements : du fait de la conception itérative et commune des séquences et des outils testés, ceux-ci n’apparaissent pas comme des objets externes aux pratiques de classe. On peut penser que ces démarches se diffuseront plus facilement.
  • La formation initiale ESPE est adossée à la recherche : le LéA contribue à ancrer les formations initiales à la recherche.
  • Le réseau académique, par le Rectorat, renforce et étend la diffusion des résultats, et contribue ainsi à développer la visibilité du LéA. Le LéA, en tant qu’il est une entité identifiée par une convention, est un des acteurs de la recherche développement et de l’innovation au niveau académique.
  • La coopération avec l’IFE apporte des éclairages et des soutiens stimulants : le réseau joue un rôle essentiel tout au long du processus. Il structure le démarrage, il encourage la poursuite et ouvre des perspectives au moment des phases finales. La mise en réseau des établissements et écoles avec les instances de formation et de recherche est une avancée vers un enseignement et une formation plus efficaces.

 Florence LAVAU (correspondante LéA)

Au collège Jules VALLES, les enseignants étaient déjà engagés dans une évaluation par compétences. De fait, il est difficile de départager l’impact la démarche d’évaluations par compétences de l’impact du LéA proprement dit.
Mais ce qui est clair, c’est que le LéA a apporté l’interaction avec la recherche scientifique pour des enseignants déjà en recherche de nouvelles pratiques, en donnant plus d’importance au travail en équipe : interrogation collective sur comment on enseigne et on fait évoluer les élèves.
Le LéA a conforté les enseignants (surtout ceux des disciplines scientifiques) alors que la démarche d’évaluation par compétences concernait toutes les disciplines.
Conséquence : dynamique d’ouverture, d’élargissement du LéA EvaCodice sur les autres disciplines.

 Brigitte DARCHY-KOECHLIN

Souligne l’importance d’un véritable travail partenarial et coopératif. L’inscription (non contraignante) dans l’institution est essentielle. Elle fournit une force de travail pour identifier les établissements, les problématiques locales, les acteurs hiérarchiques qui connaissent le « grain fin » du terrain. Il est essentiel d’entrer “par le haut” (Le Recteur d’Académie)

Regards croisés :
L’administration centrale, notamment  la DGESCO, a besoin de LéA qui entrent en résonnance avec les priorités de la refondation de l’école, même si le temps du politique est différent du temps de la recherche : “Seul on avance plus vite ; ensemble on avance + loin”.

Francis PETIT

Le CARDIE suit les LéA de très près au regard du « caractère exemplaire » des LéA. Une problématique qui se dégage fortement dans l’Académie est celle des liens entre recherche et terrain : construction d’un « terreau favorable », le point de départ étant les établissements, circonscriptions, équipes.
Mais se pose le problème du caractère non généralisable des LéA (limitation à 35) , alors qu’il existe de nombreuses équipes innovantes dans l’Académie, d’où la question : Comment faire ce lien entre recherche et terrain en répondant aux aspirations des deux ?
L’idée est de faire adopter aux équipes une démarche réflexive, de projet et d’expérimentation. La volonté du Recteur est de s’appuyer sur le triptyque : Recherche / Transfert / Formation, dont les LéA, dispositifs pilotes pour les académies, avec un statut d’exemplarité.

Mais comment faire dans un cadre plus banal que les LéA  (extension) ?
L’idée en cours d’étude est celle de la création d’un observatoire de l’innovation : Recherche de dispositifs qui puissent faciliter les interactions terrain-recherche.
En interaction avec l’IFE : Comment favoriser l’expression des besoins de données de recherche ; assurer la mise en relation avec les chercheurs, aider à l’intégration des données de la recherche dans les projets ; assurer le suivi ?

—-

Les réflexions autour de cet enjeu se sont prolongées l’après-midi, par des échanges au sein de l’atelier du même nom : « Les relations avec les institutions académiques et les partenaires locaux« 


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. RL dit :

    Madame Florence LAVAU, n’est pas principale du collège Jules Vallès mais principale adjointe.

Répondre à Aristide CRIQUET Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *