Présentation du Comité de Pilotage des LéA

Les instances actuelles du réseau des LéA comprennent le comité de pilotage (CoPil), le comité scientifique (CS), l’unité opérationnelle LéA (UO) et l’assemblée des LéA.

Plusieurs membres du CoPil sont membres du CS et font le lien entre ces deux instances.

Les membres du CoPil s’impliquent dans l’organisation des travaux des LéA, des rencontres, du planning. Ils contribuent au développement des instruments, au suivi du 2° cercle et des liens entre LéA et parcours M@gistère.
Les journées en présence font l’objet de temps collectifs et d’ateliers pour avancer aux mieux les travaux et limiter le temps de travail à distance.

L’élargissement du comité de pilotage parait aujourd’hui nécessaire, vers des personnels d’encadrement et de direction (1e et 2e degrés), qui devront être choisis parmi des personnes connaissant le dispositif et prêtes à s’impliquer.

Les membres actuels du CoPil présentent leur parcours ainsi que leurs motivations et implication au sein du CoPil LéA pour 2014-2015.

Jean-Charles CHABANNE :

CHABANNE Jean-CharlesProfesseur des Universités en sciences de l’éducation / didactique du français.
A travaillé en IUFM de 1993 à 2013.
2 thématiques :
1) Participe au programme national en cours 2011-2015 : LireEcrireCP, « Étude de l’influence des pratiques d’enseignement de la lecture et de l’écriture sur la qualité des premiers apprentissages », Acté-Université B. Pascal/Ifé-ENS de Lyon, dir. Roland Goigoux.
2) Mise en place du programme LLAL en lien avec le LéA-Montpellier et le réseau LéArt(s) :
– Recherche fondamentale : Thématique : LLAL (Langue, littérature, art(s), langage(s), premiers apprentissages) : Approches interdisciplinaires de l’enseignement des/de l’éducation aux arts (dont la littérature), sous l’angle de l’activité langagière, et des liens avec le développement et les apprentissages fondamentaux  (connaissances, compétences, attitudes).
– Application : Conception d’un dispositif numérique pour la formation des enseignants.
Correspondant Ifé + recherche pour le LéA Musécole-Faculté d’éducation/musée Fabre, Montpellier

Aristide CRIQUET :

CRIQUET AristideFormateur TICE dans le premier degré de l’académie de Grenoble, en Isère.
A intégré le réseau des LéA en 2012, comme correspondant du LéA « Mathématiques et Cahiers d’Activité en Rhône-Alpes » (MaCARhon).
A intégré le CoPil des LéA en 2013.
Depuis la rentrée 2014, il est recruté à l’IFE sur un mi-temps DGESCO, avec pour missions l’animation du réseau, de ses outils numériques (blog, site), le pilotage et l’encadrement des parcours M@gistère liés à des LéA, et l’accompagnement de certains LéA de Rhône-Alpes.
Il est particulièrement intéressé par l’articulation du travail recherche/terrain ; et tout particulièrement par les conditions et modalités de la dynamique de collaboration au sein de et entre les équipes LéA, ainsi que par les conditions et modalités de création de ressources de qualité pour l’enseignement et la formation.

Brigitte DARCHY-KOECHLIN :

DARCHY-KOECHLIN BrigitteMembre du comité de pilotage depuis septembre 2013, elle représente le Ministère de l’éducation nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche, en particulier le DRDIE (Département, Recherche-Développement, Innovation et Expérimentation) pour la DGESCO.
Attentive au rapprochement de la recherche pour l’éducation et de tous les acteurs de l’éducation (enseignants et ensemble des équipes en établissements, corps d’inspection, formateurs, personnels de direction, cadres administrations déconcentrées et administration centrale, partenaires), et à enraciner les conditions de la coopération, d’une culture commune et du travail conjoint entre ces différents acteurs, au service notamment d’un dispositif et d’un réseau de recherche collaborative comme celui des Lieux d’éducation associés…
Docteur et qualifiée aux fonctions de MCF en sociologie et en sciences de l’éducation  avec une expérience initiale d’enseignement dans le second degré, puis d’enseignement et de recherche dans l’enseignement et de recherche au sein d’équipes en France et à l’étranger, elle défend le dispositif des LéA et ses particularités au sein du MENESR. Elle porte également une demande de clarification et d’efficience des moyens investis par le MENESR dans le dispositif et présente M@gistère, notamment, comme une opportunité de faire connaître les travaux des LéA et d’en faire des outils de formation et de diffusion des résultats de la recherche. Elle ajoute que la question de la programmation scientifique des LéA, celle de leur étayage institutionnel, celle de l’activation des liens avec les corps d’inspection, et celle du rôle important des CARDIE (Chargés académiques recherche innovation expérimentation) doivent être travaillées cette année.

Karine DROUSSET :

DROUSSET KarineDétachée de l’enseignement secondaire depuis le 1er octobre 2014 pour assurer les fonctions de chargée d’études.
Membre du LéA du collège Marseilleveyre.
A commencé, sous la direction d’Yves Matheron, une thèse dont le sujet porte sur les effets d’un enseignement des mathématiques basé sur l’étude et la recherche par les élèves.
Assurera, cette année, le suivi du LéA de l’école internationale de Manosque.

Nicolas FAVELIER :

FAVELIER NicolasCoordonnateur administratif du réseau des LéA.
Très intéressé par le dispositif mixte et par les interactions suscitées avec toute la diversité des acteurs.
En formation cette année, suivra des modules du master ADMIRE (mercredi matin). Il sera responsable des conventions, de la gestion des HSE des LéA (interlocuteur des correspondants).
Il est également intéressé par des visites de terrain, et par une implication dans les journées de l’innovation.

Catherine FERRIER-ZARZECKI :

FERRIER CatherineC.A.R.D.I.E. (Responsable de la Cellule Académique Recherche et Développement pour l’Innovation et l’Expérimentation) dans l’académie de Créteil, nouvellement proposée pour être membre du Comité de Pilotage.
Successivement enseignante dans le premier degré, puis Conseillère Principale d’éducation, Chef d’établissement et enfin IA-IPR E.V.S., elle assure les missions de Correspondante académique pour la Prévention de l’Illettrisme et pilote depuis 18 mois l’équipe de collaborateurs de la C.A.R.D.I.E.
La Cellule académique a pour vocation de repérer et d’accompagner les équipes de terrain dans la mise en œuvre et dans l’évaluation de projets innovants et expérimentaux. Elle travaille également à l’impulsion et la valorisation des pratiques nouvelles, à la mutualisation et au développement professionnel des enseignants par le partage d’expériences et la formation. Présente dans les champs de la Formation initiale et continue, elle a en outre construit des collaborations avec l’ESPE qui permettent de poser l’innovation pédagogique au cœur de la formation des enseignants en devenir.
Mais plus encore, il apparaît non seulement essentiel pour les équipes travaillant en école ou en établissement de connaître les travaux de la Recherche en éducation, mais il semble aujourd’hui indispensable, pour fonder l’équité scolaire, de créer les liens nécessaires à la construction d’une culture commune et partagée qui permette de faire vivre des projets co-construits entre chercheurs et acteurs exerçant sur les territoires.

Brigitte GRUSON :

GRUSON BrigitteMaître de Conférences à l’ESPE de Bretagne depuis 2007 après avoir été formatrice à temps plein à l’IUFM. Didacticienne des langues, elle a été enseignante d’anglais dans un collège de la périphérie de Rennes durant 20 ans.
Elle a rejoint le CoPil à partir de septembre 2012.
Motivée par les recherches coopératives, elle veut s’impliquer dans des collectifs.
Elle est la correspondante IFe du LéA Argentré/Macé sur l’enseignement des langues, qui a été construit à la demande du collège des IA-IPR de langues de l’Académie de Rennes.
Elle suit les LéA de Bretagne et travaille sur le développement des liens internationaux. Son investissement dans le réseau des LéA est soutenu conjointement par l’IFé et l’ESPE de Bretagne.

Anne HALTÉ :

HALTE AnneProfesseur des Universités en sciences du langage et est intéressée par les questions en lien avec la didactique du français.
Comme J. C. CHABANNE, elle est impliquée dans la recherche « Lire-écrire au CP ».
Directrice adjointe de la recherche à l’ESPÉ de Lorraine, elle pense que les Léa offrent une des formes d’articulation entre recherche et formation qui doit être développée dans les ESPÉ. C’est à la fois pour mieux comprendre ce lien et y contribuer qu’elle s’inscrit dans ce groupe.

Catherine LOISY :

LOISY CatherineMaître de Conférences de psychologie et sciences de l’éducation, elle a été en détachement à l’INRP, puis mise à disposition à l’IFE jusqu’en juin 2015.
Elle participe au projet LéA depuis son origine au sein du CoPil et dans le CS.
Ses intérêts vont particulièrement vers la construction d’instruments pour soutenir le développement professionnel des acteurs et des institutions, ainsi que vers l’articulation recherche-pratiques-formation.
Porteuse du projet Pédagogie Universitaire Numérique (PUN) au sein de l’IFE, elle s’intéresse au développement des LéA du supérieur qu’il faut faire avancer en 2014-2015.

Nathalie MALABRE :

MALABRE NathalieInspectrice d’académie – Inspectrice pédagogique régionale dans l’Académie de Lille, Docteur en histoire contemporaine du fait religieux.
Correspondante depuis 2014 du LéA Réseau de collèges et lycées Debeyre, qui expérimente l’enseignement d’une géographie prospective.

A rejoint le CoPil en mars 2015. Intéressée par le renouvellement de l’enseignement scolaire des sciences sociales. Se pose la question des relations entre praticiens de terrain, chercheurs et pilotes institutionnels dans la co-construction de l’innovation.

Réjane MONOD-ANSALDI :

MONOD-ANSALDI RejaneEnseignante de SVT, docteur en biologie, chargée d’études INRP puis IFE (7ème année).
Elle coordonne le réseau (70% de son temps de travail sont consacrés aux LéA).
Elle est motivée par les interactions entre chercheurs et praticiens, mais souhaite une réorganisation du CoPil et de la répartition des tâches, avec une ouverture à d’autres personnes pour assurer la sécurité et l’évolution du dispositif.

Guylène MOTAIS LOUVEL :

LOUVEL GuyleneInspectrice de l’Education nationale en charge d’une circonscription dans l’académie de Rennes.
Docteur en Sciences de l’Education et qualifiée aux fonctions de MCF après un parcours d’enseignante et de formatrice dans le premier degré. Chercheure associée au CREAD (objet de recherche: les pratiques chorégraphiques à l’école, le rapport aux oeuvres, transmission, écriture).

A intégré le réseau des LéA en 2013 avec la mise en oeuvre du LéA de Saint-Malo au sein du réseau d’Education prioritaire de sa circonscription. Chargée de la mission départementale concernant le dispositif « Plus de maitres que de classes » dans le département d’Ille et Vilaine, s’intéresse aux formes coopératives.
S’engage en 2015 pour participer aux travaux du Copil national, afin de contribuer à développer des formes d’articulation entre recherches et pratiques enseignantes.

Serge QUILIO :

QUILIO SergeMaître de Conférences – didacticien des mathématiques.
Il participait au CoPil dans sa mission précédente à l’IFE et poursuit depuis qu’il est Maître de Conférences à l’université de Nice.
Son travail de chercheur repose sur des travaux collaboratifs avec enseignants, chefs d’établissement, institutionnels…
Il souhaite poursuivre son travail au sein du CoPil et du CS, même si ce travail n’est pas reconnu par son institution actuellement.
Intéressé par la question de M@gistère et des LéAs.

Didier SOLER :

SOLER DidierProviseur-adjoint du lycée Germaine Tillion (Rhône), Lieu d’Éducation Associé à l’IFé depuis quatre ans.
Si je participe (à distance), au Copil depuis 2013, c’est d’une part, parce que je suis très intéressé par la recherche en éducation et ses liens avec les acteurs de terrain et d’autre part, pacque que je suis convaincu de l’importance du rôle de l’expérimentation dans la dynamique, le climat et la qualité du travail effectué dans les établissements scolaires

Luc TROUCHE :

TROUCHE LucProfesseur des Universités, qui, avec d’autres, a soutenu la création des LéA lors de la fondation de l’IFÉ, il poursuivra son implication dans le réseau, en particulier en raison de son intérêt pour les formes collectives du travail des enseignants (qu’il étudie dans le cadre du projet ANR ReVEA, et dans le cadre de la collaboration avec l’ECNU de Shanghai).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *